27 mars 1916

27 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Alors, c’est en pleine vie de château que ma lettre va te retrouver. Cela doit tout de même un peu manquer de châtelaines, et les duos sous les charmilles au clair de lune ne seraient sans doute pas très sains si les gouttes de rosée sont représentées par de joyeux 150. Quoi qu’il en soit, ta lettre semble dire tout de même que votre cantonnement n’est pas trop désagréable et que vous y avez un certain confortable.

Voilà la Conférence ouverte et tous les Alliés réunis autour d’un tapis. Que va-t-il en sortir, grands Dieux ! Je redoute beaucoup ces palabres où chacun apporte ses réserves et ses réticences et où peuvent naître des germes de division. N’y a-t-il pas un proverbe qui dit que les meilleures alliances, les plus étroites, sont celles pour lesquelles il n’y a pas d’explications. Il y a là un bonhomme qui fut néfaste depuis le commencement. Son monocle fascinait étrangement Delcassé. Il serait excellent qu’on puisse mettre le grappin sur la duchesse qui est son Égérie, comme une princesse est celle de Briand. Car tu sais que la duchesse de La Trémoïlle [1] reçoit les hommages moscovites, lesquels sont tout à fait asservis, paraît-il.

On a fait aux Italiens, hier, une réception grandiose. Briand avait tenu évidemment à rendre la politesse qu’il avait reçue à Rome, et une foule enthousiaste a acclamé sur tout le parcours. Cela faisait paraître la réception de la veille un peu pâle. Mon rédacteur, qui se trouvait tout près du président lors de l’arrivée du prince, m’a dit que le président avait reçu le jeune homme comme un ministre de Guatemala. Un très petit salut, aucune effusion. Du reste, cet « en dehors » n’est pas le fait du chef de l’État : « Il ne réchauffe pas son pot de chambre en p…t », comme disait le Poilu.

Un jugement sur notre ami est sévère, j’ai peur qu’il soit trop juste. Je connaissais l’ambition, ou du moins je la soupçonnais, mais je ne l’aurais pas cru capable de se servir de moyens reptiliens. Enfin, nous verrons comment tout cela tournera. C’eût été si facile pour lui de rester dans les voies droites.

Il y a un autre personnage dont je vais t’entretenir car il jouera un certain rôle dans l’avenir, c’est Wilmotte, le professeur de Liège, sur lequel Bidou t’avait donné des renseignements médiocres. Wilmotte est très intelligent, il a un physique maigre et extraordinairement jeune, je lui crois aussi une ambition démesurée et le désir de se mettre partout en avant. Il a été accueilli très bien en France. On lui a donné une chaire en Sorbonne, mais il prend parti peut-être avec trop de violence dans des questions qui ne devraient pas le toucher ou du moins sur lesquelles il devrait rester dans la réserve. Il a appartenu en Belgique à des partis avancés et par là même serait un peu suspect à la légation très catholique. Il vient de fonder ce Comité franco-belge dont Deschanel a accepté la présidence et dont je fais partie moi-même. Petit à petit, ce comité est arrivé sinon à absorber du moins à prendre dans une certaine mesure tous les autres.

Wilmotte par exemple, et c’est là où son rôle devient dangereux, nourrit une haine féroce contre l’Angleterre et s’en va partout chantant que la seule bénéficiaire de la guerre sera Albion. D’autre part, j’ai eu une grosse discussion avec lui il y a deux jours à cause de la politique orientale. Il mène campagne avec Deschanel pour la paix séparée avec la Turquie. Tu sais notre avis là-dessus, aucune paix séparée si ce n’est pas d’accord avec tous nos Alliés. C’est un piège que l’Allemagne nous tend pour démontrer notre duplicité à la Russie. J’ai dit à Wilmotte que notre ami Paul Deschanel avait l’incompréhension absolue de toute politique extérieure.

D’autre part, on accuse Wilmotte qui a fait à Lausanne une conférence qui a eu un immense succès, immense sans conteste, d’avoir reçu mission dans ses conversations de défendre le Parlement même contre le commandement. Ceci est un

[Manque une page]

[1] Princesse de Tarente. Cf. lettre du 13 octobre 1915.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.