19 juillet 1918-20 juillet 1918

19 juillet 1918-20 juillet 1918

 

Visite de mon vieil ami Bruley des Varannes, vicaire général de Tours, qui vient d’être nommé protonotaire apostolique [1]. Ancien aumônier militaire, officier de la Légion d’honneur, il est à Berne où il est au courant de bien des choses.

Comme prêtre, il peut causer avec tous les missi dominici. Il regrette le départ de Marchetti [2] qui parlait volontiers tout en ne disant les choses que comme il voulait les dire, mais dont la conversation en faisant le départ du vrai et du convenu, était tout de même pleine de renseignements. Le successeur est tout à fait cousu. Il tient du reste Bruley des Varannes pour un agent français et ne veut pas causer avec lui.

Le protonotaire me dit une chose que m’avait déjà glissée André Chaumeix d’après une conversation qu’il venait d’avoir. J’y croyais médiocrement. C’est que la lettre de l’empereur Charles, que je savais soufflée par Czernin, aurait été connue de l’empereur allemand, mais ce dernier l’aurait soigneusement dissimulée à l’État-Major. C’est ce qui explique l’attitude de l’empereur semblant découvrir le pot aux roses pour la première fois lorsque le gouvernement français fit publier la lettre.

C’est très possible, mais à l’époque où elle fut écrite, Czernin était dans un tout autre état d’esprit puisqu’il avait proposé de donner aux Slaves de l’Empire le même statut qu’aux Allemands. Je doute qu’il ait fait part de cette proposition à Guillaume II. Depuis, il a changé beaucoup et, menacé dans sa propre situation, il est devenu franchement germanophile.

Quoi qu’il en soit, Bruley des Varannes prétend tenir cela de l’homme de confiance de Charles Ier. Il a été l’hôte pendant quelques jours de la duchesse de Parme et, à la table de famille, il a entendu tenir les propos les plus vifs contre les Allemands. Il regrette l’algarade de Clemenceau qui a été de nature à affaiblir fortement les sympathies du couple impérial pour la France, sympathies qui pour lui ne faisaient aucun doute.

Le ménage Charles-Zita est un ménage parfait et le rusé Boche a voulu détruire l’harmonie du couple en envoyant à la Cour impériale la comtesse Sixte d’Arnim qui avait pour mission d’attenter à la vertu du jeune empereur. Prévenu à temps, on a pu déjouer le complot. On ne trouva pas auprès du Vatican l’appui qu’on avait espéré pour soutenir la morale. On accusa les Français de vouloir déshonorer l’empereur, l’impératrice, etc., alors qu’il ne s’agissait que de préserver la fidélité conjugale. Cette histoire, du reste, est déjà ancienne et un peu connue. Je ne la note qu’à cause du rôle joué par mon vieux camarade le notaire apostolique. À noter aussi cette petite anecdote à la table de famille chez la duchesse de Parme en présence de l’empereur et de l’impératrice : Un des enfants mange ou boit quelque chose et s’écrie : « À l’extermination du dernier Boche. » L’empereur éclate de rire et cette exclamation sembla lui causer le plus grand plaisir.

J’ai interrogé aussi Bruley des Varannes sur l’état d’esprit allemand et ce qu’il en savait. En 1916, l’empereur avait été disposé à accorder bien des choses et à faire la paix dans des conditions tout à fait différentes. Il croyait l’Allemagne au bout et aurait beaucoup désiré en finir, même avec des sacrifices. La nation l’aurait suivi. Mais à partir de cette date-là, on a persuadé au peuple que les Alliés voulaient exterminer l’Allemagne. Cette idée est aujourd’hui ancrée dans l’esprit populaire et chacun se dit que, puisqu’il n’y a rien à faire, il vaut mieux aller jusqu’au bout et poursuivre sa chance. Tant qu’on n’aura pas fait comprendre au peuple que telle n’est pas la pensée des Alliés, il n’y aura rien à faire. Discipliné, il souffrira, mettra un cran de plus à sa ceinture et résistera. Avis à nos bons jusqu’aux-boutistes.

Dutasta ? Aimable homme, intelligent, aucune habitude du monde. Invite beaucoup à dîner de fort charmantes femmes du monde diplomatique auxquelles il fait une cour de collégien de dix-huit ans, tout juste s’il ne les pince pas.

Il n’a tout de même pas amené sa bonne amie à Berne, elle est à Évian où il va lui faire visite de temps à autre. Il faut lui savoir gré de cette mesure de tact. En dehors de cela, il est bien vu, a porté du charbon à la Suisse, et on lui en sait gré, mais son manque d’éducation première est prodigieux.

Les événements actuels vont tourner à la gloire de Clemenceau et de Foch. C’est cependant à eux que nous devons le plus grand danger que nous ayons couru depuis septembre 1914. Heureusement que nous avons eu Pétain et Gouraud pour nous tirer de ce mauvais pas. Mais du 27 mai au 9 juin, Foch a été complètement perdu et débordé et c’est Pétain qui a sauvé la situation.

À ce propos, il y eut ces jours-ci une entrevue dramatique entre Clemenceau et de Selves. Ce dernier était venu causer avec le président du Conseil de la situation. Clemenceau dit à de Selves : « Cher ami, ce n’est plus seulement la résistance, c’est la victoire que je vous promets d’ici à huit jours. » De Selves le quitta les larmes aux yeux.

Je ne parle pas dans ces notes de la Haute Cour. Inutile de dire que les débats donnent lieu le matin aux discussions les plus passionnées et que nos amis me semblent engagés dans une crise politique dont ils vont être les mauvais marchands. Comme à la fin du siècle dernier, on ne peut pas risquer un mot de bon sens sans s’attirer des injures. On se rendra compte plus tard que Clemenceau a engagé le pays dans une voie dont il se tirera difficilement. Il ne se rend pas compte qu’on ne laisse pas impunément tout un pays dans la voie de la suspicion et que le régime des suspects nous mènera au désastre. Aujourd’hui c’est Daudet qui est l’accusateur public, demain ce sera l’homme de la CGT, car il faut avoir toute la naïveté des conservateurs pour croire qu’un changement de régime pourrait se faire en faveur des Camelots du Roy.

Le procès du commandement ne tardera pas à arriver. On cherchera les responsabilités, et combien lourdes ! La lettre de Nivelle est un commencement et, petit à petit, tout y passera.

Et

 

Je viens de recevoir la visite de M.L. qui a occupé de hautes situations administratives et qui est aujourd’hui à la retraite. Il m’annonce la mort de cet excellent Deffès qui, sous une apparence de bonhomie méridionale, avait cependant sa volonté et beaucoup de fermeté.

De mon entretien avec M.L. qui a de l’expérience, je retire ceci, c’est que nous verrons un jour ou l’autre quelqu’histoire non pas éclabousser mais recouvrir Loucheur. Sera-ce Loucheur qui sera atteint le premier ou Clémentel, il ne sait, mais ce qui est certain, c’est que les deux sont lancés dans de telles affaires que cela ne pourra pas bien finir.

[1] Georges Bruley des Varannes (1864-1943) est nommé protonotaire apostolique le 16 juin 1918.

[2] Francesco Marchetti-Selvaggiani (1871-1951) est protonotaire apostolique depuis 1915.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.