18 juillet 1918

18 juillet 1918

 

Plusieurs de nos informateurs téléphonent ce matin les bruits de l’offensive Mangin [1]. Cela paraît très beau. Il faut attendre les confirmations. À la Chambre, hier, on parlait d’une contre-attaque destinée à défendre Épernay, mais jusqu’ici elle n’a pas eu lieu. Tous ceux à qui je parle de la menace sur la Marne me disent qu’elle sera arrêtée au moment voulu et qu’on est parfaitement décidé à empêcher la prise d’Épernay. Il serait peut-être bon de ne pas trop tarder. Le communiqué dit peu de chose sur l’offensive Mangin et n’enregistre pas, dit-on, le succès tel qu’il est, d’abord parce que les rapports étaient faits avant l’attaque et qu’on attache une grosse importance, étant donné le but, à ne pas trop laisser s’ébruiter le succès.

Longue conversation ce matin avec un homme du 2e Bureau. Je lui parle du général Berthelot. Il a été très étonné qu’on ait donné un commandement aussi important à ce gros homme dont les conceptions « s’élèvent à peu près à celles de Joffre » comme celles de Joffre à celles de son cuisinier. Berthelot pèse cent un kilos, est surtout préoccupé de savoir si les ressorts de son automoblie ont bien été renforcés et si son déjeuner sera bon. Quant au reste, cela lui est à peu près égal. Mon homme pense que Pétain prendra en main les affaires si elles marchent mal et qu’on liquidera le brave Berthelot. Décidément, le nom n’est pas heureux.

Petit à petit on commence à connaître les responsabilités de l’affaire du 27 mai. Pétain voulait conserver cent cinquante mille hommes de réserve, mais Foch était hostile et voulait avoir toutes les réserves dans le Nord sous sa main. Les deux généraux furent départagés par Clemenceau qui donna raison à Foch et ne laissa à Pétain que sept divisions dont trois connues comme inutilisables. C’était ne rien lui donner. Clemenceau et Foch ont agi surtout sous l’influence de Loucheur. J’ai déjà noté quelque part ce rôle du ministre de l’Armement. Les mauvaises langues prétendent que si ce ministre voulait défendre les charbonnages, c’était pour sauvegarder ses dividendes dans toutes les affaires dans lesquelles il est intéressé. Le motif n’est pas si bas que cela. La prise de nos mines aurait eu certainement d’effroyables conséquences pour la défense nationale. Il n’était nul besoin cependant de tout mettre dans le bassin minier.

Le général Marg. (?) aurait raconté que l’initiative de l’attaque au Chemin des Dames ne revenait pas à Ludendorff mais bien à Mackensen. ce dernier aurait visité le front anglo-français et aurait suggestionné le Kronprinz qui lui aurait donné raison contre Ludendorff.

André Chaumeix nous raconte des choses assez intéressantes sur les opinions de Ballin et les propos que ce dernier aurait tenus à des membres du Reichstag. Il leur aurait déclaré que, même si l’Allemagne arrivait à imposer un Brest-Litovsk à la France, elle ne serait pas victorieuse pour cela. L’Amérique et l’Angleterre ne céderaient jamais et la lutte continuerait dans laquelle l’Allemagne finirait par succomber. Du reste, depuis assez longtemps, Ballin fait entendre cette note en Allemagne.

On me téléphone que l’affaire Mangin est tout ce qu’il y a de plus brillante. Il faut associer au nom de Mangin celui de Degoutte qui ne fut pas moins admirable. Évidemment, l’ennemi a été surpris dans un endroit où il n’avait que des troupes de second ordre. On me dit même que toutes les fautes ne sont pas toujours à notre actif. Une division allemande a été trouvée sans artillerie. On annonce un grand nombre de prisonniers, beaucoup d’Allemands n’ayant même pas songé à résister.

On me téléphone aussi de la Chambre que, sur la Marne, ce serait stabilisé.

Marquons cette journée du caillou blanc.

Et

[1] Effectivement, les Alliés lèvent une contre-offensive générale. C’est la 2e victoire sur la Marne. Mangin attaque la ville de Villers-Cotterêts et fait reculer les Allemands.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.