18 mars 1916

18 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

As-tu lu ce matin sous la signature de Polybe des lettres très belles de Verdun ? Ces lettres étaient adressées à sa femme par un… Elles nous avaient été confiées et nous attendions pour les publier le moment où nous serions sûrs de ne pas nuire aux personnalités en cause. Je t’en avais parlé dans une de mes lettres [1]. Adrien de Montebello, qui vient à peu près chaque matin s’installer dans nos fauteuils et pérorer pendant deux heures en semant la salle de rédaction de milliers d’allumettes et de bouts de cigarettes mal éteintes, a assisté à la lecture que j’avais faite de ces récits dramatiques dans leur simplicité. Il a demandé la permission de les emporter pour les montrer au général Delanne [2] et à Castelnau. On les lui a confiées, il avait promis de les rapporter le lendemain. Cinq jours se passent et nous apprenons qu’il les a promenées et lues dans tout Paris. Joseph Reinach (c’est lui-même qui me l’a dit tout à l’heure au téléphone) apprend qu’Adrien possède des lettres de premier ordre et dit aux amis qui le renseignent : « C’est bien cela, Adrien vient me raser tous les jours, et quand il a quelque chose d’intéressant il ne m’en parle pas. » De suite il lui écrit. Adrien accourt et lui laisse copie des lettres, d’où publication dans Le Figaro. Voilà les amis…

Je viens d’envoyer deux mots à Adrien dont il comprendra la parfaite urbanité.

Il ne vient chez nous que pour se documenter et porter ses bavardages et tout ce qu’il a appris dans tous les lieux où il trouve un cercle pour l’écouter. Je dois dire du reste que cet homme, qui se répand en imprécations violentes contre la Chambre, est un de nos plus magnifiques agents de pessimisme. Son pessimisme est généralement basé sur les lettres quotidiennes de « mon neveu » Bertrand [3] qui distille toutes les rancœurs de l’état-major de Montebello.

L’occasion me fait te parler d’Adrien, mais retiens cela car dans les choses et gens d’arrière, c’est un type ancien vice-président de la commission de l’Armée. Cet incorrigible bavard voit tous les personnages de premier plan auprès desquels il est servi par son nom, son passé et, ma foi, sa verve et son esprit extraordinaires. C’est avec cela qu’il paie l’écot des déjeuners ou dîners. Alors, tu penses si nos lettres le nourriront pendant quelque temps. C’est égal, je suis terriblement vexé de l’imbécillité de mon collaborateur.

Que pense-t-on de la nomination du nouveau ministre [4]? Les avis sont partagés autour de moi. C’est un homme qui a bien réussi dans certaines phases de sa carrière, moins bien dans d’autres. Certaines personnes étaient alarmées par ses opinions que l’on disait avancées ; néanmoins il n’a, à ma connaissance, jamais fait preuve de sectarisme. C’est un soldat très brave. Est-il bon administrateur, je ne sais. Il parle assez facilement pour un militaire. Je l’ai entendu une ou deux fois dans des comités dont il faisait partie en même temps que moi et il exprimait ses opinions de la façon la plus claire et la plus nette. Je crois savoir qu’à Chantilly on est content du choix, et que pour le présent les choses doivent s’accorder.

J’ai eu ce matin un récit assez amusant de la prise du fort grec. La cote qu’il dominait pouvait très bien servir d’abri à des sous-marins et l’on décida de s’en emparer. Une mine et un navire jouèrent les premiers rôles. Ordre est donné de s’emparer du fort dans la nuit. Une brigade est lancée. On se trouve en face d’un lieutenant qui est très ennuyé, non pas de la prise du fort mais de l’absence de son chef qui est à Salonique dans une maison où il goûte les voluptés les plus suaves : – Qu’à cela ne tienne, dit le général français, donnez-moi l’adresse et je vais envoyer un exprès. L’exprès part et trouve le commandant du fort qui entre en fureur. On lui explique qu’il n’y a pas de quoi car on l’attend pour la reddition de la place. Il n’aura donc rien à craindre pour son avenir. Il s’apaise et part aussitôt pour faire acte de présence. Depuis, pour cet homme-là, il n’y a plus qu’une chose au monde, la galanterie française.

Sarrail est heureux comme un roi. Il ne doit demander qu’une chose, c’est que cela continue, mais on a envisagé l’offensive à l’avant-dernier conseil. Cela doit le tracasser car il faudra rétablir les ponts ! !

Ton vieil

Et

[1] Lettre non identifiée.

[2] Alfred Delanne (1844-1927). Polytechnicien. Officier, il fait toute sa carrière dans l’armée. En 1897, il est général de brigade, membre de la commission supérieure des chemins de fer puis sous-chef d’état-major général de l’armée. Il est relevé de ses fonctions à la suite de l’Affaire Dreyfus en 1900. De nouveau commandant du groupe fortifié de Reims, puis membre du comité technique d’état-major.

[3] Bertrand de Mun (1870-1963). Officier de cavalerie. Neveu d’Adrien de Montebello (1851-1935) par sa femme Marcelle Werlé, fille de Mathilde-Henriette-Louise de Montebello, sœur d’Adrien. Président de la Société de champagne Veuve Cliquot-Ponsardin (1898-1951).

[4] Il s’agit de Pierre Roques, ministre de la Guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.