11 juillet 1918

11 juillet 1918

 

Barthou est toujours assez intéressant à écouter. Il dit facilement et abondamment les choses qu’il sait ou croit savoir, d’autre part on connaît assez bien par lui une certaine température parlementaire. Hier au soir, au Comité des journalistes parisiens, il a largement répondu aux questions qui lui ont été posées. Il a donné beaucoup de détails sur Branting et Kerenski et il a raconté l’histoire de ce dernier, d’après lui-même évidemment, car les faits ne sont pas conformes au récit de Branting. Il dit cependant que Kerenski a fait une médiocre impression ici tandis que Branting a éveillé beaucoup de sympathies. Autant le Suédois inspire confiance, autant le Russe apparaît fuyant, sournois, insaisissable.

L’offensive.[1] Le commandement l’attend depuis mardi. On estime qu’elle se produira avec le maximum de moyens avec un développement général si puissant qu’elle rendra illusoire l’existence des secteurs dits calmes. Des renseignements venus de l’autre côté de la barricade il résulterait qu’on y considère, sérieusement cette fois, que c’est le dernier coup et qu’il faut qu’en octobre tout soit fini.

Ce soir-même est parti de Paris-Batignolles un grand train sanitaire. Un autre serait en formation derrière le premier.

La Haute Cour. Branting croit à l’ajournement, se fondant sur un conciliabule de ministres et d’anciens ministres qui aurait eu pour conclusion son opportunité. Par ailleurs, on dit que Marillon (?) n’y serait pas opposé mais que si la proposition d’ajournement n’est pas faite et adoptée avant la lecture de ses réquisitions et du rapport Pérès, il insistera – il exigera même – pour la continuation.

La défense, elle, est opposée à l’ajournement.

(Il est assez comique de voir quel fin esprit politique dirige nos conservateurs. Nous avons reçu les pires injures, nous avons été traités de malvyistes et de caillautistes parce que nous avions émis l’avis de l’ajournement et nous allions directement à l’encontre des désirs du parti Malvy, tandis que Marin, etc., sans s’en douter, faisaient leur jeu.)

Si Branting dit que cette offensive serait la dernière dans la pensée des Allemands, Bucher a dit à Demaison qu’ils en feraient deux avec trente divisions chaque et une dernière avec soixante divisions. ?

Il paraît que Wilson a envoyé sa réponse aux Affaires étrangères concernant l’intervention du Japon. Pichon reste très fermé et refuse d’en parler encore, mais il laisse volontiers entendre qu’il est très content de ce que dit Wilson et que la tournure de l’affaire deviendrait excellente. Attendons que ces grands secrets soient livrés au public. Je me méfie toujours des grands sentiments du cabinet actuel, ils nous préparent généralement des déceptions.

Toujours le même désordre, et partout. J’apprends par le comité polonais que nos consuls, là-bas, n’avaient pas été prévenus de la formation de l’armée polonaise. Les pauvres diables qui, eux, en avaient entendu parler et désiraient y entrer, recevaient de nos fonctionnaires les réponses les plus décevantes. On leur disait : « Vous voulez aller à l’armée polonaise, mais nous ne savons pas comment. Voulez-vous aller en Amérique ? Non. Eh bien, restez à Pétrograd ou à Moscou jusqu’à ce que nous ayions des instructions. » Ces malheureux qui n’avaient pas d’argent devaient rester exposés à mourir de faim ou à être assassinés à chaque coin de rue.

Décidément, Lyautey est très menacé. Il a écrit lui-même à mon collaborateur Maurice Muret qu’il était menacé d’embarras au Maroc. Il n’en disait pas la nature. Muret avait interprété cela comme des menaces de rébellion, je crois bien plutôt qu’il s’agit de sa situation personnelle. Je viens du reste de causer avec un jeune officier qui arrive du Maroc et va y retourner et auquel j’ai fait part de mes craintes. Il m’a eu l’air de considérer comme fâcheuse une mesure qui écarterait Lyautey de la colonie, mais il ne s’étonne pas outre mesure d’un conflit entre le général et le gouvernement. Lyautey a toujours voulu garder ses troupes presqu’au complet. Il a organisé les colons en bataillons de la Chaouïa [2]. Dans le fond, c’est un embusquage, car ces colons sont à trente kilomètres de leurs affaires et peuvent continuer à s’en occuper. Ceux qui sont riches et ont des autos y reviennent continuellement. C’était une excellente mesure si la guerre avait duré six mois, la colonie ne se trouvant pas désarticulée, mais dans une guerre de quatre ans, cela fait crier. Lyautey a dû promettre à tous ses colons, et il voudrait tenir sa parole, en maintenant les bataillons de la Chaouïa. Aussi joue-t-on peut-être un peu des menaces de rébellion ou de brigandage. De plus, les militaires sont toujours très disposés à faire colonne, on y gagne croix et citations. Aussi, on doit trouver Lyautey rebelle à tout embarquement de troupes marocaines, et cela doit fortement irriter la métropole. Cependant, le danger n’est pas toujours imaginaire car je viens d’apprendre qu’un brave garçon officier, sérieusement blessé sur le front et qui, après s’être guéri à l’hôpital de ma sœur, s’être marié, était parti pour le Maroc, vient d’être attaqué dans une embuscade et mis fort mal en point, le bras arraché, etc. Ce n’est donc pas toujours idyllique.

Et

[1] Le front allemand cède sur 45 km. Les Alliés reprennent vingt villages.

[2] Population berbère de l’Est algérien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.