21 août 1918

21 août 1918

 

On est excité aux Affaires étrangères. Margerie est malade depuis assez longtemps et garde la chambre sinon le lit [1]. Il est fortement question de le remercier à la direction politique. Mais qui lui succédera ? Berthelot, depuis son absence, s’est fait nommer directeur adjoint ; c’est donc lui qui, logiquement, paraîtrait appelé à lui succéder. Cependant ce n’est pas lui qui serait choisi, ce serait Allizé que tu connais de Hollande. Ce matin, déjà, la chose redevient douteuse car on me dit que le mouvement serait ajourné à octobre. La lueur de raison de Pichon serait-elle mise à la raison ? Le clan Berthelot a dû fortement s’agiter.

Chaumeix a eu une longue conversation avec Painlevé. Je t’ai parlé hier d’une partie de cet entretien au sujet de l’offensive du 16 avril. Painlevé aurait déclaré que c’était fini et que, même, il avait eu un entretien avec Briand à ce sujet. Aussi ai-je été non pas étonné mais amusé par les propos que Briand a tenus si violents sur Painlevé au déjeuner Lebon. Painlevé a dit qu’au Conseil des ministres, Nivelle n’eut pas de meilleur défenseur que Malvy, encouragé par Poincaré. Le seul qui prit nettement parti contre lui fut Ribot. C’est amusant, dans ces conditions, de voir les groupements qui se sont faits autour de la condamnation.

Savais-tu que Nivelle avait été l’officier d’ordonnance de Roget [2], l’homme qui avait donné tant d’espoir à Déroulède, qui avait saisi son cheval à la bride pour le conduire au Capitole [3]. Tu sais que Galliffet avait dit de Roget : Il parle bien mais il parle trop. Nivelle fut un bon disciple car, d’après ce que j’en sais, il parle, il parle avec le style le plus pompeusement Directoire.

Painlevé ne désire plus le pouvoir. Il y a fait du reste tant de gaffes qu’il doit en être dégoûté. Nous aussi. Malgré tout, c’est un honnête homme qui n’est qu’un vieux collégien. Par exemple, ce qu’il dit de l’avenir politique correspond tout à fait à mes propres sentiments. Il est persuadé que l’affaire Malvy fait avancer la question sociale d’un très grand pas et qu’on s’en rendra compte plus tard. On finira par considérer que les Jouhaux et consorts ont été des hommes raisonnables et c’est à eux que l’on viendra. Mais il trouve que pour rien au monde il ne faudrait démolir Clemenceau en ce moment. Painlevé est là, un peu plus patriote vis-à-vis de son successeur que Briand qui n’a cessé de combattre ceux qui l’ont remplacé et avec la plus grande perfidie.

Visite de M. de Lapradelle [4]. C’est un jurisconsulte de valeur qui a opéré longtemps à New York et qui est ici professeur à la faculté, successeur de Louis Renault [5] aux Affaires étrangères. Il est venu me trouver comme ami de l’Amérique. Avec un groupe de personnalités sérieuses, ils ont envisagé la possibilité de pousser un journal en Amérique dans les milieux analogues au nôtre. Après avoir passé en revue tous les journaux, ils n’en ont vu qu’un seul qui correspondît à leur idéal, ce sont les Débats. Il m’offre de me donner, chaque fois qu’un homme d’une certaine importance dans le monde intellectuel d’outre-Atlantique viendra, de me donner quelques lignes courtes sur lui mais disant exactement ce qu’il est. Pour nous, cette proposition venant de Lapradelle qui connaît les valeurs m’apparaît comme excellente et de nature à aider puissamment à notre diffusion et à notre réputation.

La première note paraît ce soir.

Après cela, toujours l’Amérique, il me vient un journaliste avec une lettre d’introduction de Lechartier. Mais celui-là, tu le connaîtras. C’est un M. Henry Noble Hall [6] correspondant du Times, appelé en France pour suivre l’armée. Nous avons longuement causé. Il connaît depuis vingt ans Wilson qu’il a suivi comme gouverneur d’État. Lechartier et Hall sont les seuls à ne pas s’être trompés sur le président, et nous avons reproduit nous-mêmes bien des dépêches de ce Hall.

Je l’interroge un peu sur tout et ses réponses sont claires, nettes et précises. Une question semble le préoccuper. Quelle sera la réaction du peuple français si, un jour, l’Allemand inquiet et battu propose l’Alsace-Lorraine. Voudra-t-il malgré tout continuer la guerre ?

