23 juillet 1918

23 juillet 1918

 

Very busy day, old man, et qui m’a privé du plaisir de te voir sans qu’il m’ait apporté grand-chose pour t’intéresser. Le présent étant assez nul, je vais faire du rétrospectif et revenir sur ma conversation avec Jean Dupuy. Ce que dit ce brave homme n’est pas tout à fait indifférent à cause de sa situation d’ancien ministre, par conséquent de futur ministre possible et de sénateur et de directeur du plus lu des quotidiens. Je ne crois pas t’avoir raconté ce qu’il m’avait dit lorsque je lui faisais part de ma crainte de toujours de voir sortir la question du commandement, de la boue agitée devant la Haute Cour. Naturellement nous parlâmes du 16 avril. C’est Briand qui mène toute cette campagne. « Il a nommé Nivelle et il veut en faire un général qui, par lui, aurait donné la victoire. » Ce rôle de Briand est une chose que nous savons, mais je n’étais pas fâché de l’entendre confirmer par Dupuy. J’espère donc qu’à l’occasion, Le Petit Parisien se montrera ferme car ne doute pas une minute que, au point où les esprits sont montés, ce que nous sommes convenus d’appeler nos dirigeants n’éprouvent le besoin, la nécessité de recevoir quelque terrible coup de matraque à ce propos.

Du 16 avril, nous avons passé à l’affaire plus récente du Chemin des Dames qui nous a mis à deux doigts de l’écrasement définitif, et je lui signalais la campagne sournoise qui se fait en ce moment pour faire revenir l’honneur de la résistance, puis celui des avantages réels rattrapés cette semaine sur l’ennemi à Foch et à Clemenceau. Lis les dépêches, tu verras les adresses des différents pays soigneusement envoyées à l’Havas pour la reproduction. Honneur à Foch ! Honneur à Clemenceau ! puis honneur aux exécutants, Mangin et Gouraud. De temps en temps, dans un article non dans une communication, tu vois le nom de celui qui a tout préparé, le nom de Pétain, comme d’un accessoire auquel tout de même il faut bien faire allusion. À cela, Dupuy me répond : « Ce que je vais vous dire est bien impartial car j’aime beaucoup plus Foch que Pétain mais je dois reconnaître que Foch s’est complètement trompé et qu’il lui est impossible d’être l’auteur des brillants faits d’armes de ces jours derniers. Il n’a même pas l’état-major voulu pour préparer une offensive comme celle qui a été prise et qui a donné de si bons résultats. Tout a été fait sous la direction de Pétain. » Encore une chose excellente à enregistrer. Cela me remet en mémoire ce que me disait un officier du 2e Bureau : Tous en veulent à Pétain, non seulement parce qu’ils le sentent supérieur mais aussi parce qu’ils le savent imprenable par aucun côté. Pétain ne demande rien, ne désire rien, il est donc impossible de mettre la main sur lui et c’est ce qui les enrage.

Quoi qu’il en soit, on est en train de se montrer très reconnaissant aux deux hommes cités plus haut de nous avoir fait tuer tant de monde pour réparer les erreurs coûteuses qu’ils avaient commises. Tout ce que je te dis là doit te paraître du rabâchage, je ne crois pas que cela soit. Je suis convaincu qu’à un moment donné, tout cela devra prendre place dans nos souvenirs, de même qu’il faut porter la plus grande attention à tout ce qui se passe devant la Haute Cour. Je n’y vois pas un retour à un régime passé mais un acheminement vers la sociale sous la bannière royaliste. Nos bons conservateurs seront les meilleurs ouvriers de cette révolution, et le plus comique c’est qu’elle arrivera sans qu’ils se rendent compte du rôle qu’ils auront joué. Voilà quarante-huit ans que cela dure.

Fernand de Brinon est rentré d’Italie, il n’y retournera plus. Il a été mandé dès hier au soir à P., il en est revenu aujourd’hui, son impression est bonne. J’aurai le regret de ne pouvoir causer avec lui dès demain matin puisque je serai absent. Ce sera pour mercredi. Peut-être l’auras-tu vu d’ici-là et n’aurai-je rien à te raconter.

Ton

Et

 

Je te parlais au début de ma lettre de l’ostracisme que subissait le nom de Pétain. Je viens d’apprendre que depuis dimanche des ordres avaient été donnés pour que l’on ne donne jamais que les noms de Foch et de Clemenceau. Mais comme je viens de le téléphoner, on ne peut guère cacher plus longtemps le véritable auteur du plan et son nom commence à sortir. L’idée ridicule lancée par certains journaux de faire donner le bâton à Foch est dans l’eau, momentanément du moins. On a fait observer qu’il faudrait alors donner du bâton à quelques autres et que toute une partie de l’opinion publique ne pourrait accepter que pareille dignité fût conférée à quelqu’un qui a si manifestement erré et dont l’erreur n’est encore qu’en voie de réparation.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.