13-14 août 1918

13-14 août 1918

 

Pas une minute hier pour faire le pensum qui eût du reste été encore moins intéressant que d’habitude, et, dînant dehors dans une maison où il n’y avait pas de téléphone, je n’ai pu avoir le communiqué qu’à 11 h 3/4, et comme il n’y avait rien de sensationnel, je n’ai pas osé déranger la maison pour faire part de la situation stationnaire. On parlait tout de même d’une offensive imminente [1] et aujourd’hui, dans le public, tout le monde dit que c’est engagé. Il est extraordinaire de voir comment, à la Guerre, les secrets sont bien gardés. Il est vrai qu’on situe différemment cette attaque, ce qui retire de la précision aux renseignements et les rend sans doute inoffensifs.

Je crois que l’attaque préparée le serait avec l’armée Gouraud. Nous verrons pour tout cela. Mais la grande préoccupation du jour serait le voyage de Wilson en France.

Le président de la République part mystérieusement ce soir même pour Brest. Il emmène quelques personnes dont un ou deux journalistes auxquels on a fait demander s’ils craignaient le mal de mer. C’est donc que Poincaré doit s’embarquer. Selon toute vraisemblance, il va attendre quelqu’un en mer et ce quelqu’un ne peut être que Wilson.

Tu as dû lire que, depuis quelques jours, on discutait la possibilité pour lui de quitter le territoire des États-Unis et, ce matin même, le Journal publie un article du député Demours [2] annonçant le voyage comme certain. Les députés ont toujours le droit de parler sans être censurés.

Si l’arrivée du président se confirme, il est certain qu’il y aura des déclarations intéressantes et peut-être verrons-nous plus clair dans les fins et les buts de la guerre. Je suis navré de ne pas avoir Gauvain. Je n’ose pas lui télégraphier, mais je lui ai écrit d’avancer si possible de quelques heures son retour.

Longue conversation ce matin avec notre correspondant d’Irlande qui est un ecclésiastique très intelligent et qui se plaint beaucoup qu’on ne veuille pas écouter ici les conseils que l’on donne pour la propagande. On a été jusqu’à lui envoyer des ballots de tracts défendant la politique anglaise. La situation reste très inquiétante. L’Irlande, quoique très calme en ce moment et tout entière occupée à la récolte et aux pommes de terre, est occupée militairement par soixante-dix ou quatre-vingt mille hommes pourvus de mitrailleuses, de tanks que l’on a ostensiblement promenés, des avions sillonnent constamment le ciel. On montre aux Irlandais que la première velléité de révolte sera réprimée avec la dernière rigueur. Malgré tout, on n’attend pas le mois d’octobre sans appréhension car, si le gouvernement ne trouvait pas cinquante mille volontaires, il se verrait obligé d’appliquer la conscription, et cette décision serait le signal de sanglantes luttes. Mon correspondant dit que ce serait la plus grande folie que de se résoudre à cela. Pour lui, ce qu’il y aurait de mieux ce serait de déclarer tout de suite que les engagements sont suffisants et de les camoufler assez pour donner le change et ne pas être acculé à des mesures de force.

Les élections seront très probablement Sinn Féiners pour les 3/4 et l’on redoute que le mécontentement anglais, déjà très grand, n’amène le gouvernement à user de coercition vis-à-vis de l’Irlande.

À toi.

Et

[1] Il s’agit des préparatifs d’extension de l’offensive à l’est de l’Oise et au nord de la Somme. La 10e armée se prépare à l’action.

[2] Non identifié


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.