29 juillet 1918

29 juillet 1918

 

Veux-tu savoir comment se fabriquent les interviews dans les journaux ? En voici un exemple. On a fabriqué en Espagne une loi sur l’espionnage qui nous est plutôt favorable. On fut assez étonné de lire dans Le Temps une interview du président du Conseil très favorable à la loi naturellement. Voici ce que nous écrit notre correspondant de Madrid :

« J’apprends à l’instant que l’interview de Dato, parue dans Le Temps et destinée à donner le change sur l’esprit de cette loi, a été faite en réalité à Paris et publiée sur la demande de Quiñones de Léon qui, comme vous le savez, est très assidu auprès des journaux français. Le correspondant du Temps à Madrid a appris en lisant le journal qu’il avait interviewé le président du Conseil. Sans entrer dans la question de fond, on ne peut, je crois, que regretter de voir un journal comme Le Temps aller au-devant des vœux du gouvernement espagnol alors que nous avons au contraire intérêt à crier qu’on nous écorche. Au surplus, et pour bien fixer vos idées, je vous envoie ci-joint l’article que l’organe de l’ambassade d’Allemagne, la Tribuna, consacre à la nouvelle loi. »

Cet article, en effet, plein d’éloges et d’enthousiasme, nous montre que nos ennemis triomphent.

Chaumeix nous raconte qu’il a longuement causé ce matin avec Haguenin. Ce dernier, qui est à notre service à Berne, est un des hommes qui connaissent le mieux l’Allemagne. Rempli de talent, il a été autrefois notre correspondant à Berlin. Haguenin vient d’arriver à Paris, il prétend qu’il ne faut pas trop se faire d’illusions sur l’état de l’Allemagne. Elle est beaucoup moins affaissée qu’on ne veut le dire et nos succès militaires l’ont moins impressionné qu’on ne le raconte. Elle se croit encore parfaitement capable de tenir tête. Le recul qui se produit n’est pas de nature à beaucoup les alarmer car il se produit en dehors de chez eux et sur des territoires conquis. Ils regardent la carte et voient qu’il y a encore une fameuse distance de la à la Sprée, et cela les rassure. En Autriche, toujours d’après Haguenin, c’est tout le contraire, le pays est complètement démoralisé mais aucun trouble, aucune révolte ne paraît se produire. On souffre le martyre dans les états de l’empereur Charles, mais plus on souffre plus on est aplati. Donc, des deux côtés, il ne faut guère compter sur des coups de théâtre.

Nolhac est venu nous voir ce matin et nous conte ses impressions romaines. Salandra lui a fait le récit de la façon dont Sonnino est entré dans son ministère et la chose lui fut confirmée par Martini[1]. Salandra avait demandé à ce dernier de prendre le portefeuille des Affaires étrangères qu’il avait tout à fait qualité pour tenir étant donné le but poursuivi. Mais Martini répondit : Je ne dois pas prendre les Affaires étrangères, mes sympathies sont trop connues pour que ma présence n’éveille pas les soupçons des puissances centrales. Prenez donc Sonnino.

– Mais, répondit Salandra, Sonnino vient justement d’écrire une brochure dans laquelle il dit que l’Italie doit prendre place aux côtés de l’Allemagne et de l’Autriche.

– Voyez-le tout de même, il se peut qu’il ait changé.

Salandra offrit donc le portefeuille à Sonnino et ne lui dissimula pas les intentions secrètes du cabinet.

Sonnino demanda quelques jours de réflexion pendant lesquels il pesa en conscience le pour et le contre, puis il rendit sa réponse affirmative à Salandra en lui disant qu’il irait jusqu’au bout.

Nolhac nous dit encore que beaucoup de représentants de l’aristocratie du monde noir sont au front. Ils se battent très bravement, beaucoup ont été tués, beaucoup ont été blessés et un grand nombre reçoit les médailles, décorations, etc. Les familles en sont très fières et il croit que c’est une chose intéressante pour l’avenir car on trouvera dans le monde noir du futur les gens les plus patriotes. Ceci amènera certainement un ordre de choses nouveau.

On vient de me téléphoner le communiqué [2]. Il ne fait pas état des choses que je te disais, en revanche tu retrouveras les points signalés hier. Le communiqué est donc en retard. Il ne parle pas de l’attaque de Mangin d’aujourd’hui. Au contraire, le communiqué allemand va plus loin que lui et nomme Fère et Ville-en-Tardenois. Cependant, des détails que je te donnais viennent de nous être confirmés par le correspondant aux armées du Petit Journal. Il nous raconte l’affaire Gouraud exactement comme je te l’ai racontée moi-même. Il estime qu’il y aurait eu trente mille Allemands tués et vingt mille blessés dont dix mille très gravement. Gouraud n’aurait au contraire évacué que deux mille hommes. Contrairement à ce qu’on a prétendu, même l’armée Mangin n’aurait fait que des pertes relativement peu importantes. Il parle de quinze mille hommes pour tout le front. (? ?)

Le jeune correspondant fait grand état de trois généraux : Mangin, Degoutte et Gouraud mais surtout Degoutte. Quant à Berthelot, il semble dire que ça ne va pas fort. Il a du reste comme officiers d’état-major deux types qui ne donneraient qu’une médiocre confiance : Guillemoteaux et … Jouvenel.

Il est bien tard, à demain.

Et

[1] Ferdinando Martini (1841-1928). Italien. Journaliste. Homme politique. Gouverneur de l’Érythrée (1897-1907). Député (1876-1919).

[2] L’ennemi se replie vers le nord. La 6e armée enlève La Fère et La Ville-en-Tardenois. C’est la fin de la deuxième bataille de la Marne. Ludendorff recule de 40 km sur la Vesle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.