25 août 1918

25 août 1918

 

Nos nouvelles d’hier soir se sont trouvé confirmées ce matin. Cependant, la censure continue à nous ennuyer pour Bapaume. La ville n’est peut-être pas aussi prise qu’on le dit ou tout au moins la chose n’est peut-être pas définitive [1]. On nous fait enlever le titre de la dépêche Reuter mais on laisse subsister le texte. Jacques Bardoux, arrivé ce matin, nous dit du reste que pour garder Bapaume il faut être maître d’Avesnes, organisé d’une façon admirable et dominant la place. Si, à Bapaume, les Français ont été battus, c’est qu’ils n’ont pu s’emparer d’Avesnes. Bardoux nous dit aussi que ce succès de l’armée anglaise est très important et arrivé au bon moment. Nos Alliés commençaient à devenir très nerveux et ce n’était pas de très bon augure. D’après lui, les Anglais souffrent d’une crise d’effectifs très aiguë. Ils avaient leurs réserves mais elles ont été absorbées par l’affaire du 21 mars, et même Bardoux se demande s’ils pourront continuer l’offensive.

Je lui demande s’il ne croit pas que l’on pourra boucher les trous avec les Américains. Il me répond que les amalgames n’ont pas remarquablement réussi. Il y a quelque temps, on avait adjoint des troupes américaines aux Australiens, et ce commandement pense donner plus de force et d’homogénéité à l’attaque en amalgamant les deux troupes. L’attaque a lieu, les objectifs sont atteints. Dans les deux jours, on reçoit un message de Pershing mettant d’office à la retraite le commandant qui s’était prêté à cet amalgame. Douglas Haig s’en plaint à Foch qui lui répond : Vous voyez, mon cher Maréchal, qu’il n’est pas toujours commode de commander des troupes alliées. La réponse était piquante étant donné les rapports si difficiles avec l’armée anglaise. Mais, sans amalgamer, on pourra tout de même intercaler des Américains.

Bardoux prétend que les Allemands avaient depuis longtemps le projet de se retirer sur les lignes Hindenburg, et c’est ce repli qu’ils exécutent. Cependant, une retraite qui laisse des prisonniers et du matériel n’est plus un repli.

J’ai oublié de te raconter hier une chose que j’avais apprise et qui ne laisse pas que d’être intéressante, si toutefois c’est bien la vérité.

Tu as vu dans les journaux que l’affaire Caillaux était entrée dans une phase nouvelle par suite des révélations d’un clerc de Desouches, lequel aurait à son tour mangé le morceau. Voici ce qui m’a été raconté par un homme très en relation avec le cabinet Clemenceau.

Au début de la guerre, le nommé Spitzer [2] vint avec la plus chaude recommandation de Caillaux, le sieur Malvy, et lui exposa qu’étant naturalisé, vaguement réformé, il pouvait craindre les décisions des conseils de réforme. Malvy lui répondit : « Vous avez, je crois, une très jolie villa en Suisse dans un site enchanteur. Vous êtes souffrant, allez donc vous y reposer. » Sitôt dit, sitôt fait, Spitzer fila en Suisse et ne tarda pas, toujours muni des plus belles recommandations de Caillaux, un familier de l’ambassadeur de France. Il entra même au consulat où il fit la pluie et le beau temps. Là il entra en relation avec le nommé Schoeller et, d’accord avec ce dernier, il s’aboucha avec Alphonse Lenoir pour acheter les actions du Journal. Tout allait très bien lorsque la mort de Lenoir vint troubler toute l’affaire. Je t’ai raconté naguère comment Humbert [3] avait voulu s’emparer des actions du fils Lenoir, l’intervention du conseil judiciaire et, finalement, la découverte du pot aux roses. Je ne t’avais pas parlé des débuts de l’histoire. Et voilà comment Caillaux serait compromis dans cette affaire dont il aurait été la cheville ouvrière. Il s’agirait pour lui maintenant, non plus seulement d’une vague condamnation comme celle de Malvy, mais du poteau. On m’a dit également que, le chef de cabinet de Clemenceau, et Ignace étaient résolus à pousser les choses jusqu’au bout, qu’ils savaient que, s’ils n’obtenaient pas la tête de Caillaux, ce serait la leur qui sauterait, que, dans ces conditions, il y avait peu de chance que l’affaire ne soit pas poussée à fond.

J’ai eu aussi une assez bonne histoire qui confirme la bonne opinion que nous avons tous sur les méthodes de gouvernement de nos délicieux Viviani, Briand et consorts. Tu sais quels affreux micmacs ont eu lieu lors des achats de chevaux en Argentine et en Amérique. Octave Homberg [4], au cours de sa mission aux États-Unis, réunit sur les tripotages Féline, Lagarenne et autres les faits les plus précis, les plus scandaleux et à la fois les plus rigolos. Il en fit un rapport au ministre qui fut lu au conseil et y développa la plus grande joie. Aucune sanction ne fut prise. Au contraire, Féline reçut plus tard son 5e galon.

Homberg, de retour, rencontre chez Larue Briand et Viviani dînant ensemble comme cela leur arrivait constamment. Il vint causer avec eux de son rapport. Ah ! dit Briand, je vous assure que vous nous avez bien amusés au Conseil des ministres. Tout ce que vous nous avez raconté était prodigieusement drôle et ses canailleries d’un comique achevé.

Et Féline ? demande Homberg. Qu’en avez-vous fait ?

Féline. Je ne sais pas trop, je crois qu’il a eu de l’avancement.

Tête d’Homberg qui demande si, tout de même, on ne prendra pas de sanctions.

Que voulez-vous, reprit Briand, tout cela est loin et s’embarquer dans une affaire pareille ! Il vaut mieux que cela soit comme cela.

Et voilà nos hommes d’État.

Je reçois d’Espagne une lettre assez indignée. On m’envoie la coupure ci-jointe du journal payé par la Rue François-Ier sans doute pour déshonorer la France. Qu’en dis-tu ? Rends-moi la coupure car je vais faire des observations à Klobukowski.

Le chef de notre propagande, là-bas, que je connais et que l’on a envoyé après les mésaventures de Bréal, est un assez brave garçon mais qui n’avait qu’un défaut, c’était d’ignorer totalement l’Espagne, a une histoire avec la colonie sur laquelle il s’est exprimé en termes discourtois. De plus, il fait marcher pour la république contre le roi, ce qui est réellement habile, surtout en ce moment. Et tout cela, me dit mon correspondant, coûte des sommes que l’on n’imagine point.

Àtoi.

Et

[1] Depuis le 21 août, a lieu une attaque importante. Les trois armées anglaises progressent régulièrement dans la Somme. Les Allemands résistent mais cèdent Bapaume et Avesnes-lez-Bapaume. La 10e armée française se heurte à une vive résistance entre l’Ailette et l’Aisne.

[2] Non identifié.

[3] En janvier 1916, Charles Humbert rachète les actions du Journal à Pierre Lenoir qui avait pu se les procurer grâce à de l’argent allemand fourni par Paul Bolo.

[4] Octave Homberg (1876-1941). Agrégé de philosophie. Diplomate. Attaché d’ambassade à Munich et à Berlin. Il est le principal collaborateur d’Alexandre Ribot, ministre des Finances. Il est envoyé en mission aux États-Unis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.