27-28-29-30 août 1918

27-28-29-30 août 1918

 

Trois jours complets sans pensum. Est-ce que cela n’a pas été une vacance pour toi que de ne pas être obligé de lire mes pauvretés. Tu me le diras. En attendant, je reprends le cours de mes papiers.

Bidou nous est arrivé de l’armée britannique aujourd’hui. Je ne l’ai malheureusement pas vu mais je déjeune avec lui demain, invité par un tiers malheureusement, sans cela je t’aurais prié de te joindre à nous. Ici on a causé avec lui et, d’après le récit que j’ai eu de sa conversation, il me semble beaucoup moins emballé que tous nos contemporains. Il se serait même élevé avec assez d’énergie contre les récits de tous les correspondants de journaux aux armées qui, ne voyant rien, font des papiers avec les renseignements qu’on leur donne et qui sont rien moins que véridiques. On m’a répété que Bidou aurait déclaré que les Alliés n’iraient pas plus loin que les lignes Hindenburg, qu’on s’arrêterait là, et pour cause.

L’armée Mangin est tombée sur un formidable bec de gaz. Ne croyant avoir presque rien devant elle, on a attaqué et on s’est trouvé en face d’un nombre important de divisions qu’on ne soupçonnait pas et la bataille fut terrible. Mangin s’en est tiré puisqu’il a continué à progresser, mais à quel prix ![1]

Tout cela, naturellement, je ne l’ai pas recueilli de la bouche de Bidou, mais je l’ai compris d’après ce qui m’a été répété de ses propos. Demain je te renseignerai mieux. De toute façon je tire cette impression, c’est qu’on a bien tort d’embarquer le public dans cette voie glorieuse qui peut amener un affaissement complet au moindre insuccès. Il est certain qu’en lisant les gazettes chaque matin on est stupéfait qu’il y ait encore un ennemi sur notre territoire. Les Allemands fuient en désordre pour l’un, ils crèvent de faim pour l’autre, un troisième déclare qu’ils sont embourbés dans des marais, un quatrième qu’ils font tous «kamarades » et, au demeurant, la bataille fait rage et on nous tue du monde.

Il me semble t’avoir raconté ce qui s’était passé à Roye [2] et le piège dans lequel est tombée la cavalerie franco-britannique. C’est encore une histoire qui a coûté cher, d’autant plus que le commandement a fait continuer la charge.

Dans mon court voyage à Lyon, j’ai constaté une chose assez curieuse, c’est la mauvaise grâce des milieux officiels à l’égard des Américains. Tout ce qui est fonctionnaire me paraît mal disposé, hargneux au moins dans les propos sinon dans les actes. Je déjeunais chez le président du tribunal de commerce [3], un fort brave homme, et je m’en suis ouvert à lui. Il m’a dit que c’était parfaitement exact, non seulement à Lyon mais dans presque toute la France. Les fonctionnaires sont remplis des prévisions les plus sombres et les plus pessimistes sur les suites de l’invasion américaine, ils voient les plus grandes calamités en résulter et n’apportent aucun empressement dans leurs rapports avec nos alliés. Il y a constamment de petits conflits administratifs qui, parfois, amènent un peu d’irritation. Mon excellent président déplore tout cela mais le constate. Il est certain que tout le rond-de-cuirisme est fâcheusement bouleversé par des gens qui scient les montagnes, endiguent les fleuves, comblent des marais habitués à être des marais depuis des centaines d’années, font des routes droites alors que les agents voyers font des lacets. J’ai pensé qu’il était bon de noter cet état actuel de l’opinion officielle. Un jour ou l’autre, il naîtra quelque conflit désagréable. Mon hôte me citait, à l’appui de ce qu’il me disait, les sentiments du préfet du Rhône qui est certainement un de nos meilleurs préfets, Rault [4], et qui ne supporte les Américains qu’avec peine.

Quelques renseignements de Londres. Si le gouvernement, poussé par Northcliffe, Beaverbrook et d’autres industriels, fait les élections générales en novembre comme il y semble décidé, il aura la majorité à moins d’incidents imprévus. Au point de vue de la politique intérieure, les élections produiront certainement une situation nouvelle, mais au point de vue militaire, elles n’amèneront aucun changement. Une lettre de Londres m’en donne les raisons suivantes :

