23 mars 1916

23 mars 1916

 

Dear old man,

 

L’humanité est parfois bien bizarre. Je viens d’avoir un exemple de petitesse chez un homme que je considérais comme tout à fait au-dessus des sentiments vulgaires. Cet homme a été admirable, il a pour tout une largeur de vue très grande et il est digne en tout point d’estime et d’admiration, c’est notre ami Vesnitch le ministre de Serbie. Je l’ai vu à l’œuvre dans les moments où son pays traversait l’affreuse crise que tu connais lorsque, lâchée par nous, lâchée par tout le monde, la pauvre Serbie était écrasée par les Bulgares et les Austro-Boches. Il n’a cessé de montrer quelle eût été la véritable politique à suivre. Voilà que le prince arrive et Vesnitch nous semble un peu bizarre, nous donnant peu de renseignements, quelques-uns inexacts, semblant ne pas attacher une très grande importance à ce voyage. J’ai eu l’explication de cette attitude. Il avait été très opposé à cette visite qui s’est faite tout de même mais il n’y mettait aucune bonne volonté. Et pourquoi, me diras-tu. Tout simplement parce que avec le prince arrivent le président du Conseil et le quasi-ministre des Affaires étrangères, et le brave Vesnitch va se trouver au second plan dans les négociations et dans la Conférence des Alliés. Garde strictement mes appréciations pour toi car elles me sont personnelles et je ne voudrais pas que rien venant de moi puisse nuire à un homme pour lequel j’ai la plus grande admiration, je te le répète, et une vive sympathie. Malgré tout, il y a une petite ombre au tableau comme on s’explique les jalousies entre généraux ! Jalousies qui coûtent parfois si cher au pays.

On me racontait ce matin qu’un député, Raffin-Dugens [1], avait déclaré à la fin du mois dernier, un peu avant la grande bataille, que la guerre serait finie le 18 mars et que nous demanderions la paix. Je n’ai pas vérifié le propos qui n’a peut-être jamais été tenu, mais dans un certain milieu, on

[le reste manque]

 

 

 

En-tête du Journal des Débats

 

Mon cher Pierre,

 

Vite un mot seulement car je pars à 3 h pour causer ce soir une demi-heure avec Vauréal [2] à Nantes. Je serai de retour à 6 h demain matin.

J’avais oublié de te dire qu’au nombre des informations Lazare Weiller [3], il y en avait une que je t’ai omise. C’est que les Allemands formeraient une armée d’hommes sans fusils avec des moyens de montre tout à fait inédits. La lettre de Lazare Weiller au Temps laissait prévoir cette éventualité.

Ton affectionné

Et

[1] Jean-Pierre Raffin-Dugens (1861-1946). Homme politique. Député socialiste de l’Isère (1910-1919).

[2] Pierre de Vauréal (1871-1961). Beau-frère d’Étienne de Nalèche. Il est administrateur général de la Compagnie des Phares de l’Empire ottoman, principal actionnaire de la Compagnie des chemins de fer Jaffa-Jérusalem et administrateur du Journal des Débats.

[3] Lazare Weiller (1858-1928). Ingénieur. Homme politique. Député Alliance démocratique de Charente (1914-1919). Collaborateur du Journal des Débats et de la Revue des Deux Mondes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.