7 août 1918

7 août 1918

 

La censure nous fait des observations sur notre article Foch Pétain. Elle trouve que la première phrase n’est pas d’une amabilité suffisante pour le nouveau maréchal [1], mais elle constate que la phrase où nous parlons de l’union des deux généraux corrige cette impression. Je crois que l’article du stratège [2] est bien et met chaque chose à sa place. Dans beaucoup de milieux, je constate que l’on trouve la nomination prématurée et que l’intention de faire cette manifestation le jour de la condamnation Malvy est cousue d’un fil trop éblouissant de blancheur. Nous allons sans doute recevoir des pommes cuites pour notre article sur la procédure de la Haute Cour [3]. Ce sont des choses qu’il faut dire car, demain, une Haute Cour jacobine pourra condamner tout ce qui ne pense pas comme elle et, inventant dans sa souveraineté quelque nouveau crime, envoyer au poteau les Daudet, Maurras et consorts. Isaac, avec qui j’ai déjeuné et qui a entendu la lecture d’une partie de l’article, me dit qu’il y aurait danger à paraître critiquer un jugement qui donne une si grande satisfaction à l’opinion publique.

J’entame avec le président [4] mon thème de la politique ouvrière. Il croit que l’avance socialiste ne risque pas beaucoup de devenir plus grande qu’elle n’est aujourd’hui grâce à vingt-cinq ans de peur chez les gouvernants. Pour lui, les syndicats français sont inconsistants, leurs bureaux composés d’assez bas ambitieux qui ne savent guère prendre des décisions. En Angleterre, où je lui faisais observer que le gouvernement devait compter avec les travaillistes, il prétend que c’est très différent. Le parti est mené par des gens qui ne sont pas comme les nôtres désireux seulement d’avoir des fonctions rétribuées, ce sont des chefs conscients qui ont des masses derrière eux. Au contraire, nos syndicats n’ont pas de véritables troupes. Si on leur fait tête, ils cèdent. Il ne faut pas les craindre. Isaac dit qu’il les connaît depuis quarante ans et qu’il suffit de ne pas avoir peur.

Je crois le raisonnement de notre ami ne plus très bien s’appliquer à la situation actuelle. Les syndicaux ont fait, depuis ces dernières années, d’immenses progrès et on peut avoir de la fermeté tout en tenant compte du nouvel état de choses, et la manière forte ne donnera pas toujours les résultats que l’on attend.

Je disais à Isaac que, petit à petit, la mentalité américaine se modifierait en même temps que grandirait la puissance militaire. Déjà, me dit-il, cela se sent dans les rapports avec nos administrations. Et il me raconte le petit fait suivant en me demandant une discrétion que je te demande à mon tour.

Ayant besoin de régler certaines choses avec les compagnies, nos Américains avaient été envoyés de bureau à bureau, de contrôle à contrôle et, partout, ils se heurtaient au même « non possumus ». Ils ont fini par se fâcher et sont allés trouver Claveille auquel ils ont nettement déclaré qu’ils en avaient assez de ce régime et qu’ils demandaient la nomination d’un homme qui, seul, aurait affaire à eux quitte à se débrouiller ensuite. Mais quel homme ? répond le ministre. – Mon Dieu, nous avons été en rapport avec M. Mange [5], M. Margot [6] et d’autres directeurs. Choisissez parmi eux.

Claveille a choisi Margot au grand déplaisir de PLM qui l’avait déjà pris pour remplacer en partie Mauris sur la demande du ministre et qui se voyait enlever un de ses meilleurs chefs.

Ce petit fait est assez symptomatique. Il montre que nos Alliés commencent à imposer leurs volontés et comme ils ne trouveront personne en face d’eux pour discuter, ces volontés ne tarderont pas à devenir légèrement tyranniques.

J’ai lu ce matin des lettres de prisonniers très curieuses. Elles m’étaient apportées par de Caix qui connaît bien l’auteur. Elles montrent le Français assez choyé en Allemagne, pas détesté du tout et trouvant partout où on l’emploie les plus grandes facilités amoureuses chez les femmes des absents.

Ce prisonnier montre aussi la détresse dans les provinces allemandes où tout commence à manquer. Les colis des prisonniers sont pillés et servent à nourrir la troupe.

Je viens de recevoir longuement Austin Lee qui vient m’annoncer sa mise à la retraite de l’ambassade. Longue, longue, longue conversation pleine de souvenirs depuis 70 jusqu’à notre époque en passant par le Congrès de Berlin [7] où il était secrétaire de Beaconsfield [8]. Il trouve que le service de propagande anglais [9] est détestable, aussi mauvais que le nôtre, et s’inquiète des élections dans lesquelles l’élément vote féminin pose un inconnu préoccupant.

Au revoir, mon vieux, en hâte, je ne sais pas trop ce que je t’ai dit. Je dîne ce soir chez Wedel.

Amitiés.

Et

[1] Le 6 août 1918, le général Foch est nommé maréchal de France.

[2] Il s’agit d’Henry Bidou.

[3] « Les Débats ont stupidement traité la question au point de vue juridique (Dietz) et publié des articles dignes de l’Humanité, ce qui m’a valu une pique avec mon ami Nalèche. Le procès Malvy était un procès politique et c’eût été faire la part trop belle à ce ministre néfaste de circonscrire le débat aux questions que Malvy avait bien voulu soumettre à la Haute Cour. » François de Wendel, Journal, 10 août 1918.

[4] Il s’agit d’Auguste Isaac.

[5] Alfred Mange. Polytechnicien. Directeur de la Compagnie des chemins de fer de l’Orléans.

[6] Maurice Margot (1864-1954). Polytechnicien. Directeur de l’exploitation (1918), puis directeur général (1919) de la Compagnie des chemins de fer du PLM. Administrateur de sociétés.

[7] En 1878.

[8] Benjamin Disraeli (1804-1881). Anglais. Ier comte de Beaconsfield. Homme politique. Chancelier de l’Échiquier. Premier ministre (1868 ; 1874-1880). En 1878, au congrès de Berlin, il met en échec l’expansion russe dans les Balkans.

[9] Le bureau de propagande de guerre britannique est dirigé par Charles Masterman et est installé à Wellington House.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.