17 août 1918

17 août 1918

 

Ne t’ai-je pas parlé déjà de la conférence impériale où l’on aurait adopté les tarifs préférentiels ? Pernot en avait été très ému car il y a longtemps qu’il demandait à ce que notre diplomatie s’en occupât. Naturellement on n’a rien fait, et les grotesques que nous désignons généralement en les prenant dans le Parlement ou ailleurs n’ont pas cherché à lutter et on se trouve aujourd’hui en face d’une situation difficile et dangereuse.

J’en avais avisé Gauvain qui m’écrit à ce propos : « Qu’on se garde d’attaquer les Anglais à propos des tarifs préférentiels ! Ils sont dans leur droit strict, incontestable. Ils étaient décidés à user de ce droit avant la guerre. Comment les critiquerions-nous parce qu’ils veulent l’appliquer dans l’intérieur de leur empire ? Si nous tenons à ne pas souffrir de ce nouveau régime, il faut nous y prendre autrement qu’en protestant publiquement. Sinon, nous tournerons contre nous et les dominions et l’Angleterre.

Nous pourrions protester si l’Angleterre voulait imposer des tarifs aux dominions. Mais si les dominions sont d’accord avec la métropole pour régler leurs affaires intérieures, impériales, d’une certaine façon, il ne nous reste qu’à aviser aux moyens d’atténuer les inconvénients en ce qui nous concerne. »

J’ai immédiatement téléphoné à Pernot cette partie de la lettre de Gauvain. Il a jeté feux et flamme au début en entendant Gauvain parler des projets anglais d’avant-guerre, car il était arrivé à leur faire quasi admettre que, si l’on établissait des tarifs préférentiels, la France jouirait des mêmes droits. Mais après, il a compris la pensée de Gauvain et s’est rangé à l’avis qu’une campagne de presse serait inutile. Elle serait même nuisible car il sait que le Canada proteste et qu’à la faveur de ces discussions dans le sein de l’empire, nous pourrons peut-être reprendre nos avantages perdus.

Je reçois à l’instant de Villars [1] une lettre qui me paraît être la sagesse même. Je tâcherai de la donner dès demain.

J’avais espéré pouvoir te dire des choses intéressantes aujourd’hui car je devais dîner hier au soir avec Bourtzev [2] et la conversation de cet homme-là n’est jamais banale. C’est demain que reprenait, sous un autre titre, le journal L’Action russe supprimé par le gouvernement. Ce journal avait pris modèle sur L’Action française et se mêlait lamentablement de notre politique intérieure. On a trouvé mauvais, et on a eu raison, que le journal d’une nation qui est dans l’état actuel se mêlât à nous donner des leçons de patriotisme et de conduite. Les fonds en avaient été faits en faveur de Gourko par un ménage que je connais très bien. La femme est la petite-fille de la vieille Mme Zoutou qui possédait à Florence la magnifique villa Umbrellina, une des plus belles de la ville. Spera Zoutou [3] avait épousé un nommé Rubinstein qui s’est suicidé puis, après avoir mené une existence bizarre plus ou moins traversée par Radine (?), elle vient d’épouser un ingénieur russe avec lequel les affaires russes lui ont fait connaître une gêne pénible. Sur ces entrefaites, la mère Zoutou est morte en laissant une assez grosse fortune partagée entre plusieurs enfants. Cette mort a permis à Spera de patronner le journal L’Action russe. Mme Zoutou est la sœur de la princesse Kakoschkine [4], grand-mère de la comtesse Fleury [5] et de la comtesse d’Yanville [6].

À côté de ce journal conservateur et nationaliste, un autre vient d’être créé par Bourtzev avec les quelques petits fonds que le socialiste a portés et l’aide de quelques amis. Ce journal commencera sa publication mercredi prochain. Il sera certainement à suivre et je ne serais pas étonné (ceci pour toi) qu’il soutînt les projets du général Ignatiev, projets dont j’ai dû te mettre au courant [7].

Your’s.

Et

 

[1] Villars. Journaliste. Correspondant du Journal des Débats en Angleterre. Il envoie régulièrement de longs rapports à Nalèche.

[2] Vladimir Bourtzev (1862-1942). Russe. Journaliste et débusqueur d’agents doubles.

[3] Non identifiée.

[4] Nalèche se trompe de branche généalogique. La princesse Marie Kakoschkine (1841-1917) est la grand-mère par alliance de Serge Fleury, fils du comte et de la comtesse Fleury.

[5] Comtesse Fleury (1866-1929). Née Madeleine Vivier-Deslandes. Elle épouse en 1884 le comte Maurice Fleury 1856-1921), historien, journaliste, et divorce en 1894. En 1901, elle se remarie avec le prince Robert de Broglie (1880-1956), fils d’Amédée de Broglie et de Marie Say. Elle divorce en 1902.

[6] Comtesse d’Yanville (1864-19). Née Henriette Vivier-Deslandes. En 1887, elle épouse Henry Coustant d’Yanville, comte romain.

[7] Cf. lettre du 4-5 décembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.