25 juillet 1918

25 juillet 1918

 

Récit très intéressant qui me fut fait ce matin par un officier polonais, vaguement mon parent, descendant d’une vieille famille exilée en 48 lors de l’insurrection et qui a pris part à la défense Gouraud. Voici ce qui s’est passé. Le général, exactement informé sur le plan allemand, n’avait laissé, comme on le sait, que des escouades de mitrailleurs très peu nombreux avec ordre de se replier aussitôt l’attaque, mais jusqu’à ce moment de faire le plus de bruit possible pour laisser croire à l’occupation la plus nombreuse.

L’attaque s’est déclenchée à minuit, conformément au programme, et depuis 11h tout était évacué, on avait simplement laissé des gaz. La première vague s’avance, saute dans la tranchée où elle est tout entière asphyxiée. L’ennemi, qui suivait le mouvement avec ses projecteurs, ne voyant rien ressortir, en conclut que les tranchées sont prises et lance la seconde vague. Celle-ci arrive et se trouve en face des cadavres de ses prédécesseurs. Alors, flottement, hésitation. Le commandement allemand, trompé encore, lance la troisième vague. Celle-ci trouve les camarades déconcertés. Il s’ensuit un flottement. Des agglomérations, aussitôt, la formidable artillerie de Gouraud, disséminée, commence le feu et hache littéralement l’ennemi. Il paraît que ce fut effroyable. Mon jeune officier a été employé à nettoyer les tranchées et il me dit que ce fut un effroyable spectacle et une terrible besogne car la chaleur avait fait son œuvre et les gaz ajoutaient encore à la pestilence.

Contrairement à ce qu’on disait en dernier lieu – car au début les renseignements n’étaient pas les mêmes – l’armée Gouraud a perdu fort peu de monde, c’est l’armée Mangin qui subit les plus grosses pertes. Les Polonais ont, ce qui est assez gros comme proportion, perdu trois cents hommes mais, me dit mon officier, c’est un peu leur faute et ils ont voulu faire preuve de courage et de témérité. Ce fut glorieux et émotionnant. Trois officiers ont été rués et sont morts en disant : « Pour la Pologne. » Ce serait une belle réponse à l’article idiot du Frédéric Masson.

À propos de ce dernier, j’ai reçu de Milewski une réponse à l’académicien qui n’est pas pour l’insertion mais qui est magnifique. Il l’a adressée personnellement à Masson, et la lettre qui m’est destinée et qui l’accompagne est un véritable chef-d’œuvre de verve caustique et profonde. Je te montrerai cela.

Je ne sais si le neveu t’a dit ce mot de Pétain après le succès remporté à l’Est. « Et dire qu’il m’a fallu quinze jours pour convaincre Gouraud de la nécessité d’abandonner ses premières lignes. »

Il faut ajouter que Gouraud, une fois convaincu, a mené son affaire admirablement. Mais quelle étrange chose que l’on ne veuille pas rendre justice au seul homme que nous ayions.

As-tu su la défense de Mitry à l’accusation dont il est l’objet d’avoir laissé échapper les Allemands sur la Marne car, au lieu d’avoir opéré le coup de filet prévu il n’a ramassé que quatre prisonniers dont deux déserteurs. Je crois t’avoir dit qu’ayant reçu l’ordre d’attaquer le samedi soir, il ne l’a fait que le dimanche matin. Pour se disculper, il prétend que les Allemands avaient fait un tir de barrage tellement violent qu’il lui avait fallu choisir entre le sacrifice d’une grande partie de ses hommes ou exécutants ou d’attendre en conservant son monde mais en laissant échapper l’adversaire. Il avait préféré ne pas faire tuer sa troupe.

Tu as vu le petit article du Matin sur les réserves de Ruprecht ? L’Écho de Paris a une note à peu près semblable. J’ai demandé au neveu qui va demain où tu sais d’interroger sur ce qu’on pense. Au neveu également, j’ai demandé s’il connaissait les idées en haut lieu au sujet des bruits qui circulent. Serait-il d’avis d’attendre l’offensive à laquelle on croit dans la région du Nord, ou plutôt de la devancer, comme on en prête l’intention à Foch ? Le neveu n’en a pas causé avec lui mais son avis serait, étant donné ce qu’il a entendu d’une façon générale, qu’il serait plutôt d’avis de ne pas entamer une affaire trop grosse, au moins avant un certain temps.

Mais comme il verra l’homme demain, il lui posera la question.

Il y a bien d’autres questions à poser dont je te parlerai car je crois que l’on se fait maintenant bien des illusions sur les suites des événements en cours.

À toi

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.