22-23-24 août 1918

22-23-24 août 1918

 

Je mets trois dates car je crois bien que ma note du 22 devait seulement porter 21. N’interrompons pas un si bel enchaînement. Il y a beau y avoir trois dates, cela ne sera pas beaucoup plus intéressant, j’ai dû verbalement déjà te vider le fond de mon sac.

Je t’avais parlé des changements du Quai d’Orsay [1]. Margerie serait écarté pour raison de santé et remplacé à la direction politique, non pas par Berthelot qui se croyait appelé, mais par Allizé. On vient de me dire que ce remplacement ne serait effectué qu’en septembre. Il est probable que Berthelot a dû se remuer et faire retarder les nominations, pensant bien que gagner du temps c’était peut-être gagner la partie.

Il y a une autre partie qu’il est en train de gagner, c’est en Chine avec la Banque industrielle à la tête de laquelle se trouve son cher frère, l’homme intègre que l’on appelle André Berthelot [2]. Je t’avais parlé déjà de la campagne de la Banque industrielle de Chine contre la Banque de l’Indochine et des moyens douteux employés par cette association à laquelle André Berthelot a promis d’apporter le concours du gouvernement français grâce à l’appui de son frère. La Banque industrielle de Chine a une prospérité extraordinaire grâce à quatre-vingts millions qui lui furent versés pour la construction d’un port. Le gouvernement anglais empêche cette construction, et la Banque industrielle a refusé de rendre la somme dont elle paie au gouvernement chinois le modeste intérêt de 1 1/2. Tu vois quels bénéfices elle réalise sur ces quatre-vingts millions dont l’utilisation ne pourrait être exigée qu’après le consentement anglais c’est-à-dire dans cent dix ans au moins. Or la Banque industrielle de Chine va créer à Vladivostock une agence par laquelle passeront tous les crédits afférant aux affaires russes. Tu te rends compte de ce que cela va être comme bénéfices, surtout si nous considérons les scrupules des hommes qui seront à la tête. Note que cette agence sera montée avec les employés soulevés à la Banque d’Indo ou dans les autres administrations. Le procédé est simple. Quand on a vu travailler un bonhomme, on lui dit : Combien gagnez-vous à l’Indochine – Dix mille ? – Je vous en offre quarante mille. – Le bonhomme n’hésite pas. Quelque jour, tout ce monde-là se cassera les reins.

J’ai reçu quelques lettres assez curieuses au sujet de l’affaire de la Chine et du Vatican. Elles émanent de personnalités du monde catholique qui ne sont pas les premières venues. Il est vraiment étonnant de constater que la France passe après les considérations religieuses. Ils prétendent qu’il est tout naturel que le pape cherche à nous rouler en Chine, que les relations ayant été supprimées, le pape, somme toute, est dans son droit en nous jouant des pieds de cochon. Et ils nous blâment de chercher à démontrer que le pape a tort et que la France doit se défendre. Ces gens reconnaissent alors que les socialistes auraient tort de ne pas obéir aux injonctions des comités internationaux au détriment de leur pays. Quelle réponse peuvent-ils faire alors au grand maître de la franc-maçonnerie si celui-ci est allemand ou italien et poursuit une politique favorable à son pays en faisant marcher partout les hommes de sa religion, car c’en est une.

J’ai reçu une belle lettre d’Isaac [3] en réponse à la mienne. Je te la mets sous cette enveloppe. Tu la liras et tu verras si nous sommes du même avis. Isaac dit des choses très justes, très sensées, mais il dit plutôt ce qui devrait être. Or ça n’est pas. On n’a pas tenu la conduite de fermeté qu’il aurait fallu et nous nous trouvons en face d’une situation qui est ce qu’elle est, mais enfin qui est. Ce n’est pas la situation qui aurait dû être qu’il faut envisager mais celle qui existe. Il me semble que rien de pratique ne ressort de cette intéressante étude. Politique de fermeté, il a bien raison, mais comment faire montre de cette fermeté ?

On n’empêchera pas qu’au procès Malvy, Jouhaux n’ait fait preuve de bon sens et que Mme Paquin n’ait avoué payer cinquante centimes à ses ouvrières. Je crois donc qu’il faudra faire état des opinions excellentes que nous expose Isaac, mais, malgré tout, il faudra aussi tenir compte de l’état actuel des esprits. Isaac et beaucoup d’autres ne se rendent pas assez compte en ce moment de l’effroyable danger d’un peuple apprenant à connaître la force des bras croisés.

Ton

Et

[1] Cf. lettre du 21 août 1918.

[2] Cf. lettre du 18 juin 1918.

[3] « Malvy avait choisi sa juridiction : il a été jugé et condamné, non pas exactement pour les crimes dont on l’avait accusé, mais pour la conduite générale qu’il a eue au ministère pendant trois ans de guerre. Il est défendu par la CGT. On veut nous faire croire que la politique de faiblesse était la seule possible vis-à-vis de la classe ouvrière. Je n’en crois rien. J’ai écrit à ce sujet une longue lettre à Étienne de Nalèche avant de quitter Paris. » Auguste Isaac, Journal d’un notable lyonnais, p. 314, 10 août 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.