26 juillet 1918

26 juillet 1918

 

Je crois bien avoir déjà noté le mécontentement des Russes restés fidèles comme Maklakoff, Stakhovich, etc., de l’ostracisme dont on avait fait preuve vis-à-vis des soldats russes qui combattent sur le front. L’ambassadeur disait que c’était une faute très grosse. Le gouvernement s’en était excusé en disant que l’on ne voulait pas exposer l’uniforme russe à quelque fâcheuse démonstration d’une foule qui n’aurait pas su faire de distinction. Mais les choses ne se sont pas bornées à cela. Il y eut un incident Kerenski-Clemenceau. L’ex-dictateur était venu trouver le président du Conseil et lui disait quelle impression pénible ferait en Russie la nouvelle de l’exclusion des soldats russes de la revue du 14 juillet, et non seulement en Russie mais parmi les soldats eux-mêmes. Cette mesure était de nature à les humilier et, partant, à affaiblir leur moral.

« Vous n’êtes pas fou, se serait écrié Clemenceau, de vouloir faire insulter vos compatriotes ! »

Aussitôt, Kerenski prit son chapeau et se retira. On lui courut après et on lui expliqua qu’il avait évidemment mal compris, que Clemenceau avait voulu dire et avait dit : « Il serait fou d’exposer… » mais jamais il n’avait traité Kerenski de fou. Cela se peut car Kerenski ne comprend pas très bien le français. Mais avec un type comme notre Tigre, le contraire est aussi parfaitement possible.

Confidentielle.

J’ai reçu la visite ce soir du capitaine d’Aubigny, fils du général[1] , officier d’ordonnance du général de Mondésir [2]. Il est porteur d’une lettre de son patron pour moi. J’ai beaucoup connu celui-ci dans ma jeunesse. Il venait fréquemment dîner à la maison alors qu’il était lieutenant et capitaine à Versailles. Le pauvre homme me paraît ulcéré. Les journaux ont attribué son rôle à un autre corps d’armée que le sien et c’est lui qui a repris Château-Thierry. Il voudrait beaucoup qu’on rétablisse la vérité car, me dit d’Aubigny, ces erreurs sont lues par les soldats eux-mêmes et quand ils voient que les actions auxquelles ils ont participé sont attribuées à d’autres qu’à eux, ils en sont un peu démoralisés. Le capitaine me montre des choses fort intéressantes, mais comme je ne connais pas assez bien les choses, je l’envoie à Bidou.

Du reste, ce capitaine d’Aubigny est charmant et fort bien élevé, mais pour les choses de la vie, il me semble bien un militaire. Il ignore tout ce qui n’est pas son métier et en causant avec moi, au début je sens très bien qu’il pèse ses mots, craint de livrer le moindre détail. « Avec des journalistes, on ne sait jamais. »

Il est stupéfait de voir que je sais certaines choses qu’il croyait tout à fait secrètes. Il attribue mes vastes connaissances au GQG et à la Rue François-Ier. Dans la conversation, je vois qu’il a vu Maurice Barrès. C’est naturellement à celui-ci qu’on s’adresse toujours, le grand défenseur de l’armée ! Timidement, il m’a dit qu’il lui avait paru que Barrès n’avait rien compris à ses explications et il en est très étonné. Il avait sans doute cru que les périodes et les clameurs patriotiques de notre académicien cachaient une profonde science stratégique. Évidemment, il se trompait.

Good night.

Et

[1] Arsène d’Aubigny (1832-1912). Militaire. Général de division.

[2] Il s’agit probablement du général de Mondésir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.