12 juillet 1918

12 juillet 1918

 

Chez Bliss, intéressant déjeuner. Malheureusement on se met à table ridiculement tard. Le général Malleterre arrive avec sa femme [1] qui n’était pas invitée et il faut tout changer. De plus, le délicieux Franklin-Bouillon avait sûrement oublié et n’arrive qu’à 1h 1/2. Les convives sont Tardieu, Guillaumat, Viviani, Walter Berry. Malleterre, avec qui je cause un bon moment, me dit que l’offensive allemande a été évidemment « grippée », sans mauvais jeu de mot. Je lui donne l’avis de Bucher, le sien s’en rapproche sensiblement. Il voit une forte attaque sur la Meuse, une attaque sur Arras, Béthune et une au centre. Dans les deux ailes, ce serait des attaques d’essai avec vingt divisions et une vingtaine à l’arrière. Si cela réussit, on pousse, on pousse, mais la forte attaque avec cinquante divisions serait au centre.

À table, près de moi, une conversation s’engage entre Mme Bliss, Guillaumat et Franklin-Bouillon. Celui-ci dit qu’il faut soutenir les bolcheviks et semble décidé à marcher avec Kerenski. Mme Bliss est très opposée et Guillaumat lui donne raison.

Après le déjeuner, je suis pris à part par la maîtresse de maison très inquiète du départ de Kerenski pour l’Amérique. Elle trouve que la tendance d’expédier les gêneurs dans son pays est bien fâcheuse, et elle traite sans beaucoup de respect les idées de Franklin-Bouillon à cet égard. Elle me dit que le président n’a plus les mêmes idées qu’autrefois et que personne ne sait ce que fera Kerenski. Il n’inspire aucune confiance. Elle serait très désireuse qu’on empêchât l’ex-dictateur de se rendre aux États-Unis où son rôle peut être parfaitement louche. Je ne puis lui donner tort.

Guillaumat, de son côté, critique assez vivement les idées de Franklin-Bouillon. Pour lui, il n’y a rien à faire qu’à encourager certains mouvements et ne donner aux bolcheviks ni un homme ni un franc. Il me dit avoir vu ce qu’étaient les Russes. Il les a vus à Salonique où une division, la 17e, a flanché, et flanché parce qu’elle était travaillée depuis deux mois par les Allemands mêlés aux officiers. Le général retira cette division du front et lui donna des travaux. Elle refusa de travailler. Il prit alors une mesure énergique : tous ceux qui ne travailleront pas seront privés de nourriture. Quarante-huit heures après, ils étaient soumis et travaillaient de bon cœur. Le général ajoute : Mettre de l’ordre en Russie comme le veut Franklin-Bouillon, c’est faire le jeu allemand.

Avec Viviani, nous parlons de la Haute Cour. Il est persuadé que cette affaire déviera et que l’on arrivera à discuter la question Painlevé-Nivelle. En tout cas, il est convaincu que s’il n’y a pas d’ajournement, nous en aurons au moins pour un mois. Lui, Viviani, est cité comme témoin mais, d’autre part, on voudrait le faire partir pour Buenos Aires et Rio de Janeiro. Si j’ai bien compris, il y a un refroidissement sensible en Argentine et au Brésil pour la cause des Alliés. Le Brésil vient d’ériger en ambassade presque toutes ses légations sauf celle de France. C’est un symptôme. Viviani serait envoyé là-bas pour tâcher de réchauffer un peu l’enthousiasme.

On raconte que les aviateurs américains auraient démoli une Bertha dans les conditions suivantes. Ils avaient remarqué un emplacement sur lequel se trouvait une croix rouge d’hôpital, mais ils n’avaient jamais constaté d’entrée ou de sortie de blessés, pas plus que le mouvement qu’il y a généralement autour d’un hôpital. Ils ont voulu se rendre compte et aurait laissé tomber une bombe qui aurait fait sauter le camouflage, mettant à découvert une plate-forme et son canon. Ils auraient alors, avec conscience, arrosé le tout jusqu’à destruction. Il n’y a peut-être dans ce récit pas un mot de vrai.

À propos d’aviation, Malleterre m’a dit que nous allions avoir une supériorité formidable de l’arme. On ne veut rien faire avant que tout soit complet, mais, une fois prêts, nous pourrons arriver à de véritables écrasements de l’ennemi. Déjà, la faute américaine pour les moteurs Liberty serait en grande partie réparée. C’est égal, si les choses marchent selon la petite anecdote suivante, nous ne sommes pas au bout de nos peines :

Notre service de contre-espionnage, si mauvais qu’il soit, avait tout de même averti que nos projectiles de bombardements par avions n’éclateraient pas sur une proportion de 50 ou 60 %. L’enquête a démontré que c’était vrai et que la cause en était à une tige de fusée refusée par le service d’aviation comme impropre, et qui avait été imposée tout de même par les ingénieurs des constructions. D’où les beaux résultats de ce conflit.

Et

[1] Mme Gabriel Malleterre (1867-1945). Née Charlotte Niox.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.