3 août 1918

3 août 1918

 

Tout va bien. Les nouvelles continuent à être excellentes [1]. Ce matin, j’ai déjeuné avec Bidou retour de la région de Soissons. Il a assisté aux événements militaires et a même pénétré dans un village aussitôt après le départ du Boche. Il me dit que, depuis le début de la guerre, il n’a pas eu une impression de victoire aussi forte qu’aujourd’hui. Néanmoins, la retraite ennemie est tout à fait voulue car on ne prend ni prisonniers ni canons. Il y a des combats d’arrière-garde très violents, les arrière-gardes ennemies ne travaillant qu’à la mitrailleuse. Pas un obus ne tombe sur le champ de bataille, ce qui semble bien indiquer que l’artillerie ennemie est en route.

La première attaque Mangin avait été un assez mauvais bec, et Bidou en a vu les résultats, c’est-à-dire les lignes de tanks cloués sur place avec l’infanterie. Mais alors, le 2 août, plein succès. Il est vrai que les Allemands battaient en retraite. Bidou croit que les ennemis subissent une crise d’effectifs grave et ne les croit guère capables de faire quelque chose maintenant avant septembre, époque à laquelle ils recevront la nouvelle classe, car, me dit-il, on a trouvé des compagnies à quarante fusils. Bidou ne se prononce guère sur les suites de nos succès et il a trouvé le commandement très discret sur les réserves. Il serait donc difficile de diagnostiquer sans connaître la puissance de ces dernières.

J’ai lu hier une lettre d’un petit lieutenant à son oncle. Ce jeune homme trouve qu’on ne colle pas assez aux Allemands, qu’on devrait les talonner sans cesse et les gêner dans leur retraite. Il ignore pourquoi on ne le fait pas. Il y a sans doute des raisons, mais, pour lui, on devrait jeter le désarroi dans des troupes forcément un peu moins montées à cause du recul. Cependant, si les arrière-gardes sont si énergiques, il y aurait peut-être danger à trop s’avancer.

Je l’interroge sur l’armée anglaise et ce qui m’en a été dit. Il n’a pas l’impression qu’elle soit encore démoralisée. La 5e armée a été refaite assez vite et se trouve de nouveau en ligne, mais il croit que les Anglais n’ont aucun désir de se battre. Les Écossais, cependant, se sont très bien comportés. J’ai retenu un mot d’un officier supérieur écossais qui est assez suggestif. Tu as dû lire dans les journaux de ce matin que des braves gens avaient été très éprouvés dans une attaque où ils n’avaient pas réussi et qu’au contraire, dans la seconde, ils avaient réalisé leurs objectifs. Le colonel a dit à Bidou : « Eh oui, le général Mangin donne parfois des ordres qui ne sont pas toujours exécutables. » C’était une douce plainte sur notre terrible général et en même temps un regret pour un corps très éprouvé.

Si tu étais venu tantôt, tu aurais trouvé dans la salle de rédaction un spectacle inusité. Assis dans nos grands fauteuils se trouvaient Sa Grandeur Mgr Matanas [2], métropolite d’Athènes, et un autre évêque. L’archevêque avait tenu à me faire une visite. C’est un homme un peu fort, les joues grasses ornées d’une magnifique barbe poivre et sel, de fort beaux yeux intelligents, de petits traits fins. Nous avons causé un moment et il m’a dit que maintenant nous entrions dans la voie du succès. Il a été fort gracieux pour les Débats qu’il a remerciés de leur concours, et, naturellement, je lui ai montré le fauteuil que l’on attribue, à tort du reste, à Chateaubriand [3], mais enfin, il faut jouer de toutes ses cordes et le fauteuil de Chateaubriand, pour un Grec, c’est une belle relique !

André Chaumeix m’a raconté des choses assez intéressantes au point de vue des utopies bulgares. Pinon [4], qui représentait la diplomatie du côté des Alliés à Versailles, avait conservé ses illusions sur la Bulgarie et il avait tracé tout un plan que, naïvement, il a soumis à l’ambassadeur d’Italie. Ce dernier s’est inquiété et en a parlé à Pichon. On a compris alors que les militaires de Trianon-Palace faisaient, eux aussi, une politique extérieure, ce qui devenait dangereux. On a exilé Pinon, et Pichon paraît être en ce moment dans de bonnes idées. Mais que pense Berthelot ? Tu as vu qu’il a monté en grade. Notre pays a cet avantage, c’est que, plus l’on fait de gaffes, mieux on est récompensé.

Je te raconterai demain mon dîner chez Ignatiev.

À toi.

Et

[1] Les Alliés libèrent Soissons pillé par les Allemands. Ludendorff est obligé de reculer de 40 kms sur la Vesle.

[2] Nalèche se trompe : il s’agit probablement de Mgr Mélétios Métaxakis (1871-1935), métropolite d’Athènes, primat de l’Église orthodoxe de Grèce sous le nom de Mélèce III (21 mars 1918-14 novembre 1920).

[3] François-René de Chateaubriand (1768-1848) était ami de Bertin, directeur du Journal des Débats, qui le soutient dans son journal, où il peut mener son combat pour les libertés publiques après sa disgrâce en 1824.

[4] René Pinon (1870-1958). Journaliste. Diplomate. Consul général. Professeur d’histoire contemporaine à l’École libre des sciences politiques. Chroniqueur pour les questions internationales dans la revue Questions diplomatiques et coloniales, spécialiste des affaires d’Orient à la Revue des Deux Mondes à partir de 1906, il rédige la chronique de la quinzaine. Gabriel Hanotaux l’appelle comme conseiller diplomatique au ministère des Affaires étrangères et lui confie plusieurs missions, notamment lors de la négociation du Traité de Versailles et de la Conférence de Genève.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.