21 juillet 1918

21 juillet 1918

 

Ce matin A. A.-P. [1] veut faire un article sur la victoire française. On le sent évidemment préoccupé de l’opinion qu’un certain public s’est faite sur nos récents articles et craint que cette opinion nous trouve tièdes. J’ai toutes les peines du monde à lui montrer que l’affaire n’est pas terminée et qu’à l’heure actuelle la bataille bat son plein. Nos succès actuels ne sont pas encore la victoire, il faut attendre. Nous avons subi une défaite, et les terribles conséquences de celle-ci ne sont pas encore réparées. Nous ne devions pas considérer comme une victoire le fait de les avoir enrayées. D’ici deux ou trois jours peut-être pourrons-nous parler comme cela, mais jusqu’à ce moment il vaut mieux être réservé et les articles d’Henry Bidou sont suffisants sans emboucher la trompette d’Hervé qui déjà entend sonner l’heure de la délivrance. Ce que je vois de plus curieux là-dedans, c’est le souci évident d’Albert-Petit de rentrer en grâce auprès des lecteurs auxquels j’ai fait allusion. Le Journal des Débats doit rester véridique et savoir encaisser les pommes cuites.

Le procès Malvy est bien curieux et suit la marche que je pressentais. Dès hier au soir, il a commencé à dévier, Henry Bérenger a posé la question du 16 avril, et avec elle c’est toute la question du commandement qui est soulevée. Espérons que Dubost, au moins en ce qui concerne la Haute Cour, mènera les choses rondement mais il aura de la peine à arrêter les interpellations futures.

Je suis appelé à 11 h 1/2 chez Jean Dupuy qui, ne pouvant demain présider une séance de comité, a tenu à me mettre au courant des questions qui seront discutées sous ma présidence.

La besogne professionnelle expédiée, nous causons. Il me dit qu’il est très troublé par ce procès, qu’il n’avait jamais eu aucune confiance en Malvy peu connu de lui, mais que ce qu’il a entendu à la Haute Cour ne lui paraît pas convaincant. Ici, il ouvre une parenthèse pour me dire que, lorsqu’on l’avait prié de former un cabinet, il n’avait pas réussi par suite de l’opposition de Caillaux. Celui-ci avait exprimé le désir de le voir, il n’avait pas cru pouvoir y consentir malgré l’insistance de Doumergue. Il ne voulait justement pas garder Malvy dans un poste important et il s’est refusé à causer avec Caillaux pour ne pas se laisser imposer de ministres. Il tenait Malvy pour un fêtard, nullement fait pour avoir un poste élevé. Il avait cru ce que L’Action française et tout le monde disaient, que Malvy avait des relations d’amitié avec Almereyda, etc.

Voici dans quel esprit il arrivait à la Haute Cour et il s’attendait à voir sortir un déballage de preuves extraordinaires.

Au lieu de cela qu’entend-on ? Une série de ragots policiers. Malvy fait la preuve qu’il n’a jamais connu Almereyda avant la guerre, que ces ragots sont fondés sur des rapports policiers livrés à Daudet et qui ne sont qu’une partie, c’est-à-dire la partie rouge. Malvy sort la partie blanche, ce sont les mêmes histoires en sens inverse sur L’Action française.

On devait parler des histoires de femmes et des fêtes crapuleuses du ministre de l’Intérieur avec le directeur du Bonnet rouge. On a envoyé quarante-trois commissions avec mandat de visiter tous les restaurants, les bouges, toutes les maisons de… et de s’informer si jamais l’on avait vu Malvy en compagnie d’Almereyda. Rien. Les quarante-trois commissions n’ont pu établir un seul repas pris en commun. Tout ce qu’on a pu trouver c’est une maîtresse, morte, laissant un enfant.

Henry Bérenger dit qu’on lui a ouvert tous les dossiers, qu’on lui a montré tous les documents, qu’on lui a permis toutes les enquêtes sur les affaires de défaitisme, et nulle part il n’a trouvé une trace de l’intervention personnelle de Malvy mais il dit que c’est le gouvernement qui est responsable. Alors ? Quel procès fait-on ? J’ai trouvé intéressant de noter ces impressions de Jean Dupuy qui n’aimait pas Malvy et ne l’aurait pas gardé dans son ministère. Il ajoute que l’ancien ministre montre qu’il a exposé chaque chose au Conseil des ministres et qu’il a reçu son approbation. Il y a bien des choses que l’on incrimine à Malvy mais que tout ministre quel qu’il soit aurait faites pour assurer l’ordre. Mais il est certain que si on avait eu affaire à un homme inattaquable et ayant un passé, jamais on n’aurait pu faire une campagne pareille.

Dupuy a parfaitement raison. Tout le parti conservateur va marcher dans cette affaire-là qui le servira dans sa campagne contre le régime. Le parti conservateur va commettre la cinquième erreur depuis la République, et M. Daudet travaille en ce moment pour l’avènement de la sociale, sous couleur de préparer le retour du roy. Il me revient un mot de mon pauvre ami Heurteau. Nous avions mis debout, avant le projet de la loi de deux ans, un projet militaire du service d’un an que je considérais comme capable de faire échouer la campagne radicale-socialiste. Malo a commencé sa campagne en démolissant complètement la loi de 1889 et en montrant combien elle était mauvaise et nuisible. Il l’a mise en pièces. Heurteau me dit : « Malo a tort. Il rend la loi de 89 indéfendable, et comme les socialistes ne laisseront jamais passer le service d’un an tel que vous le voulez, dont ils voient les dangers à leur point de vue malgré les apparences, vous rendrez fatale la loi de deux ans. » Il en est, il me semble, la même chose aujourd’hui. On s’attache à déconsidérer tout le système gouvernemental. Jamais on ne reviendra au principe monarchique, on s’acheminera vers le système socialiste pour lequel tout nous prépare.

J’ai parlé à Jean Dupuy de Renaudel et lui demande si, malgré les railleries de mes amis, ce Renaudel n’a pas de valeur. Il est tout à fait d’avis au contraire qu’il a une valeur plus grande que celle des Thomas et consorts, mais il est paralysé par une série de choses. Il voudrait être le chef des socialistes et il est obligé de faire des tas de concessions. De plus, L’Humanité ne marche pas bien, tiraillée par les différentes fractions et mal administrée, la situation du directeur est donc difficile.

Et

[1] Il s’agit d’Armand Albert-Petit (1860-1939). Historien. Il collabore à de nombreuses revues dont le Journal des Débats et la Revue des Deux Mondes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.