9-10 août 1918

9-10 août 1918

 

J’avais, hier, évité le pensum, mon cher Pierre. Il me semble que je doive tout de même noter pour ta mémoire ce déjeuner avec Ignatiev où je devais lui faire rencontrer Robert de Caix. Prends donc acte de cette réunion. Déjà, plusieurs fois, je t’avais annoncé la remise au lendemain du récit du dîner chez lui, 19 quai Bourbon, dans une vieille et ancienne maison arrangée avec beaucoup de goût par la Trouhanova [1], la nouvelle femme du général. Le dîner fut amusant dans cette intimité bizarre. La danseuse paraît remarquablement intelligente, connaît nos auteurs, les discute, depuis les classiques jusqu’à Villiers de l’Isle-Adam. Elle s’offrit même le plaisir de nous coller, Demaison et moi, sur un petit point de la littérature contemporaine. Moi, je suis facile à coller, mais Demaison, c’est quelque chose que le prendre en défaut, comme on dit dans le Midi.

Ignatiev se laissa aller aux confidences et nous dit ses projets qui étaient de faire choix d’un certain nombre d’hommes parmi ceux qui restent en France et à sa disposition, parmi lesquels sept cent cinquante officiers, pour s’en aller en Sibérie où son nom est vénéré à l’égal d’un saint à cause de son père [2] et il est sûr de reconstituer en six mois une armée nationale. Garde tout cela pour toi car ces projets, ébruités, feraient fiasco, même si l’Entente décidait de leur donner suite. J’ai du reste recorrigé de ma main le projet d’appel qu’il m’a présenté (strictement confidentiel).

Tu sais qu’Ignatiev, accusé d’impuissance par sa première femme, a un enfant avec la Trouhanova. Ils se seraient connus il y a dix ou quinze ans en Sibérie et se seraient aimés. Se retrouvant à Paris, ils se sont raimés. Quant à la première femme, elle n’était pas très jolie mais extrêmement piquante. J’ai fait scandale avec elle dans un grand dîner officiel au ministère de la Guerre, Millerand regnante. Jamais je n’ai entendu rire avec éclat comme par cette charmante femme, grande amie du ménage Reszké [3] avec lequel elle passait à Deauville la saison d’été. Drôle de milieu. La Trouhanova, elle aussi, ne m’était pas inconnue. Au temps où la vie l’avait accouplée à Hozeur, j’eus avec elle les relations les plus affectueuses. C’est égal, elle m’a bien étonné par son érudition, sa volonté. Croirais-tu que les revenus russes étant détruits, cette ballerine passe sept et huit heures chaque jour chez Pigier dans le dessein de monter plus tard une maison de commerce pour ne pas être à charge à son mari. Elle nous a montré alors différentes choses dont elle a l’idée, établir un commerce d’exportation de dentelles, ces ouvrages qui sont fabriqués dans les moindres villages et qui sont de pures merveilles.

À l’appui de ses projets, elle nous montre un magnifique album de photographies en couleurs d’une exposition en Russie représentant tout ce qui est ainsi fabriqué par les paysans russes. Je dois dire que c’est merveilleux.

Aujourd’hui, tu m’as quitté rue de Valois où j’allais retrouver des gens qui t’auraient beaucoup intéressé toi aussi, entre autres Chavagnes, le principal ajusteur de l’armée américaine, un capitaine Dalsace [4] qui s’occupe des services techniques de l’aéronautique, Guy de Wendel et un quidam dont je ne t’écris pas le nom [5], mais dont je t’ai parlé plusieurs fois, des services de la Guerre.

Chavagnes nous dit que les Américains ont fait les plus lourdes pertes, quinze mille hommes environ. Je trouve cela énorme sur la proportion générale des tués.

Guy de Wendel, qui est en permission de détente et qui a fait toute la bataille de l’Ourcq sans désemparer, nous a bien vivement intéressés. Tu sais qu’il se conduit de la façon la plus admirable. Ils ne sont revenus que quatre officiers de son régiment qui a fait des pertes énormes, mais il nous dit que, l’année dernière, sur son bataillon, il avait vingt-cinq cas de conseil de guerre, cette année et pour l’année, dans tout le régiment, il y a à peine un cas. Le moral de nos troupes est fantastique. Il le comprend à peine mais il attribue ce relèvement à Pétain, et tous ces officiers font chorus.

Néanmoins, Chavagnes fait une réserve. Il prétend que Pétain, avec lequel il était à Verdun, est admirable mais qu’il n’a pas les lueurs de génie de Foch. Il n’est pas d’un tempérament de joueur. Un joueur gagne tout ou perd tout. Pétain a peur de perdre. (Comme il a raison !)

Chavagnes me dit, pour la dernière offensive, deux choses pertinemment inexactes. Je les corrige. Il est étonné mais il convient. Le jeune capitaine Dalsace confirme l’affaire d’hier au soir dont je t’avais parlé déjà. Effacement du nom de Pétain par ordre, remplacement par celui de Foch.

D’une façon générale, voici des chefs de service qui nous donnent sur ce qui se passe les renseignements les plus tristes. Celui que Dalsace nous fournit est pire que les autres, c’est, dans l’aviation, la corruption la plus éhontée, et, malheureusement, pour des prix de famine.

À toi.

Et

[1] Natacha Trouhanova (1885-1956). Russe. Ballerine. Elle interprète pour la première fois, en 1912, le poème chorégraphique La Péri de Paul Dukas. Elle traduit également des textes russes en français.

[2] Le père d’Ignatiev est Pavel Ignatiev. Colonel.

[3] Jean de Reszké (1850-1935). Polonais. Chanteur. Il fait ses débuts à Madrid. Il acquiert une notoriété qui le conduit sur les scènes de Londres et de New York pendant plusieurs années. A partir de 1902, il est enseignant à Paris. Il épouse Marie de Goulaine.

[4] Il s’agit peut-être du commandant Thierry d’Alsace, des services de la Guerre. Cf. Lettres des 25 janvier 1918 et 1918 et 25 mars 1918.

[5] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.