26 mars 1916

26 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’espérais pouvoir te raconter beaucoup de choses et cela serait difficile car elles ne s’écriraient guère. Néanmoins, j’ai compris qu’il y avait certains tiraillements pour la ville de Paris à la tête de laquelle il faut placer quelqu’un. Trois seraient sur les rangs. Celui qui paraît avoir des chances en ce moment serait Dubail… Comme tu le sais, la réussite n’a pas été très fameuse où il est et on aimerait bien lui substituer quelqu’un, mais on ne pourrait le faire que si on lui donnait une compensation. J’ai même entendu une appréciation très curieuse de l’homme et pas du tout celle à laquelle j’étais accoutumé. Autour de nous on est plutôt sévère et, cependant, quelqu’un qui n’est pas du tout dans les idées politiques du jour, me disait que le niveau moral de cet homme-là était tout à fait élevé, que sans entrer dans ses opinions qui, évidemment, étaient avancées, c’était un homme droit et loyal serviteur, excellent, scrupuleux des ordres donnés mais pas du tout un chef.

Le choix serait évidemment très mauvais car Paris a moins besoin d’un soldat que d’un homme habile et diplomate pouvant empêcher les conflits. Et Dieu sait si à l’heure actuelle il peut naître de ces conflits et encore plus après la guerre où la situation deviendra très difficile. Le vieux Brugère [1], resté très jeune et très alerte et à qui le Président avait pensé tout d’abord, aurait fait admirablement la besogne.

L’opinion reste que les Allemands vont continuer leur besogne à Verdun, qu’il semblerait bien peu probable qu’ils abandonnassent leurs tentatives et une sorte d’avance pour courir de nouvelles aventures. Ceci n’empêcherait pas de tenter des diversions d’autre part, mais que le gros de leur effort continuerait à se porter sur Verdun.

L’essentiel sera de tenir. L’opinion du général Pétain, toujours par ouï-dire, serait que les attaques sur Verdun iraient jusqu’après la mi-avril et que, s’ils ne réussissent pas d’ici à cette époque-là à nous faire passer la Meuse, ils seront à bout de souffle sur notre front et par suite en mauvaise posture sur le front oriental et sur notre front du Nord… Qui vivra verra.

Garde pour toi la première partie de ma lettre.

Ton vieil

Et

[1] Joseph Brugère (1841-1918). Général d’artillerie. Déjà à la retraite en 1914, il demande à être réintégré au service actif. Il commande les divisions territoriales au front (1917).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.