19 août 1918

19 août 1918

 

Ça m’amusait tantôt d’entendre Maroni nous raconter les impressions de Michel Lazard [1] sur le roi d’Espagne et ses sentiments francophiles. Du moment qu’on approche un souverain et que ce dernier a eu vis-à-vis de vous une attitude simplement courtoise, on veut interpréter sa pensée car on ne peut croire qu’il ait une politesse de commande. Pour un peu, je t’assure, Michel Lazard croirait sans doute, lui aussi, de son devoir d’éclairer le monde sur les véritables sentiments du monarque qui ne sont pas ce qu’un vain peuple pense. Cela m’amusait parce qu’il y a trois ou quatre jours le gros Wedel, qui est accrédité en Espagne en même temps qu’à Paris, me disait que Sa Majesté ne croyait pas du tout au succès de l’Entente. Comme lui, Wedel aurait développé auprès du roi ses raisons d’être persuadé de la victoire de nos armes. Alphonse aurait répondu : « Je voudrais que vous puissiez dire vrai ». Note que je ne suis pas certain du tout du raisonnement du ministre Wedel.

Je crois t’avoir raconté la longue conversation d’Hallays au sujet du journal et du déplaisir que lui causait une sourde hostilité contre le cabinet Clemenceau. Il détestait Clemenceau, ses attaques même contre Ribot l’avait rendu furieux, mais, néanmoins, c’est lui qui nous a tirés du bourbier. Peut-être même, dit-il, n’est-ce pas tant à lui qu’il faut en faire honneur qu’au sentiment du pays qui était décidé à en finir avec la politique abominable qui nous menait au désastre. D’une façon ou d’une autre, c’est Clemenceau qui a eu le courage de marcher. S’il venait à tomber, il n’y aurait personne pour le remplacer. Les jeunes, dont Tardieu, qui s’organisent en ce moment, ne sont pas encore connus et on ne sait ce qu’ils pourraient faire. Il faut attendre que l’âge emporte Clemenceau mais le laisser à son poste. Malvy [2] devait être condamné, il l’a été, et avoir l’air de mettre en balance des questions juridiques, c’est aller contre le pays.

Au cours de la conversation, Hallays s’exprima violemment sur Ribot, Painlevé, Briand et Viviani, mais ce furent les deux premiers qui furent surtout l’objet de son mépris.

Il paraît qu’on veut créer au Quai d’Orsay une sorte de commissariat pour les Affaires russes. Il y aurait ici un Tardieu russe qui centraliserait les affaires de ce pays-là. Pour occuper le poste, on aurait pensé à notre ami Bompard. Mon Dieu, du moment que c’est à Paris, ce choix ne serait peut-être pas mauvais. Bompard fut un piètre diplomate à l’étranger mais je crois qu’il eût été un parfait directeur commercial. Il est plus bureaucrate qu’autre chose et c’est ce que je disais aux gens qui m’en parlaient et qui semblaient redouter les gaffes des missions antérieures. En tout cas il connaît la Russie, et c’est déjà quelque chose. De plus, il éviterait peut-être que l’on prenne quelque député grotesque ou des fonctionnaires à la Lutaud.

Je te disais hier, je crois, qu’à côté de Clemenceau, il n’y avait pas de gouvernement et, surtout, pas de diplomatie. Notre article d’hier sur le Vatican nous a été justement demandé par quelqu’un qui n’est pas trop notre ami avec lequel nous fûmes terriblement en désaccord, mais parce que Le Journal des Débats remplace dans l’occasion la volonté ministérielle défaillante.

Trait de mœurs administratives. Bertha envoie un obus rue des Capucines. Les bureaux des Finances au Pavillon de Flore [3] reçoivent l’ordre de transporter toute leur paperasserie dans des pièces face au sud. Une demi-journée perdue pour ce déménagement. Bertha se tait deux jours après. Les mêmes bureaux reçoivent l’ordre de réintégrer leurs dossiers dans les anciens locaux. Là, le chef de bureau s’y est refusé. C’est de lui que je le tiens.

À toi.

Et

[1] Michel Lazard (1868-1928). Banquier.

[2] Louis Malvy est jugé le 5 août 1918 pour avoir, « de 1914 à 1917, méconnu, violé et trahi ses devoirs de ministre, fait établissant un état de forfaiture ». Il est condamné à cinq ans de bannissement qu’il passe à Saint- Sébastien (Espagne).

[3] Le Pavillon de Flore fait partie du Louvre. Il est situé côté Seine, en face du jardin des Tuileries. Le ministère des Finances est alors installé au Louvre, 93, rue de Rivoli, Paris, Ier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.