20 août 1918

20 août 1918

 

En même temps que la nouvelle de l’offensive si heureusement commencée [1], Franklin me remettait une dépêche que la censure ne lui a pas permis de donner et qui annonçait le torpillage en Méditerranée du bateau Le Balkan attaché au service de la Corse. Il a coulé avec cinq cents passagers dont on ne dit pas la qualité [2]. Ce devait être un mélange de passagers civils et militaires. À la nouvelle de ce tragique événement, la dépêche ajoute que de terribles représailles ont eu lieu contre les prisonniers internés en Corse. Le télégramme porte le mot terribles. Cela a donc été sérieux. Que vont faire les Allemands contre les nôtres ? Évidemment, ils ne laisseront pas passer cela aussi facilement et ils réagiront. Peut-être parviendra-t-on à étouffer l’affaire. En tout cas, ce qu’ils feront pourra nous servir d’indication sur leur santé morale.

Réunion rue de Châteaudun [3] où, pour la première fois, le jeune Paul de Cassagnac [4] est venu siéger en uniforme de capitaine. Je crois qu’il a eu une très belle conduite. En tout cas, il est capitaine, Légion d’honneur et croix de guerre avec deux palmes. Il vient d’être détaché par le GQG à la commission de la Presse. Il n’a accepté le poste que temporairement et nous expose ses projets d’amélioration de ce service. De son exposition il ressort que nous sommes honnis par MM. les officiers. Après la séance, j’ai causé avec lui et je l’ai interrogé sur ce qu’il pensait de l’état actuel de l’armée allemande. Il la croit très à bout de souffle. Pour lui, aussi bien chez les Allemands que chez nous, il y a un universel désir de paix, mais chez nous le moral s’est plutôt amélioré et chez eux il a baissé. Cassagnac croit que maintenant on va pousser partout et sans arrêt pendant ces trois mois. Il ne serait pas étonné que cela craque chez eux dans ce délai. Il porte aux nues les Américains et dit à leur propos, comme à propos de la jeune classe allemande : « On ne se doute pas de l’avantage qu’a une troupe exercée qui n’a jamais vu le feu. Elle y va de tout cœur. Tandis que nous, les vieux, au moment d’une attaque nous savons au juste ce qui nous attend. Nous savons qu’à tel endroit il y aura une mitrailleuse, à tel autre nous recevrons des obus, etc., etc., et l’entrain n’y est plus. » Le tout est de savoir si nous pourrons tenir ces trois mois d’attaques incessantes. Nos effectifs peuvent être comblés par les Américains, mais la consommation sera terrible. J’ai demandé à Cassagnac s’il ne croyait pas qu’à la longue il ne se formerait pas un esprit militaire américain qui modifierait cet état un peu mystique qui les fait se battre avec tant de bravoure et de mépris de la mort. Son avis est contraire. Il croit que, leur besogne achevée, ces hommes-là ne penseront qu’à rentrer chez eux et reprendre leurs travaux pacifiques.

En sortant du comité, je suis allé Rue François-Ier et j’ai causé assez longuement avec Klobukowski[5]. Tu sais qu’il est maintenant commissaire général de la Propagande. Il revient de Londres enchanté. Il ne tarit pas sur les mérites de Northcliffe, la façon dont il a été reçu, les égards dont il a été l’objet, les avantages qu’il a obtenus, etc., etc. Il a réussi à décider l’unification de la propagande en France et en Angleterre et a été enchanté de Wickam Steed, qu’il ne m’a pas paru avoir connu avant ce voyage. Ce qui est extraordinaire pour un diplomate car Steed est bien un des hommes les plus connus en Europe. Klobu m’a gravement annoncé que Steed était un homme d’une grande intelligence. J’ai demandé à notre commissaire général s’il avait noté cette impression qui a frappé tout le monde de mécontentement, d’humiliation causée par l’accueil fait en France aux Américains. Eh bien, il n’a rien senti de la sorte. Ces sentiments ont peut-être existé mais, à l’heure actuelle, tout est oublié. Évidemment, le voyage de notre Klobu a dissipé tous les malentendus. Comme c’est beau de pareilles illusions !

À toi.

Et

[1] La deuxième bataille de Noyon et l’offensive au nord de la Somme ont lieu du 20 au 29 août 1918. Elles enlèvent la ligne de résistance ennemie sur une profondeur de 4 km. (8.000 prisonniers).

[2] Le Balkan est torpillé.

[3] Au siège du Syndicat de la presse parisienne.

[4] Paul-Julien de Granier de Cassagnac (1880-1966). Journaliste. Clemenceau le prend à son cabinet. Il est nommé chef de la mission de la presse auprès du Grand Quartier général et détaché par le Grand Quartier général à la commission de la Presse.

[5] Antony Klobukowski (1855-1934). Clemenceau lui confie la direction du Commissariat général à l’Information et à la Propagande le 28 mai 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.