10 juillet 1918

10 juillet 1918

 

Le conflit belge au conseil des Alliés a été réel, et c’était bien ce que nous avions présumé. On demandait au général Gillain de mettre quelques troupes disponibles à la disposition du commandement, et le général Gillain répondit qu’il était inconstitutionnel que des Belges fussent placés sous les ordres d’un général étranger, inconstitutionnel aussi de faire sortir les Belges du Congo et de les envoyer se battre en terre étrangère [1]. Toutes ces inconstitutionnalités firent prendre la mouche à Clemenceau, d’où son ordre au conseil municipal de surseoir à l’attribution du nom d’Albert Ier à une voie publique et sa prière de tâcher, en sous-main, d’en faire connaître la raison à M. qui de droit.

Les choses se sont un peu arrangées dans ces derniers jours et, la colère de Clemenceau tombée, celui-ci a senti la gaffe et les journaux annoncent ce matin qu’Albert Ier aura sa plaque. Malgré tout, le malaise persiste entre les Belges et les Alliés. Il remonte même plus loin que le changement du ministère Brocqueville et l’arrivée de Cooreman (?). On prétend que les Belges causent avec Vienne. Il est à peu près certain que la reine [2] correspond avec sa mère [3], et de là à l’accuser de prêter l’oreille aux interventions, il n’y a qu’un pas.

La démission de Kühlmann a fait jaser toute la presse, mais je crois que la politique n’est qu’une raison accessoire dans la détermination du ministre. Les pangermanistes qui lui en veulent et désirent lui faire payer les vérités cependant bien déguisées qu’il a dites à l’état-major avaient découvert qu’à Bucarest le plénipotentiaire allemand avait fait la noce dans les restaurants de la ville. On l’a imprimé, et Kühlmann n’a pas réagi. Les attaques ont continué, se sont aggravées et le ministre, un peu tard, a engagé le procès. On aurait pu croire que cela se serait passé tranquillement, que les journalistes auraient été condamnés à huis-clos et que tout se serait terminé là. Pas du tout, les accusateurs ont demandé à faire la preuve. Les choses ont changé de face et il semble que c’est en face d’une situation politique compromise et d’un procès scandaleux que Kühlmann aurait pris le parti de se retirer.

J’ai entendu hier et aujourd’hui de lamentables sons de cloche sur la parfaite inertie de notre marine. C’était d’abord un capitaine de vaisseau, puis le chef d’un centre d’hydravions, tous deux d’anciens camarades, par conséquent parlant avec la plus entière franchise. C’est surtout la conversation de l’aviateur qui m’a le plus désolé. Je l’avais vu il y a quelques mois très heureux de l’essor qu’on semblait vouloir donner à la défense sous-marine. Je le retrouve découragé par la régression de nos services. Il se plaint des lenteurs des bureaux qui fonctionnent comme en temps de paix, du mandarinat de la marine qui met tous ses services entre les mains de vieux officiers déjà périmés avant la guerre et qui ne croient pas en l’efficacité de l’hydravion. On retombe petit à petit aux plus mauvais jours. Il me cite un chef de division de patrouilles contre les sous-marins. Il commande à cinquante bateaux, pas une fois il n’est monté à bord d’un de ses bâtiments. C’est en automobile qu’il vient donner ses ordres et, ceci fait, son automobile le remmène. Évidemment, s’il prenait la mer, il risquerait de sauter sur une mine et ses hommes savent bien pourquoi aussi il ne la prend pas. Les hydravions dépendent de trois administrations différentes de sorte que lorsqu’il est besoin d’une pièce, d’un moteur, ce sont des mois qu’il faut attendre. Pendant ce temps-là, les sous-marins font leur besogne. L’embouteillement de Zeebrugge a diminué les visites des sous-marins dans les parages du Havre et de Calais, mais mon ami affirme qu’on a fait un mensonge voulu en annonçant la diminution du tonnage coulé. Ce mois-ci a été supérieur au mois dernier. Mais, toujours le mandarinat, l’amiral Salin (?) devait recevoir sa troisième étoile, il fallait qu’il n’y ait pas de coulages. Il l’a reçue, maintenant la guerre sous-marine peut reprendre de l’intensité. Je recevrai du reste des documents sur la situation. Cels, le sous-secrétaire d’État à qui mon ami exposait ses doléances, a répondu : « Que voulez-vous, nous sommes dans les mains des amiraux. Leygues ne fait absolument rien. Nous ne recevons de lui ni blâme ni récompense. Tout est régi Rue Royale par une sorte de soviet supérieur qui continue exactement les errements du temps de paix. »

L’éditeur Bernard Grasset [4], qui est un petit bonhomme intelligent et allant, neveu du professeur Grasset [5], vient me voir et me demande tout à coup ce que je pense de l’initiative du Matin au point de vue de l’éducation populaire dans la langue anglaise. Je lui réponds avec prudence qu’il y a là une idée mais que jusqu’ici il faut se réserver, cela a besoin d’être perfectionné. Bien m’en a pris car il m’avoue être l’auteur et avoir traité pour six mois avec Le Matin afin de mener son idée à bien. En effet, c’est un peu ridicule mais ce n’est pas idiot et on pourra en tirer de bons résultats. Je lui signale quelques lacunes dont il fera son profit, me dit-il.

On me dit beaucoup que Lyautey est condamné par Clemenceau et sera sous peu rendu à la vie civile. Évidemment le Maroc est une chose qui marche assez bien. On éprouve le besoin de le désorganiser. On ajoute même que Lyautey serait remplacé par Nivelle. Tout est possible.

L’espionnite continue à faire des ravages. J’ai noté il y a quelque temps l’histoire de Sapène [6]. Aujourd’hui, les juges d’instruction continuent à s’occuper des criminels qui ont signalé les points de chute des obus et Gothas. Un pauvre diable, qui avait porté une dépêche à la censure pour visa et qui y signalait quelques points de chute, a été appelé à venir donner des explications à M. le juge d’instruction. C’est un comble ! Soumettre son texte à l’autorité et se voir inquiété, c’est plutôt paradoxal. Nous entendrons bientôt marcher dans les murs.

Et

[1] Cf. lettre du 7 juillet 1918.

[2] Élisabeth de Wittelsbach (1876-1965), duchesse en Bavière, épouse d’Albert Ier, est la 3e reine des Belges. Pendant la guerre, le roi et la reine refusent de quitter le territoire belge envahi par les Allemands et restent quatre ans avec l’armée belge derrière les tranchées de l’Yser. Après l’armistice, le couple connaît une grande popularité.

[3] La mère d’Élisabeth de Belgique est Marie-José du Portugal, duchesse en Bavière.

[4] Bernard Grasset (1881-1955). Éditeur. