27 juillet 1918

27 juillet 1918

 

Il est toujours extraordinaire de remarquer que, lorsque un fait nous rappelle des gens que l’on n’a pas vus depuis trente ans, tout le monde vient vous parler d’eux. Ce matin, il m’arrive mon conseiller de préfecture de Château-Thierry [1] qui me parle du général de Mondésir dont hier je voyais l’officier d’ordonnance [2]. Il m’a dit qu’il n’a pas pris seul Château-Thierry mais qu’il était en effet dans l’opération. Il n’avait autrefois qu’une idée assez médiocre de cet officier général, mais il trouve qu’enfin il s’y est mis. Il a causé avec lui des Débats. Qu’est-ce que c’est donc que ce défaitiste qui s’appelle Gauvain et qui écrit aux Débats des articles si mauvais ? – Mon Dieu, mon général, M. Gauvain est un des hommes les plus connus et les plus compétents en politique extérieure et qui a l’avantage d’avoir longtemps habité l’Europe centrale et de connaître ce dont il parle admirablement. – Cela se peut, mais il a fait deux ou trois articles défaitistes dont nous sommes excédés. – Ce n’est pas l’avis de tout le monde. L’opinion de mon homme est qu’il n’avait lu ces fameux articles qu’au travers des commentaires de L’Action française sans connaître le premier mot des questions. Cela ne doit pas te surprendre.

En dehors de cela, L. me raconte qu’on a retrouvé Château-Thierry assez abîmé, il n’y a guère de maisons ou pas de maisons qui n’aient reçu quelques obus. Cependant, beaucoup de dégâts sont réparables, à part le quartier de l’Hôtel de Ville qui est complètement par terre. Le pillage a été fait et oganisé avec la plus admirable méthode. Les Allemands avaient fait deux dépôts, un dans l’église et l’autre dans un grand magasin. On pourra recouvrer beaucoup de choses, précisément à cause de l’ordre avec lequel tout a été fait. Les objets de cuivre étaient rangés et classés, tous les objets volés mis dans de grandes caisses retrouvées avec les adresses et sur chaque étiquette on avait marqué « provenant de Château-Thierry ».

Si les Allemands pillent avec méthode, les nôtres et les Américains ne s’en privent pas mais sont loin d’apporter à ce travail avec le même soin. On casse, on jette, on démolit.

À propos des Américains, ils ont trouvé quelques-uns des leurs pendus par les Allemands. Aussitôt ce fut une terrible fureur et il n’y eut guère de prisonniers. La nouvelle des ces pendaisons parcourut instantanément tout le front car un de nos collaborateurs, venu ce matin, qui est en Alsace, nous raconta que les Américains de son voisinage connurent la chose de suite et se jurèrent d’appliquer les mêmes représailles.

Un petit fait assez amusant à propos du général de Mondésir. Le général américain, le jour de l’Independance Day, ordonna une revue des troupes, mais, comme démocrate, il voulut faire passer les autorités civiles avant les autorités militaires. Le général de Mondésir s’avança suivi du préfet, mais l’Américain s’adressa au premier magistrat du département et lui dit : « C’est pour vous que cette revue a été organisée. » Mondésir comprit et s’effaça devant le préfet devant qui les troupes défilèrent.

Ce matin, déjeuner avec André Chaumeix à l’Union. Dans la salle des invités, il y avait Daeschner [3] qui déjeunait avec Fontarce [4]. Daeschner est ministre en Portugal. Nous nous sommes réunis après le déjeuner et nous avons parlé de l’armée portugaise. Daeschner regrette qu’on ne s’en occupe pas un peu ici. On s’est trop habitué à en faire propriété anglaise. Je lui réponds qu’on n’a pas eu beaucoup à se louer de leur valeur. Ils ont tourné casaque avec un entrain extraordinaire ou se sont fait faire prisonniers avec une déplorable facilité. J’insiste surtout sur le rôle des officiers qui furent les premiers à se rendre ou à filer.

Que voulez-vous, me dit Daeschner, les officiers étaient de simples fonctionnaires qui, jouissant de leur solde pour la vie, y adjoignaient tous quelque emploi de professeur ou autre chose et n’avaient jamais pensé à faire la guerre. Dans la société, on se faisait remplacer et pour rien au monde on aurait voulu se battre. Quand la loi obligea tous les jeunes gens à accomplir leurs mois de réserve pour les envoyer ensuite au front, on demanda à entrer à l’École de guerre. Les cours prenant deux ans environ, chacun escomptait la fin de la guerre. Alors, une nouvelle loi prescrivit le départ pour le front au bout de quelques mois. Comment s’en tirer ? on fit la révolution. Car c’est la caractéristique des révolutions en Portugal d’être toujours faites avec un but précis. Quelle riche armée nous avons là comme alliée !

J’ai entendu là, au cours de cette conversation, une belle parole de diplomate. Je racontais ce que j’avais su de la Russie dès 1915 et que j’étais allé redire au président de la République. Ce dernier, renseigné par l’ambassade qui ne savait rien et qui du reste ne voulait rien écouter, ne m’a pas cru beaucoup, tout en paraissant très intéressé par ce que je lui disais. J’ajoutais que, vraiment, l’ambassade était impardonnable d’être restée aussi aveugle alors qu’en trois semaines un homme intelligent avait vu qu’on allait au désastre et était venu me supplier, les yeux hors de la tête, de mettre ici les gens compétents au courant de la véritable situation.

Fontarce m’a répondu : « Que voulez-vous, il est très difficile pour des agents dans un pays comme la Russie de prendre leurs informations dans les partis d’opposition. Bompard a voulu le faire, il s’est rendu impossible. »

Mais il ne s’agit pas pour un ambassadeur d’aller lui-même aux renseignements, il doit avoir des gens à lui qui le documentent ! Je me demande vraiment quelle conception ont ces gens-là du rôle d’un ambassadeur. Doit-il uniquement servir de chambellan ? Son premier rôle est d’être au courant de la politique d’un pays dans lequel il est accrédité. J’aurais étranglé le bon et excellent Fontarce qui n’est cependant pas un imbécile.

Et

 

Le neveu est revenu. Je l’ai vu un instant. Je t’en parlerai.

[1] Il s’agit d’Édouard Lacroix.

[2] Il s’agit de Jean d’Aubigny.

[3] Émile Daeschner (1863-1928). Diplomate. Il est ministre plénipotentiaire de France à Lisbonne depuis le 8 mars 1913.

[4] René Trumet de Fontarce (1863-19). Diplomate. Ministre plénipotentiaire. En 1918, il est mis à disposition du gouvernement chérifien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.