1er-2 août 1918

1er-2 août 1918

 

Je suis vigoureusement pris à parti par Liesse à cause de notre filet sur les trois présidents. Nous y disions qu’après avoir entendu le témoignage de trois chefs de gouvernement, il fallait conclure à la nécessité d’une politique ouvrière. Liesse nous dit qu’en écrivant cela, nous avons manqué à toute la doctrine des Débats et renié la tradition. Il n’y a qu’une manière avec les ouvriers, c’est la manière forte. Je lui réponds qu’il n’y a pas que chez nous. Dans les autres pays aussi il faut composer, et je lui lis ce passage d’une lettre que je venais de recevoir d’Angleterre au sujet de l’embarras du gouvernement britannique dans les grèves qui viennent d’éclater à Coventry, Birmingham, etc.[1]

« L’explosion n’est que le résultat d’un ensemble de faits et des mesures relatives aux travailleurs prises depuis longtemps. Ces mesures ont excité la méfiance des ouvriers qui, probablement, s’alarment, sinon tout à fait à tort, au moins avec excès. Il faudra donc que le gouvernement mette les pouces sans en avoir l’air et en sauvant la face parce qu’il serait trop dangereux de recourir à la manière forte. Enrôler les grévistes ? Cela ne remplira pas les ateliers. Les remplacer par un nombre égal de soldats rappelés du front ? Cela désorganisera les unités et demandera du temps. Alors quoi ? Le poteau pour quelques-uns ? C’est la grève générale.

C’est, après tout, le bon côté de la situation, il faut que l’on s’arrange. »

Liesse a tout de même été un peu interloqué. Il s’est engagé dans une foule de considérations qui ont abouti à dire ceci, c’est que, partout où on a tiré dessus, les ouvriers n’ont jamais recommencé.

D’Espagne on m’écrit qu’une banque nouvelle est en création à Madrid. Elle s’appellera la Banque hispano-austro-hongroise et s’appuiera sur une banque dévouée à nos ennemis, la Banque de Castille en Espagne et sur deux importants établissements financiers en Allemagne. Dans le conseil d’administration de cette banque se trouvent deux fils du président du Conseil, Miguel et Honorio Maura [2].

Le but de cette nouvelle banque est le rachat des bateaux allemands ou autrichiens internés dans la péninsule, environ trois cent mille tonnes, avec espoir de les faire passer un jour ou l’autre à nos ennemis.

Mais, toujours prévoyants, les Allemands songent à étayer cette manœuvre sur une campagne de presse. Les acquisitions de journaux par la banque ont déjà commencé. La défection du Libéral et celle moins apparente du Heraldo pourraient bien être en rapport avec cette louche opération. Quant à nous, nous nous trouvons complètement désarmés au point de vue presse, nous ne pouvons compter, et Dieu sait avec quelles inimaginables réserves, que sur un journal, la Correspondencia de España.

Le correspondant m’écrit qu’il est convaincu que ces bateaux, qui sont l’objet de nos convoitises, devront un jour ou l’autre être pris par nous et, pour lui, ce serait aujourd’hui et non demain qu’il faudrait arracher de haute lutte le consentement de l’Espagne. Sans cela nous serons devancés et il sera trop tard. Jamais une action forte, voire rude, de notre part ne trouvera un terrain mieux préparé. Malheureusement nous n’avons pas de politique espagnole, nous sommes obligés de suivre les affaires d’Espagne suivant l’angle de nos préoccupations militaires et au fur et à mesure des nécessités qui en découlent. Notre ligne de conduite oscille au gré de l’opportunité militaire. Justement, aux yeux de mon correspondant, c’est cette opportunité qui nous inviterait à crier « casse-cou » à nos voisins.

En France, vis-à-vis de l’Espagne, nous exhalons notre mauvaise humeur en brimades. Celles-ci sont hors de saison en temps de guerre. Elles n’ont aucune fin pratique et aigrissent inutilement ceux qui seraient bien intentionnés à notre égard. Nous tenons les Espagnols par un certain nombre de côtés. Nous pouvons leur expliquer courtoisement que certaines nécessités sont pour nous vitales, que les mesures auxquelles elles nous entraînent ne comportent à leur égard aucune défiance, aucun manque de considération. Avec du doigté on obtiendrait beaucoup. Tel est l’avis de mon homme qui connaît admirablement l’Espagne.

À la Chambre, hier, tout le monde était sur le pont. J’y suis allé voir Millerand et j’ai vu qu’on avait battu le rappel. Ce matin, Le Trocquer, ancien chef de cabinet d’Augagneur, me dit que son patron a toujours loyalement soutenu Clemenceau et me fait un grand éloge de l’ancien ministre de la Marine qui est loin d’être un sectaire, me dit-il, comme beaucoup l’affirmaient.

À toi.

Et

[1] En juillet 1918, des grèves importantes se produisent dans les usines de munitions à Coventry, à Birmingham, dans le Yorkshire. Le gouvernement les fait échouer en mobilisant les grévistes. Mais les grèves redoublent en août et le gouvernement doit faire appel à des forces auxiliaires.

[2] Miguel (1887-1971) et Honorio (1886-1936) Maura. Espagnols. Avocats. Hommes politiques. Fils du président du Conseil espagnol, Antonio Maura (1853-1925).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.