4 août 1918

4 août 1918

 

On me raconte un petit fait qui me semble très indicatif d’un état d’esprit qui règne dans les classes patronales et que je considère comme très dangereux.

Un de mes anciens collaborateurs, tout à fait bourgeoisie riche d’origine et très conservateur, est venu me voir tout à l’heure. Il est aujourd’hui attaché aux services de propagande de la chambre de commerce. David-Mennet l’a prié de faire une enquête sur les délégués ouvriers. Il a donc interviewé Merrheim, Jouhaux, Keufer, Hubert. Il me dit avoir rencontré là des hommes fort intelligents, nullement violents, très fermes et très nets. Keufer, c’est tout naturel, il est très connu comme un modéré et très estimé comme homme. Mais les autres sont généralement représentés comme des violents. Leclercq [1], qui faisait l’enquête, se loue au contraire de la courtoisie avec laquelle il a été reçu, des explications détaillées qui lui ont été fournies et grâce auxquelles il a pu faire son papier avec des renseignements intéressants. David-Mennet l’avait de plus recommandé d’une façon toute spéciale à Robert Pinot, du Comité des Forges, afin de recueillir les indications des patrons. J’ajoute à ceci que Leclercq est lié depuis longtemps avec Pinot. Ce dernier n’a pas voulu recevoir et parler lui-même. Il a fait recevoir l’envoyé de la Chambre de commerce par un nommé Siméon, et Leclercq prétend qu’il n’a jamais entendu pareil tissu de calembredaines, de sottises et d’inepties et semblable méconnaissance voulue de la situation actuelle. De plus, ce M. Siméon a dit qu’eux seuls du Comité des Forges devaient donner les renseignements à ceux qui voulaient se documenter, que sans cela il y aurait des divergences regrettables. Toujours est-il qu’il est impossible de faire un travail sérieux sur les explications patronales et que l’on sera obligé de ne tenir compte que des déclarations ouvrières, ce qui est un comble. Et Leclercq se dit que David-Mennet fera une drôle de tête en voyant dans cette enquête uniquement les vues de Merrheim ou du colosse Hubert des terrassiers. Merrheim s’élève avec énergie contre le paternalisme des entreprises comme Le Creusot ou autres. L’ouvrier prétend que tout cela devrait se traduire en salaires et non en institutions patronales qui semblent, à tort ou à raison, une mainmise sur lui. Aucune contre-partie n’est fournie sur tous les points par les patrons qui ne veulent rien livrer. J’ai toujours pensé que Pinot, qui a déjà fait la formidable gaffe, qui a tant fait attaquer le comité, et en qui les grands chefs Schneider, François de Wendel ont la plus entière confiance, mènerait son comité, ou plutôt ce que ce comité représente, à l’abîme. Mon collaborateur veut, à la suite de ces démarches, faire un papier pour établir la différence qu’il y a entre l’intelligence et la faculté de gagner de l’argent.

Quant à Pinot, C. Dupeyrat [2] prétend qu’il est le produit d’une Boche et d’un jésuite… Il est du reste très faux, j’ai eu, en ce qui me concerne, l’occasion de m’en convaincre. Je ne reviens pas sur nos conversations du déjeuner. Je rappelle pour mémoire ce que nous dit Dalléas sur la nervosité du commandement qui, à la veille d’une attaque, sur un nouveau renseignement d’un prisonnier ou d’un avion, change tout, modifie les ordres et provoque sur le front des glissements toujours fâcheux au moment d’une action.

À toi.

Et

 

J’oubliais un détail. Le commandant Bouffarique (?), qui dirige le Bureau du contrôle de la Main-d’œuvre, a dit à Leclercq : Vous pouvez déclarer à M. Pinot que, si tous ces messieurs n’ont pas été fusillés par leurs ouvriers, c’est grâce à l’action de mon service.

[1] Marcel Leclercq (1887-1964). Industriel. Membre de la Chambre de commerce et d’industrie de Roubaix.

[2] Il s’agit peut-être de Joseph Dupeyrat, ministre plénipotentiaire, membre de l’Union interalliée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.