28 juillet 1918

28 juillet 1918

 

Hier au soir, bavardé au Cercle avec Gaiffier et Vesnitch. Le Belge voulait m’inviter à déjeuner avec Take Jonesco mais ce dernier part jeudi matin pour Londres et ne peut disposer d’une matinée. Ce sera pour le retour. Gaiffier loue l’intelligence de l’avocat et son immense talent mais il déclare que l’homme d’État a fait faillite. Il croit qu’il aura du mal à revenir sur l’eau en politique. De plus, ajoute-t-il, il est amoureux, il est venu à Paris avec une Roumaine. Jusqu’ici la politique l’avait complètement absorbé et la femme n’avait eu aucune prise sur sa vie. Il est dangereux et souvent fatal de s’amouracher à soixante ans. Comme je demande s’il est changé et vieilli, Gaiffier me répond qu’il l’a trouvé assez sensiblement le même.

Je dis à Vesnitch : Eh bien, comment trouvez-vous les affaires d’Albanie ? Les Italiens marchent bien, n’est-ce pas ? Immédiatement la figure de Vesnitch se fige et il ne répond rien. – Ils vont prendre l’Albanie et le tour sera joué, dit Gaiffier en se retirant dans une autre partie du salon.

Aussitôt Vesnitch me dit : Il est bien malheureux que Gauvain ne soit pas là car les Italiens ont fait le projet de ramener le vieux Nicolas [1]. Voilà le but poursuivi par la cour et le gouvernement. Je voudrais bien causer un peu avec de Caix et je lui dirai tout ce que je sais là-dessus. Je lui promets de prévenir de Caix pour qu’il aille le voir, puis un coup d’œil m’avertit qu’une présence nouvelle doit arrêter la conversation. C’est en effet l’ambassadeur d’Italie, Bonin-Longare, qui vient nous dire bonsoir. Il ne fut plus question de l’Albanie mais de La Fère-en-Tardenois dont l’attaché militaire de Suède venait d’annoncer la prise.

En rentrant j’ai trouvé la carte de Take avec un petit mot me disant de l’aller voir Hôtel Majestic, ce que j’ai fait aujourd’hui. Son antichambre est très encombrée. En bas, dans le hall, des groupes de Roumains causent entre eux, d’autres groupes sont installés dans le couloir qui conduit à son appartement. Il me reçoit de suite. Il est très animé. Contrairement à ce que l’on m’a dit, je le trouve changé, assez rouge, autrefois il avait le teint mat et un peu de boursouflure. Nous avons eu un assez long entretien constamment haché de coups de téléphone pour la plupart de gens demandant à être reçus. Évidemment, pour ses compatriotes il ne semble pas fini, sans cela il ne serait pas aussi assiégé. Tout au moins pour les Roumains de France et d’Angleterre, il restera un chef d’opposition.

En causant, il me dit que les Français ont encore eu cette fois leur Jeanne d’Arc, mais la Jeanne d’Arc, c’est les Américains, qu’il faudra encore un an et demi pour réduire les Allemands et entrer chez eux. Sans cela aucune paix ne sera possible. Il y a trop de questions à régler.

Je lui parle du rôle de la Russie dans la ruine de son pays, des pressentiments que quelques-uns avaient eus ici, notamment des avertissements de Lechartier qu’il a bien connu et qu’il apprécie fort. Mais il me dit : Même si l’on avait su que la Russie nous trahirait, il aurait fallu marcher tout de même. Si, dans ce conflit des Balkans, la Roumanie n’avait pas tiré l’épée, c’était une nation morte. Aujourd’hui, le roi est esclave, il signe tout ce qu’on l’oblige à signer, le pays est entre les mains des Allemands mais il s’affranchira, tandis que, s’il était resté neutre, il aurait été tout simplement rayé des vivants. La Roumanie ne s’étant pas battue, la Transylvanie était perdue pour toujours, tandis que le sentiment national s’est développé et vivifié et fera des miracles. Il considère l’Autriche comme perdue et pense que l’accord anglo-français et l’accord franco-américain dureront éternellement après la guerre. Il ne croit guère à la persistance de l’alliance italienne bien qu’il adore les Italiens, Italiens et Roumains étant à peu près semblables. Il n’ose pas dire que l’Italie ne s’orientera pas vers l’Allemagne. (Je te crois).

Malgré ses épreuves, Take reste gai et entrain. Il me demande des nouvelles d’une jeune femme assez jolie que nous avons connue tous deux. Je lui en donne et il plaisante agréablement et c’est sur un grand rire que nous nous quittons. Du reste, me dit-il, vous me reverrez souvent maintenant et je crains que vous ne finissiez par avoir assez de moi.

Je t’ai dit ce matin qu’il était venu beaucoup de monde dans la matinée chez nous. On m’a confirmé un détail que tu connais peut-être au sujet des troupes italiennes sur notre front. J’ai dû te signaler dans ces notes un flanchement au début de l’offensive, c’était la première nouvelle que j’avais eue. Puis, après cela, on a beaucoup vanté la valeur de nos alliés italiens. La première impression était la vraie, les Italiens ont parfaitement fichu le camp et la masse de prisonniers annoncés par les radios allemands était à peu près exacte grâce à la reddition ou la capture de huit mille Italiens.

Il est tard. Bonsoir, mon vieux.

Et

[1] Grand-duc Nicolas Nikolaïevitch de Russie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.