21 mars 1916

21 mars 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

J’ai reçu hier au soir ta petite lettre et suis heureux que le changement ne contrarie pas trop ton existence. Du reste, comme je te le disais hier, il passe pour assez gentlemanlike.

Je ne te parle pas du communiqué de tantôt ; comme il note une légère progression, les esprits à la Chambre en ont été un peu surexcités. Il me semble cependant bien me rappeler qu’il y a une quinzaine de jours, Pétain avait déclaré qu’ils arriveraient presque forcément à occuper Avocourt (bois et village) qui se trouve dans un fond, mais que nous avions certaines cotes qui les empêcheraient de déboucher. J’en causais ce matin avec le colonel Rousset avec qui je déjeunais, et il me disait que c’est précisément cette raison-là qui les a empêchés d’attaquer de ce côté la première fois. Hier, je te parlais d’Hedeman [1] et j’ai oublié de te raconter comment, à Algésiras, il fit la connaissance de Visconti-Venosta [2]. N’ayant aucun moyen d’être présenté aux grands plénipotentiaires qui habitaient l’hôtel côte à côte avec les journalistes mais ne frayaient pas avec eux, il avait inventé le stratagème suivant. Dès le matin, il descendait aux cabinets un peu primitifs et là se livrait à de violentes attaques contre les portes. Naturellement, des voix agacées partaient de l’intérieur : – Il y a quelqu’un. Attendez un moment, etc. Hedeman reconnaissait les voix et s’écriait : Ah ! c’est vous, monsieur le ministre, pardonnez-moi, prenez votre temps. Quand le diplomate avait fini, il trouvait Hedeman souriant à la porte et la glace était rompue. Voici le propre récit de Visconti-Venosta.

Je t’ai dit tout à l’heure que j’avais déjeuné avec le lieutenant-colonel Rousset. Le connais-tu ? C’est un grand gros homme qui a une figure vulgaire mais des yeux assez vifs un peu trop rapprochés du nez, ce qui n’est pas un signe d’intelligence élevée. Il y avait comme autres convives Guist’hau, l’ancien ministre, Maginot et ses béquilles, et Berthoulat [3]. Le ton m’a paru beaucoup moins monté qu’à la réunion précédente. Tout le monde déplore que Maginot se soit mis dans un groupe, ou plutôt ait créé un groupe composé de très mauvais esprits, Viollette, Pascal [4], etc. On l’y flatte et on lui amènera quelque mauvaise histoire. On l’y retient parce qu’il y est flatté et savamment monté. Il ne s’est rien dit à ce déjeuner de particulièrement intéressant.

Nous avons causé avec Guist’hau de l’état dans lequel Augagneur a mis nos grandes compagnies de navigation et a rendu un décret par lequel une indemnité ne serait due aux compagnies réquisitionnées que pour la partie non amortie des bateaux. De plus, on n’a même pas payé ces sommes-là. Les compagnies se sont trouvé obligées non seulement de fournir leurs bâtiments. Sans argent, sans personnel, ces armateurs ne peuvent rien mettre en chantier de sorte que, la fin de la guerre arrivant, c’est l’Angleterre qui prendra tout le trafic. L’Angleterre, au contraire, a pris toutes ses précautions, elle a exigé la construction de bateaux en même temps qu’elle versait aux armateurs plus de trois cents millions de francs comme prix de réquisition.

L’amiral Lacaze fait tout ce qu’il peut pour sortir de cette situation, mais il est toujours lié par le décret de son prédécesseur et gêné par là même malgré toute sa bonne volonté. Il m’a fait un mal cet Augagneur !

Voici le prince de Serbie [5] arrivé. Il y a eu sur le parcours beaucoup de monde et l’arrivée a été chaude. On me disait tout à l’heure que le président n’avait pas trouvé le public assez chaud, et on fait retomber cela sur le pauvre Laurent [6] auquel on reproche de n’avoir pas su organiser son affaire. C’était moins bien fait qu’hier pour Cardina [7], paraît-il. Néanmoins, ce qui est meilleur, c’était un public très convaincu.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Emilio Visconti-Venosta (1829-1914). Italien. Homme politique. Il représente l’Italie à la conférence du Maroc à Algésiras en février 1906. Ministre des Affaires étrangères à plusieurs reprises entre 1863 et 1901.

[3] Georges Berthoulat (1859-1930). Journaliste. Membre du Syndicat de la presse parisienne. Rédacteur politique et secrétaire général du Progrès de Lyon. Directeur et rédacteur en chef de La Liberté (1888-1920). Homme politique. Député républicain indépendant de Seine-et-Oise (1902-1906).

[4] Non identifié.

[5] Pierre Ier, prince de Serbie (1844-1921). Prince régent. Il épouse en 1883 Zorka (1864-1890), fille de Nicolas Ier, roi de Monténégro.

[6] Il s’agit probablement d’Émile Laurent (1852-1930), préfet de police.

[7] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.