12 août 1918

12 août 1918

 

Causé aujourd’hui avec Petitjean [1]. C’est un des rares bonshommes de la Rue François-Ier qui soit vraiment à sa place. Il s’occupe des affaires de l’Amérique du Sud que de très gros intérêts qu’il y avait autrefois lui ont fait connaître, et il a toujours mené sa propagande avec la plus grande habileté et la plus grande intelligence. J’ai dû certainement parler de lui déjà [2].

Quoi qu’il en soit, il m’a paru profondément découragé par l’inertie de notre gouvernement qui se laisse distancer par l’Allemagne et l’Italie dans les Républiques du Sud. Les Allemands ont envoyé une mission en Argentine et dans les pays voisins. Cette mission paraît si bien réussir qu’elle va se rendre au Mexique faire la même besogne. Ici nous ne faisons rien. On avait fini par décider l’envoi d’une mission française, mais les récentes offensives ont arrêté l’exécution et tout en est là. Nous restons à regarder poser par nos ennemis les jalons d’après-guerre. Non seulement les Allemands envoient des missions de préparation, mais, pour retrouver à la fin des hostilités un personnel prêt à marcher et au courant de la vie sociale des pays dans lesquels il s’agira de faire reprendre les courants commerciaux, ils maintiennent avec leurs traitements les employés des établissements qui ont cessé de fonctionner, par conséquent toute l’armature de leur ancien commerce. Au premier jour tout ce monde sera mobilisé et marchera au grand détriment de nos intérêts. Ici ce sont des choses que personne ne veut comprendre parce qu’on est absolument fermé aux affaires extérieures.

Cambefort m’avait téléphoné ce matin pour me demander de venir dîner chez lui demain soir avec le président du Comité de ravitaillement pour la Belgique, retour de Berlin et de Bruxelles. Ce monsieur qui a passé par Le Havre aurait eu des choses intéressantes à me dire sur l’épineuse question des Wallons et des Flamands. À deux heures, le pauvre Cambefort me fait téléphoner que son fils [3] a été tué. Je vais essayer néanmoins de causer avec ce Guérin belge. À propos de Guérin, Pernot, qui l’a vu chez toi, l’a trouvé un peu baissé et pourvu d’idée fixe. Rome a hypnotisé cet homme qui était si intéressant quand il s’en tenait à ce qu’il connaissait bien. Je suis sûr que celui-là aussi aura été mordu par l’ambition de devenir ambassadeur au Vatican. Cela dérange bien des cervelles, même celles qui ne sont pas catholiques.

Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui ont approuvé nos articles sur la Haute Cour mais, pour la première fois, il y en a un qui a osé nous écrire sa satisfaction. Jusqu’ici, les gens qui prenaient la plume le faisaient pour nous injurier. Cette première lettre vaut bien d’être signalée.

Le brave Scarpatett, qui a déjeuné aujourd’hui avec plusieurs amis dont Marin, a eu à subir les mêmes avanies que moi l’autre soir et il a été copieusement eng… au nom de la patrie. Tu me demandais tantôt s’il n’y avait pas quelque chose de commencé en Alsace. C’est une éventualité que nous avions envisagée justement ce matin, mais, jusqu’à plus ample informé, je ne crois pas qu’il y ait quelque chose de commencé encore. On avait pensé à utiliser ainsi la nouvelle armée américaine avec Pershing mais jusqu’ici on avait cru qu’une opération serait tentée sur Saint-Mihiel.

Un succès, même léger mais nous permettant de prendre quelques kilomètres de terre au territoire allemand, ferait un effet énorme dans l’empire, il n’y a pas l’ombre d’un doute.

Je demande des renseignements, il est probable que j’aurais pu te dire quelque chose avant que tu n’aies reçu ce mot.

À toi.

Et

[1] Armand Petitjean (1884-1969). Ingénieur commercial. Homme d’affaires, il vit à Santiago en Amérique du Sud où il crée une société d’importation. Il s’occupe de l’Amérique du Sud à la Maison de la Presse. Il s’initie à la diplomatie au Brésil et en Argentine où il est mandaté pour déclencher l’entrée en guerre de ces pays aux côtés des Alliés en 1917. Il crée Lancôme en 1935.

[2] Cf. lettre du 25 juin 1917.

[3] Philippe Cambefort (1887-1918) Inspecteur des Finances. Lieutenant aviateur, il est mortellement blessé à Sauchoy-les-Davenescourt (Somme). Croix de guerre. Chevalier de la Légion d’honneur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.