26 août 1918

26 août 1918

 

Comment as-tu trouvé la réponse de Clemenceau aux conseils généraux ? C’est un ramassis de grands mots et qui est de nature à laisser croire que, d’ici à quelques jours, la guerre va être finie. Le journaliste reparaît toujours avec ce vieil homme. Le président de la République avait beaucoup mieux parlé. Il laissait entendre qu’il fallait encore un gros effort et que la guerre n’était pas finie. C’était beaucoup plus sage.

La Reuter a aussi une terrible propension à nous montrer l’Allemand démoralisé, toujours prêt à se rendre et n’en cherchant que l’occasion. Le public est alors fort étonné lorsqu’il s’aperçoit que, tout de même, ces hommes si démoralisés n’ont encore rendu ni Noyon, ni Roye, ni Bapaume [1]. Reuter a même eu une idée bien plus fâcheuse. Je l’ai su par François (?). N’avait-elle pas envoyé, pour être donné aux journaux, un article du Times insistant sur ce point qu’on pouvait être surpris de voir une avance anglaise aussi lente alors que l’avance française avait été si rapide. C’est parce que les Français n’ont devant eux que des troupes fatiguées et démoralisées tandis que, devant les Anglais, ce sont des troupes très solides et ardentes qu’il est beaucoup plus difficile de battre. Tu vois comme c’était adroit et bien fait pour améliorer les relations. Ils ont paru très étonnés quand François (?) a refusé de transmettre et leur a expliqué en quoi c’était une grosse maladresse. Il faut leur rendre cette justice qu’ils n’ont pas insisté.

J’ai omis de te dire hier que Bardoux se demandait comment les Anglais feraient pour tenir le coup si l’on veut continuer à marteler l’ennemi pendant les deux mois qui nous séparent de l’hiver. Nos Alliés subissent une crise d’effectifs assez grande et n’ont plus rien à engager en dehors de ce qui est sur le front. Les trente mille hommes qu’ils avaient envoyés ont fondu dans la réparation des pertes de mars. C’est donc là qu’il faut faire intervenir les appoints américains et je te signalais, je crois, les difficultés que présentait l’amalgame. Il est impossible de faire combattre ensemble les deux éléments. On ne pourrait donc tout au plus que les juxtaposer.

Il est à peu près décidé qu’un haut-commissaire serait envoyé en Sibérie pour prendre la direction de toutes les affaires des Alliés, lesquelles auraient un côté diplomatique et un côté militaire qu’il faudrait coordonner. On avait pensé tout d’abord au maréchal Joffre, puis on s’était dit qu’il réussissait assez bien avec l’Amérique, qu’il n’y aurait pas avantage à le déplacer. On s’est alors adressé à Beau, mais ce dernier a prétexté son état de santé et a refusé. C’est maintenant Regnault [2] que l’on désigne. Regnault a précédé Delanney au Japon. Je crains que le choix ne soit bien médiocre. Je voudrais bien savoir quelles seront les instructions qu’on lui donnera. Il est très probable que ce seront celles que l’on donne à tous nos chefs de mission. « Vous verrez vous-même. Faites au mieux. » En joignant cette netteté aux initiatives d’un fonctionnaire de troisième plan, on fait de grandes choses.

T’ai-je dit que l’affaire chinoise avec le Vatican était en voie d’arrangement et que, pour la première fois depuis des années, nous avions été l’objet des compliments de l’ambassade d’Italie.

Le sionisme continue de plus belle en Palestine sous l’œil encourageant d’Allenby. Je suis avec beaucoup d’attention l’Univers israélite, le petit organe des Juifs de France. Dans chaque numéro il y a une tartine et, chaque fois, nous y voyons le compte rendu d’une cérémonie israélite à laquelle assistent le général anglais et son état-major. Ici, personne ne s’en préoccupe. Au Quai d’Orsay, on trouve cela parfait. Je vois bien l’avantage anglais dans la création du royaume juif, mais je n’aperçois pas clairement les avantages que pourrait en tirer la France dont l’influence disparaîtra fatalement ; les sionistes viendront et viennent de tous les pays, ils n’auront plus, comme les anciens Palestiniens, les mêmes raisons de se tourner vers nous.

Et

[1] Offensive de 1ère armée britannique à l’est d’Arras et Bailleul. Prise de Roeux. Progression vers Bapaume et Péronne. La Somme est franchie. La 1ère armée française attaque et prend Fresnoy-lez-Roye et Saint-Mard.

[2] Eugène Regnault (1857-19). Avocat. Diplomate. Il est ambassadeur de France au Japon depuis le 16 août 1913. Il est nommé haut-commissaire en Sibérie en septembre 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.