18 août 1918

18 août 1918

 

Tout chôme en ce moment. Nos informateurs politiques qui continuent leur service nous disent que les antichambres ministérielles sont des cercles où l’on vient bavarder mais où il ne se passe rien. Du reste, jamais gouvernement n’a donné plus l’impression qu’en dehors de la présidence du Conseil on ne gouverne pas. À l’intérieur comme à l’extérieur on ne fait rien, on ne suit aucun plan. De temps en temps, Clemenceau fait un pétard, comme son interview de ce matin avec le journal espagnol qui a pour objet de montrer Foch l’auteur des derniers succès, et, en consacrant l’œuvre de Foch, consacrer du même coup Clemenceau. Au point de vue militaire, j’ai entendu des hommes du métier dire que nous avions infligé certainement une mauvaise défaite à l’Allemagne, mais que la façon dont ces gens-là avaient réagi et nous avaient arrêtés montrait encore un fameux ressort. Quelques-uns se demandent même si les ennemis ne seraient pas capables d’attaquer les premiers pendant nos préparations. Je ne le crois pas, mais, tout de même, le fait que des militaires en face d’eux puissent en avoir l’idée, c’est déjà quelque chose.

En fait d’attaque, on croit tout de même que nous nous déclencherions en Champagne.

Vu hier un jeune constructeur d’avions. Il me dit qu’on travaille à force et que l’on fait de bien belles choses. Il m’affirme que les Anglais construisent de magnifiques moteurs et qu’au mois de septembre ils auront des appareils qui leur permettront d’aller à Berlin et ils auraient mis dans leurs projets d’exécuter plusieurs raids sur la capitale allemande, et plusieurs jours de suite [1].

Dîner hier au soir chez un de mes cousins avec un parent à lui, jésuite, le père d’Armailhac [2], aumônier à Saint-Jean-de-Dieu. Ce disciple de Loyola est très sympathique. Grand, mince, très racé avec un nez considérable. Nous avons longuement causé. Fort large d’idées et d’une grande liberté de langage, on le sent très au courant de la vie. Il est très connaisseur des questions d’art qui le préoccupent peut-être plus en ce moment que les questions politiques. Il voudrait que le Journal fit une campagne en faveur de la restauration des églises dévastées, non pas, comme on pourrait le croire, pour restaurer à tout prix, mais pour créer une organisation qui soumettrait les restaurations au contrôle sévère d’un conseil ou d’une commission.

Il est effrayé de la légèreté du Comité pour la restauration des églises dévastées. Ce comité est composé des plus grandes dames, et Mme d’Estissac [3] en serait plus ou moins la présidente. Il est effrayé de toutes les ignominies que ces dames pourront faire si l’on ne crée pas un organisme très puissant qui donnerait des directives et l’on ne pourrait rien faire sans estampille dudit comité.

L’ignorance de ces bonnes dames animées des meilleures intentions est fabuleuse.

Si un journal comme le nôtre avec Hallays et Michel voulait bien faire campagne en ce sens, on arriverait à des résultats.

Il me raconte par exemple que la marquise d’Imécourt [4], qui avait entendu dire qu’il fallait favoriser les jeunes, acheta à un jeune homme cinq cents [F] un projet de calice. Le calice avait été ciselé assez bien, mais il avait mis des ornements sur l’intérieur de la patène alors que celle-ci doit rester complètement lisse comme un miroir. Cela avait échappé à la bonne dame. De plus, le fait que Le Gaulois marche avec tant de conviction dans cette œuvre pie, indique bien que l’on se prépare, à l’abri de l’œuvre de restauration, « de bonnes petites affaires ».

À toi.

Et

 

[1] Cf. lettre du 11 août 1918.

[2] Pierre d’Armailhac (1868-1941). Jésuite, aumônier à Saint-Jean-de-Dieu.

[3] Duchesse d’Estissac (1864-1924). Née Jeanne de Rochechouart-Mortemart. En 1883, elle épouse Alexandre de La Rochefoucauld (1854-1930), duc d’Estissac. Elle fonde un comité en mars 1919 pour la construction du Mémorial des batailles de la Marne, à Dormans. Parmi ses membres se trouvent le cardinal Luçon, archevêque de Reims, l’évêque de Châlons et le maréchal Foch qui choisit l’emplacement. Une association est créée le 8 juillet 1919 et une souscription nationale en permet la construction après la guerre.

[4] Marquise d’Imécourt (1854-1929). Née Marie d’Audiffret-Pasquier, fille du duc d’Audiffret-Pasquier. Elle épouse en 1875 Ferdinand de Vassinhac, marquis d’Imécourt (1844-1907), officier de cavalerie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.