24 mars 1916

24 mars 1916

 

Reçu ta lettre ce matin, mon cher Pierre. Tes pronostics me sont confirmés ici et l’on me dit s’attendre à quelque chose de considérable de votre côté. Dans ces conditions, et d’après ce que tu me mandes toi-même, je pense qu’on recevra comme il faut ces tentatives. Je vais donc suivre les événements avec une émotion grandie encore du fait que tu y participeras.

Tu as su qu’à Avocourt encore le 15… Que s’est-il passé ? … sans doute surprise ou très vite, Camarade. On s’en occupait à la Chambre ces jours-ci et cela avait produit un peu d’émotion car la défense semblait très solidement organisée avec tout le confort moderne.

Les canards s’envolent de plus en plus des couloirs de l’antre législatif. Il y en avait un qui se promenait tantôt et qui fut apporté au chef de cabinet de Thierry par Deshays [1], un député qui était accompagné d’un sous-lieutenant. Ce dernier disait avoir entendu un coup de téléphone annonçant la mort de Gallieni. J’ai fait téléphoner aux Réservoirs [2], lesquels m’ont renvoyé au téléphone spécial du général. À celui-ci, on m’a affirmé que le malade allait mieux. Ce qui ne voudrait pas dire qu’il soit bien portant.

L’histoire de ma conversation avec Chaumeix sous la pluie se corse. On vient de me donner sur ses attitudes des détails précis que je ne puis écrire mais qui sont vraiment attristants. Les projets en l’air sont bien en cours d’exécution et les procédés pour les réaliser sont effarants. Celui qui me racontait cela est un garçon qui avait toujours professé pour lui admiration et amitié. Il est révolté et me dit que, malheureusement, cela commence à devenir clair pour tout le monde. Quand tu viendras le mois prochain je te raconterai tout cela par le menu. J’avoue qu’à moi cela me donne un terrible coup de bât, je l’avais tellement poussé !

Je viens de recevoir des détails sur nos colonies indochinoises. On y entasse gaffes sur gaffes et l’on prépare une

[manque la suite]

[1] Louis Deshays (1867-1922). Député radical socialiste de l’Oise (1914-1919).

[2] A Versailles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.