En haut et en bas, personne n’a intérêt à hâter la fin de la guerre. En haut parce que les uns veulent conserver le pouvoir et les honneurs et que les autres font des affaires d’or et gagnent ce qu’ils veulent ; en bas parce qu’en dépit des restrictions, ouvriers et salariés sont mieux payés que jamais et sont toujours en mesure, grâce à l’arme de la grève dont ils usent et abusent, de faire en sorte que l’augmentation dépasse celle de la cherté de la vie. Pour bien des gens, pour la majorité des gens peut-être, la guerre est une industrie et un vaste pique-nique. Les restaurants et les hôtels ne désemplissent pas ; les lodging houses et les boarding houses [5] ne savent où fourrer leurs clients ; les théâtres font des affaires d’or, les cinémas regorgent, les villes d’eaux, stations balnéaires (la côte exceptée, en partie) n’ont jamais vu tant de monde. À Londres comme en province, les magasins de nouveautés, les bijoutiers, facteurs de piano, gramophones gagnent tout ce qu’ils veulent. Ces gens-là n’ont qu’un souhait : « Pourvu que cela dure. »

La vie s’est organisée depuis quatre ans et les Anglais s’y sont adaptés avec une souplesse merveilleuse. Ils ne se sentent pas touchés directement par la guerre, ils n’ont sous les yeux ni villages détruits, ni campagnes dévastées, ni réfugiés des pays envahis (Ils ont eu à Londres au début de la guerre des Belges, c’est vrai, mais les Belges ont vite cessé de leur plaire – les uns parce qu’ils étaient de formidables rivaux dans les ateliers – les autres parce qu’ils étaient trop exigeants). Les souffrances matérielles, pour eux, sont à peu près nulles et les deuils ne produisent pas sur les Anglo-Saxons la même impression que sur les Latins. Les gens qui souffrent sont les petits rentiers, petits boutiquiers, petits retraités ou pensionnés, membres des professions libérales. Mais, comme dans tous les pays, ils sont muets pour la plupart et les autres ne disent rien par fierté ou par snobisme. En tout cas, ce sont des gens dont les autorités et le gouvernement ne tiennent aucun compte.

Dans ces conditions, Lloyd George n’a rien à craindre d’un appel au pays au point de vue de la guerre.

Au point de vue intérieur, la situation est différente surtout si l’élément économique entre dans les élections, et c’est ce qui arrivera car, pour la guerre, il n’y a nul besoin de faire les élections.

Mais on a affaire à des gens habiles qui dissimulent leurs ambitions économiques sous les apparences d’un ardent patriotisme. Dès qu’on les attaque, ils crient au pacifisme et le plus hardi n’ose souffler mot. Au fond, la campagne électorale est l’œuvre de ceux qui veulent le tariff [sic] reform, la préférence impériale et le statu quo (pas de Home Rule en Irlande), en un mot le protectionnisme effréné, le tarif général à quatre étages et tout ce qu’il comporte.

Lloyd George est l’homme qu’ils ont choisi et dont ils demandent des garanties (ils le disent nettement dans leurs journaux) qu’il est prêt à leur donner. Pourquoi ? Parce qu’il veut rester ministre et se débarrasser des vieux conservateurs (Balfour, Curzon [6], etc.) qui, eux, ne veulent pas d’élections générales, pas plus que les chefs libéraux d’ailleurs.

Que les élections générales arrivent et Asquith, par exemple, n’osera pas lever l’étendard libre-échangiste parce qu’on lui dirait qu’il désunit le pays et rompt le pacte de la coalition. Les ouvriers ne diront pas grand-chose parce que l’économie politique les laisse froids et qu’on fait valoir à leurs yeux que, lorsque les produits étrangers n’entreront plus en franchise, ils gagneront beaucoup d’argent sans se fatiguer. Et alors, sous le prétexte de donner plus de pouvoir à Lloyd George pour la guerre, on fera le tariff reform, la protection et tout le bataclan.

Il n’y aurait qu’une cause qui pourrait tourner les élections contre Lloyd George, un hiver rigoureux avec manque de combustible. Mais on prendra des mesures pour éviter ce danger.

Donc, s’il n’y a rien à craindre pour la guerre, il y a pour la France terriblement à ouvrir l’œil au point de vue économique. Il y a beaucoup à redouter.

Et

[1] Bailleul est libérée. 205 villages sont détruits (25 % de la commune), 380 touchés, 121.956 immeubles détruits et 33.000 endommagés. Bapaume est libérée. Les Français entrent à Noyon.

[2] Le 8 août 1918, offensive de Douglas Haig sur Roye et Chaulnes avec 12 divisions, 456 chars et 400 avions. Piège à expliquer.

[3] Il s’agit probablement de Charles Soulier. Cf. lettre du 15 février 1917.

[4] Victor Rault (1858-19). Préfet du Rhône (22 mars 1911-3 septembre 1918).

[5] En anglais : « hôtels meublés et pensions ».

[6] George Curzon (1859-1925). Anglais. Diplomate. Homme politique. Dirigeant du parti conservateur. Ministre des Affaires étrangères. Vice-roi des Indes (1899-1905). Il a donné son nom à la ligne Curzon qui partage la Pologne et la Russie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.