11 août 1918

11 août 1918

 

Il ferait bien bon aller te rejoindre sur l’eau par ce beau dimanche radieux. Hélas, il faut brouter où l’on est attaché.

Rien de nouveau aujourd’hui, tout le monde se balade évidemment. On nous dit cependant que les Allemands réagissent assez vigoureusement à Lyons. On nous dit aussi qu’une autre attaque aurait été déclenchée ce matin à 4 h par une armée française et à 6 h par une armée britannique, mais on ne nous dit pas exactement sur quel point [1].

Il paraît qu’on travaille vigoureusement dans l’aviation et que l’escadrille, projetée pour tenir l’air pendant treize heures, c’est-à-dire le temps aller et retour pour une expédition sur Berlin serait prête dans un mois et demi environ. Mais ce ne sont pas des prospectus que l’on lancerait. Le moteur de ce nouvel engin serait un moteur Liberty remis au point maintenant. Celui qui me raconte cela est un lieutenant aviateur dont je t’ai déjà parlé [2]. Je lui arrache aussi l’aveu d’une chose que je savais, la commande inconsidérée de Caproni [3], sans même que les gros bonnets de l’Aéronautique se doutassent que les Caproni avaient les types les plus différents. Quand les usines ont demandé quel type comportait la commande, nos gens n’ont pas su ce que cela voulait dire. On avait dû s’entendre à la suite de quelque déjeuner !

Je reçois la visite de mon homme qui fait l’enquête sur les délégués ouvriers. Si les syndicats consentent à envoyer tous les renseignements demandés, les patrons continuent à ne pas recevoir M.L. [4] De ses conversations avec les syndicaux, Leclercq rapporte l’impression qu’ils ne cherchent plus la lutte de classes mais la collaboration des classes. Ils voudraient que les patrons et les ouvriers se missent d’accord pour l’élaboration des salaires, ce qui se fait je crois en Angleterre avec les trade-unions. Les neuf dixièmes des patrons ne veulent pas entendre parler de cet examen à deux. Quelques-uns acceptent au contraire, mais ils sont fort rares.

Je crois tout de même qu’on ferait bien de ne pas être trop intransigeant et aussi de se mettre d’accord tant que la situation est calme. On n’échappera pas à cette éventualité. On devrait bien régler la question avant la guerre. Le poilu ne reviendra pas pour restaurer le Roy.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Offensive sur tout le front des armées britanniques et françaises. Les Anglais progressent vers Péronne. Les Français rencontrent une vive résistance devant la 1ère armée.

[2] Guy de Lubersac (1878-1932). Homme politique. Maire de Faverolles (Aisne) en 1904. Il s’engage dans l’aviation en 1914. Capitaine d’infanterie territoriale et d’aviation. Cf. lettre du 15 février 1918.

[3] Caproni est une société italienne de constructeurs d’avions fondée par Gianni Caproni. Il s’agit donc ici d’un type d’avions.

[4] Il s’agit de Marcel Leclercq. Cf. lettre du août 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.