Je crois pouvoir répondre qu’une semblable proposition venue il y a quelques mois aurait risqué de désorganiser complètement notre armée, mais venant après des défaites marquées et si l’on sait préparer l’opinion, le poilu verra dans ces tentatives une manœuvre de l’ennemi aux abois. Il a paru satisfait et j’ai compris que c’est une opinion qu’il fera tenir au président. Ne suis-je pas dans le vrai ? Le Français victorieux ne sera pas le même que le Français battu ou déprimé. Mais, malgré tout, il faudra pour cela des gens habiles dans le gouvernement et sachant présenter les choses. On peut d’avance, si l’on veut, démonétiser la campagne allemande, mais il ne faut pas donner l’impression qu’on veut la continuation de la guerre à tout prix. Car Hall me dit ceci : Le président veut une paix qui soit définitive et non pas une paix de transition conclue avec la pensée de reprendre les armes tôt ou tard. Hall ajoute : Il ne faudra pas que le Français, non plus, ne veuille pas comprendre que d’autres peuples aspirent aussi à la liberté et que lui-même devra faire certains sacrifices pour le but commun. J’interroge alors Hall sur cette question qui m’inquiète vivement. L’Amérique, avec ses millions d’hommes sous [l]es armes ou plutôt l’armée nouvelle d’ici à quelques mois, ne prendra-t-elle pas elle-même un esprit militaire spécial qui pourra grandement nous gêner dans notre politique ou même la continuation de la guerre.

Il me répond après m’avoir fait expliquer que je n’entends pas par « esprit militaire » des conceptions impérialistes mais bien quelque chose de spécial à l’armée. Je ne le crois pas, cette armée sait qu’elle est temporaire et ne pensera qu’à rentrer chez elle. Du reste le président, dès maintenant, envisage les difficultés de la démobilisation. Je vais vous en donner confidentiellement une preuve. Vous savez que les Anglais ont désorganisé tous leurs services des Indes, de Java, de partout afin de donner aux Américains du tonnage pour le transport des hommes. Savez-vous ce que le président Wilson a dit au gouvernement anglais : « Je vois bien que vous avez fait tous vos efforts pour emmener des centaines de mille d’Américains, mais avez-vous pensé à leur retour ? J’exige que vous preniez l’engagement de les ramener. » Et les Anglais, par contrat, se sont engagés à ramener les Américains aux États-Unis.

Garde bien ce détail pour toi. Il est tout à fait inconnu et, jeté dans la circulation, il pourrait faire des réactions inattendues.

Hall m’a cité sur l’Amérique et la préparation à la guerre un fait typique : Une société de construction a fait adopter un type de bateaux de huit mille tonnes et s’est engagée à en livrer un toutes les quarante-huit heures, et cela pendant soixante ans si c’est nécessaire.

Hall dit que, maintenant, l’alliance américaine est cimentée, que les yankees savent qu’un million des leurs va être enterré en terre française et que ce sera pour l’avenir le meilleur gage d’une union quasi éternelle. De plus, ces tombes attirent chaque année des milliers de visiteurs américains en France.

Note que c’est un Anglais qui a parlé, et ce fait donne une importance bien plus grande à tout ce qui m’a été dit.

À l’instant, je reçois un mot de Washington justement dans lequel il y a ceci : Les missions françaises se succèdent ici comme les vagues de la mer, ou sont plus nombreuses, et M. Woodrow Wilson se renferme de plus en plus dans sa tour d’ivoire.

Ouf ! m’auras-tu lu jusqu’au bout ? C’est toi qui prends le pensum.

Et

[1] Pierre de Margerie (1861-1942) est malade depuis fin juin 1918.

[2] Gaudérique Roget (1846-1917). Général.

[3] Le jour de l’enterrement du président Félix Faure, le 23 février 1899, Paul Déroulède (1846-1914) tente de persuader le général Roget de marcher sur l’Élysée pour renverser la République. Le général refuse.

[4] Albert Geouffre de La Pradelle (1871-1955). Professeur de droit international à la faculté de droit de Paris. Directeur de la Revue du droit international privé. Jurisconsulte des ministères des Affaires étrangères, de la Marine et de l’Air (1913-1927). Il a enseigné à l’université de Columbia et est envoyé en mission aux États-Unis.

[5] Louis Renault (1843-1918). Juriste. Professeur de droit international public à la faculté de droit de Paris. Prix Nobel de la paix (1907).

[6] Henry Noble Hall. Américain. Journaliste, correspondant du Times.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.