5-6 août 1918

5-6 août 1918

 

Pas de pensum hier. Je t’ai raconté la visite du général de M.. [1] et ce qu’il m’a dit de la défense des rivières, son expérience sur la Marne, etc. Dans la soirée, j’avais vu un grand ami du général Gourko, le colonel de R. [2] à qui le général a dit, après la messe célébrée pour le czar [3]: « D’après certains renseignements que je viens de recevoir, je crains bien que nous n’ayons célébré la messe du czar beaucoup trop [sic]. » Puis il me donne certains détails sur la Sibérie et les possibilités d’évasion auxquelles je ne comprends goutte, mais qui tendent à montrer que le malheureux souverain aurait pu s’évader. Je te livre le propos comme il m’a été tenu. Un jeune Polonais de la rédaction à qui je fais part de ce doute me dit : « N’oublions pas que la Russie est le pays des tzars ressuscités. » Gourko, de plus, comme tu le sais sans doute, est un tzariste convaincu. Il a aidé à la fondation à Paris d’un journal qui a copié les procédés de L’Action française et qui se nomme L’Action russe. Il vient d’être suspendu sine die. Quand je te dis que ce sont les procédés de L’Action française, tu vas voir jusqu’à quel point ce journal a poussé le scrupule de l’imitation. Un des personnages importants du nouvel organe vient me demander d’annoncer en termes sympathiques son apparition. Je m’empresse d’acquiescer. On fait une note fort aimable. Deux jours après, L’Action russe imprime « des défaitistes comme Nalèche (?) et Sembat. » Je n’ai pas manqué de leur dire qu’ils étaient tout à fait dans la plus pure et la plus saine tradition des néo-monarchistes.

Je dois dire que mes gens se sont vivement excusés et ont paru très mortifiés, mais enfin ça y était.

Garde pour toi ce que je vais te raconter car il ne faut pas découvrir ses amis. Je t’avais dit il y a quinze jours qu’on avait donné à la presse l’ordre de ne pas nommer Pétain et de tout attribuer à Foch et à Clemenceau. Je crois bien que le président du Conseil n’intervient pas dans la matière, mais il laisse tout faire à son chef de cabinet qui prend les initiatives. Il en a pris une bien bonne hier. Mandel a voulu faire publier par l’Havas une note qui s’appelait « la Sirène et le Tigre ». La Sirène, tu penses qui c’était, notre Briand national, et on lui faisait jouer un rôle lamentable. L’Havas a refusé à Mandel l’insertion, et, comme il insistait, on lui a répondu qu’il trouverait peut-être très mauvais qu’une note de ce genre, mais renversée, pût être publiée par l’Havas, M. Clemenceau n’étant pas éternel et les ministres étant appelés à se succéder assez rapidement dans notre IIIe République. Mandel, après quelque insistance, a fini par s’incliner. Quelles belles âmes ! Quels procédés !

Il est vrai qu’Aristide sait très bien user des mêmes armes.

Je ne sais pas quelle est ton impression du communiqué de midi, la mienne n’est pas très fameuse. On m’a dit ce matin qu’on s’était violemment heurté sur la Vesle et que nous avions fléchi par endroit [4]. Il m’apparaît que le communiqué en donne tout à fait l’impression. On me dit d’autre part que mon sentiment n’est pas exact mais qu’il est certain que les Allemands veulent retarder la marche de nos armées pour la préparation de leurs positions comme ils ont fait devant Oulchy-le-Château. Nos troupes seraient toujours en très bonne posture. Je veux bien le croire, cependant cette résistance prouve que l’ennemi est encore solide et qu’il est assez loin de la déroute que l’on nous représentait. Il se bat et énergiquement. Il est vrai qu’on me dit aussi que nous n’avons engagé maintenant que fort peu de monde (? ?)

Les personnes de sang-froid voient dans l’invention du crime de forfaiture le désir de la Haute Cour de condamner Malvy. On ne peut l’inquiéter sur les accusations dont il a été l’objet, mais on ne veut pas ou n’ose pas l’acquitter. Comme il n’y a rien à retenir dans les accusations dont il a été l’objet, on a réveillé le vieux terme de forfaiture et la loi de floréal a été faite justement pour sembler préserver la liberté politique alors qu’on voulait la frapper, et on veut l’appliquer justement contre quelqu’un qu’il s’agit d’atteindre dans sa liberté politique. Tout cela n’est ni très logique ni très courageux, mais la plupart des sénateurs redoutent d’être accusés d’avoir voulu l’acquittement et, par suite, exposés à quelque violente campagne de presse.

Quoi qu’il en soit, la condamnation de Malvy aura, pour l’avenir, une conséquence bien dangereuse. Ce sera de donner gain de cause à l’accusateur public Daudet. N’est-ce pas ton avis ?

Au revoir.

Et

[1] Il s’agit probablement du général de Mondésir.

[2] Non identifié.

[3] Le tsar Nicolas II, ainsi que sa famille, est assassiné par les Soviets à Ekatérinbourg le 17 juillet 1918.

[4] L’ennemi résiste au nord de la Vesle. Au sud de la Somme, l’ennemi retire ses avant-postes sur la rive droite de l’Avre, immédiatement suivi par les troupes de la 1ère armée française. Il garde une position sur la rive gauche à l’ouest de Montdidier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.