31 août 1918

31 août 1918

 

C’est effarant. Je viens de recevoir la visite d’un amiral [1] qui cherche à me voir depuis trois jours, me demandant par téléphone rendez-vous sur rendez-vous. Mon voyage de Lyon m’avait empêché de lui répondre. Enfin, ce matin, on me passe sa carte : Contre-amiral allemand – commandant la 1ère division de la 1ère escadre. On fait entrer, et je vois arriver un petit homme en uniforme, casquette à feuilles de chêne, etc. Nous nous saluons et, une fois assis, il m’expose l’objet de sa visite. Il tire d’une serviette tout un dossier qu’il destine à Varigny. Il m’explique qu’il est à Corfou et commande une des plus belles divisions de la flotte. Son pavillon est sur la Lorraine et il a deux autres superbes bateaux dont la Bretagne. Je m’attends à ce qu’il m’expose ses idées en marine, peut-être ses revendications, peut-être des justifications de quelque acte qui lui serait reproché. Pas du tout, le dossier qu’il tient est destiné à guérir les dyspeptiques par la noix vomique. Il a été, lui, rétabli en six jours. Il veut faire bénéficier l’humanité de sa découverte. Il a écrit une longue lettre adressée à Varigny et à laquelle est annexée une note sur son cas. Très abonné du Journal, il voudrait que nous la publiions. Du reste, il ne nous demandera rien pour cela, c’est une chose qu’il fera uniquement pour ses semblables. S’il n’était pas militaire, me dit-il, il me demanderait un bureau où il donnerait des consultations et comme il y a dix millions de dyspeptiques en France, en faisant payer seulement vingt sous, tu vois l’argent énorme qu’il gagnerait.

Je commençais à trouver que cet amiral chargé d’une des plus lourdes responsabilités pendant la guerre et qui s’occupait de soigner des dyspeptiques par la noix vomique tenait des discours vraiment bien extraordinaires. Mais cela ne s’arrêtait pas là. Il enfourche aussitôt un autre dada. Il est Christian scientist et me sort de sa poche le petit bréviaire des Christian scientists. Depuis qu’il s’est occupé de la doctrine, tout lui réussit et il n’a qu’à remercier Dieu des bienfaits dont il est comblé. Pourvu d’un des plus beaux commandements de la marine, il a cinquante-cinq ans d’âge mais un corps et un cerveau de vingt-cinq ans. Sa force physique est énorme. Il est musicien, beaucoup mieux que sa fille qui travaille la musique depuis dix ans. Autrefois, il n’eût pas été capable de dire une phrase en public, aujourd’hui, il parlerait sans difficulté devant quinze mille personnes.

Grâce au Christian scientisme, après une heure ou deux de conversation avec sa mère, celle-ci, qui a quatre-vingt-cinq ans et avait perdu la raison, est redevenue une personne raisonnable. Aussi il profite de sa venue à Paris en mission pour entrer en rapport avec les dirigeants du Christian scientisme et discuter avec eux certains points.

Il ajoute que, pourvu ainsi de tous les bienfaits de Dieu, il a fait une communion à la suite de laquelle il a recouvré toutes ses facultés. Il avait perdu complètement celles d’être un homme. Eh bien, après cette communion, il a été pris d’une véritable folie érotique. Il a compris que c’était Dieu qui voulait lui prouver ainsi qu’il lui rendait ses facultés génésiques, et il l’en a remercié. Sa femme (sa seconde femme, car il avait épousé en premières noces Melle Paquet des messageries Paquet) est, comme lui, redevenue jeune. Lui, il a vingt-cinq ans, mais sa femme en a dix-huit, ce qui maintient à peu près la différence d’âge primitive.

Tu penses dans quel état nerveux me mettaient petit à petit ces discours dits avec beaucoup de calme et de sérénité. Je me disais : C’est un fou et quel fou ! La noix vomique, le Christian scientisme, la seconde jeunesse, et cet homme commande des bateaux ! Je me demandais si je ne devais pas prendre un sapin [2] et courir au ministère de la Marine pour signaler un semblable état d’esprit. Lorsque, au moment de s’en aller, il me raconte qu’il a été l’objet, hier, dans le cabinet de Clemenceau, d’une véritable injure de la part du secrétaire particulier du président. Il avait demandé Marty [3] pour obtenir une audience. Le secrétaire lui fit répondre que, très occupé, il le priait d’attendre. L’amiral a trouvé cette façon incorrecte de lui faire répondre par un huissier, il aurait dû se déranger ayant affaire à un officier général. Néanmoins il attend, mais, comme on tardait, il est délibérément entré dans le cabinet et déclare à M. Marty qu’il est un incorrect personnage. Là on veut le faire sortir, il s’y refuse, pose sa casquette et ses gants sur la table, s’assied et demande qu’on aille chercher la garde. Marty lui ordonne de prendre une position correcte en remettant sa casquette et reprenant ses gants. L’amiral déclare qu’étant dans un bureau, il restera découvert. Enfin, Mandel qui, dit-il, ricanait dans un coin, est venu, l’a entraîné dans le couloir et il a écouté l’explication très calme qu’il lui a donnée.

Je pense que cette scène suffira pour éclairer les autorités, mais ne crois-tu pas que je ferais bien, si l’incident passait, d’aviser le ministre et de lui demander de bien surveiller l’amiral avant de lui laisser reprendre le commandement de Corfou. Il est encore en congé pour quelques jours. Qu’en penses-tu ?

J’ai vu Bidou ce matin mais je n’ai pu aller déjeuner avec lui, l’animal n’est arrivé ici qu’à 1 h. Il était trop tard pour que je l’accompagne. J’ai néanmoins causé avec lui. Il m’a à peu près confirmé ce que je te disais hier. La presse est folle, dit-il, on confond ce qui est bataille et ce qui est repli. Il y a eu deux victoires bien caractérisées le 18 juillet et le 8 août. Le reste, c’est du repli. Les Allemands vont se retirer sur la ligne Hindenburg et s’arrêteront là. Comme dans ce moment on est venu nous annoncer la prise par les Autrichiens du mont Saint-Quentin, il a dit : Les Allemands sont pressés d’arriver sur les nouvelles positions et se dépêchent.

À propos de ces lignes Hindenburg, Welschinger nous a dit aujourd’hui tenir de Cambon qu’on allait chercher à les tourner par le nord où l’on monterait une grosse attaque avec les Américains.

Milewski est venu nous voir et, comme nous parlions des effectifs allemands, il nous a raconté une chose assez intéressante. Melle Miskiervicz, la Polonaise qui visite les prisonniers allemands mais polonais, lui a dit que ce n’était pas la classe 20 qu’elle trouvait mais de véritables enfants de seize ans qui, ayant beaucoup souffert de la nourriture et de la fatigue, étaient incapables d’être affectés à un travail normal. Il se peut, ajoute Milewski, que les Allemands aient ainsi envoyé des enfants de leurs allogènes pour ménager leur propre « viande », mais enfin, la chose est tout de même intéressante.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Un sapin est un fiacre.

[3] Antoine Marty est le secrétaire particulier de Clemenceau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.