13 juillet 1918

13 juillet 1918

 

Hintze [1], le nouveau ministre des Affaires étrangères d’Allemagne n’est pas du tout le Hun farouche et barbare que nos journaux ont représenté. C’est au contraire un homme très gracieux, aimable et poli. Qu’il ait eu, au Mexique ou ailleurs, des méthodes de propagande malhonnêtes, cela se peut très bien – il ne serait pas bon Allemand sans cela – mais cela a dû se passer avec les formes les meilleures. Il est fort galant, offrant des fleurs aux dames. Il a été longtemps l’aide de camp allemand du czar, de même que Guillaume avait un aide de camp russe. Ce sont ces messieurs tout à fait indépendants des agents de leurs pays qui assuraient les liaisons personnelles entre les souverains, portaient leurs lettres et faisaient les commissions de ces dames de la cour. Pour jouer ce rôle, il fallait un homme de grande souplesse et de bon ton, c’était le cas de Hintze.

Le dîner Galliffet a eu lieu hier au Cercle de l’Union. Sans grand intérêt bien que nous fussions dix : Bompard, La Boulinière, Geoffray, Kergorlay, Stanislas de Castellane, Sommier, d’Andigné, Soulange [2].

Castellane est outré de l’article de Ferry sur l’offensive du 16 avril. Il demande que lui ou Nivelle soit fusillé. Il est très étonné quand je lui montre que l’article de Ferry n’est qu’une réponse à tout ce que l’on fait circuler en sous-main et à des attaques précises parues dans la presse. Castellane fait partie du cabinet de Clemenceau.

Je plaide auprès de d’Andigné la cause de la rue Franqueville [3]. C’est lui qui est le promoteur de la débaptisation. Je trouve un homme déchaîné contre le vieux membre de l’Institut [4] qui, après avoir promis qu’il ne vendrait pas ses terrains avant d’en avoir parlé à la Ville, les a tout à coup cédés à Bloch-Levalois [5] pour huit millions et on a demandé ensuite à la municipalité vingt millions pour céder le marché. Fortuné d’Andigné déclare du reste que ce nom n’est pas intéressant, qu’il vient de Francfort, etc., etc. Pauvre Blanche [6] ! elle qui en est si fière, elle aurait déchanté si elle avait entendu le débordement de fureur de notre ami le conseiller municipal.

Une chose inattendue. On sait que les Anglais s’étaient montrés très attristés de l’enthousiasme français pour l’Amérique et de la sorte de discrédit ou du moins d’oubli dans lequel était tombée l’Angleterre. Ce n’est pas le Royaume-Uni qui a protesté mais l’Italie. Son Excellence Bonin-Longare s’est plaint au gouvernement du manque d’égards pour l’admirable alliée de la France et du peu de pavoisement italien sur les édifices français. C’est bien l’Italie !

Et

[1] Paul von Hintze (1864-1941). Allemand. Diplomate. En juillet 1918, il devient ministre des Affaires étrangères.

[2] André Soulange-Bodin (1855-19). Diplomate. Ministre plénipotentiaire. Retraité depuis 1911. Membre de l’Union.

[3] La cause de la rue Franqueville à plaider. Une rue du XVIe arrondissement de Paris est ouverte dans le parc du château de la Muette sur des terrains appartenant aux Franqueville. Elle porte le nom du père de Charles de Franqueville, polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées et conseiller d’État.

[4] Il s’agit de Charles Franquet de Franqueville.

[5] Albert Bloch-Levalois (1849-19). Né Bloch. Constructeur de la ville de Levallois-Péret. En 1907, il obtient le droit de transformer son patronyme en Bloch-Levalois.

[6] Comtesse Fortuné d’Andigné, née Blanche de Croix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.