8 août 1918

8 août 1918

 

J’ai reçu la visite de Colson. Il est venu deux fois. La première à une heure et la seconde il y a un instant. Il voulait attirer mon attention sur une phrase qu’il trouvait fâcheuse, celle qui fut relevée par L’Humanité où il était question du rôle du président du Conseil [1]. Cette phrase est du reste l’expression de la vérité, mais on ne peut supporter que quelque chose puisse s’accorder avec l’opinion socialiste. Si celle-ci dit à midi qu’il fait jour, il faut dire qu’il fait nuit si l’on veut être dans la note.

J’ai répondu à Colson, je crois, comme je devais le faire, et je lui ai parlé des suites de l’affaire en question qui a amené la proclamation de la CGT. Il ne l’avait du reste ni lue ni connue. Je l’ai bien étonné en lui montrant la campagne qui s’engage et qui est loin d’être finie par la condamnation. Évidemment je ne l’ai pas convaincu, on ne convainc jamais personne, mais j’ai tenu sur mes positions. Du reste, on peut interroger Bégouen sur ce qui se passe dans le Midi et on verra si l’on réagit si facilement que cela contre les menaces syndicales. En voici un exemple. Un procès-verbal fut dressé contre le chef d’une gare de la Compagnie du Midi pour complicité de corruption. On ne faisait partir les wagons que des gens qui payaient les employés. La compagnie voulut mettre à pied le chef de gare coupable. Menace de grève générale par le syndicat, et le chef de gare est maintenu à son poste, à tel point que le sous-préfet de Saint-Gaudens [2] a dit à Bégouen : Je fais comme les autres, chaque fois que j’ai quelque chose d’urgent à expédier, je donne vingt francs à l’employé et mes envois sont expédiés.

Bégouen nous dit une chose assez amusante, c’est qu’à Toulouse ce sont les Annamites qui ont la grande cote auprès des femmes. On n’aurait pas cru que le péril jaune prendrait cette forme. Il paraît que ces Annamites les affolent avec leurs correspondances tournées dans le style oriental et remplies des comparaisons les plus poétiques. Enfin, tout est pour les jaunes.

Je reçois d’Angleterre une lettre dont je te transcris un passage qui donne à réfléchir.

« Je vous recommande la discussion d’hier, 5 août, à la Chambre des lords sur la situation financière. Il va sans dire que personne ne la commente et que les comptes rendus sont très écourtés ; mais si les hommes politiques et les diplomates étudiaient un peu ces questions-là, cela n’en vaudrait que mieux pour tout le monde. Les Anglais qui croyaient leurs ressources illimitées commencent à avoir des doutes, mais la moitié qui vit en ce moment aux frais du gouvernement croit qu’il y aura toujours assez d’argent pour payer les salaires et les appointements, mais cela aura une fin. […]

« La question de la production est encore une autre chose que l’on néglige trop dans les hautes sphères politiques. Les manufacturiers, même ceux qui gagnent beaucoup d’argent, sont assez inquiets.

« Sans doute on parle beaucoup de ces choses au point de vue de la guerre économique, mais on n’oublie qu’un point, c’est qu’on ne sait pas du tout où on en sera le moment venu de faire cette guerre pour laquelle il faudra de l’argent comme pour l’autre guerre. C’est un cercle vicieux.

« Lord Inchcape est au-dessous de la vérité en estimant la dette de l’Angleterre à cent cinquante milliards de francs au mois prochain. On dit généralement deux cents milliards (huit milliards st.). Mais, même en tenant son chiffre pour bon, on arrive à un intérêt et un amortissement de trois cent trente millions st. par an et un budget normal de deux cent vingt millions ; plus les pensions, les retraites qui exigeront un budget annuel de sept cent millions st. Dix-sept milliards et demi de francs par an. Autrement dit, quarante-cinq millions de francs par jour ou un franc par jour par tête pour les îles britanniques. Et si cela dure plus de six mois encore (le si est admirable) cela sera davantage. »

Ces chiffres astronomiques sont effrayants. Tellement, que personne n’ose les faire connaître et que fort peu de gens les comprendraient, si même ils les voyaient ou les entendaient.

À toi.

Et

[1] Il s’agit de Georges Clemenceau.

[2] Le sous-préfet de Saint-Gaudens est alors Louis Bouquet-Nadaud (1871-19) depuis le 4 janvier 1916. Homme politique. Secrétaire général de Haute-Savoie (1910).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.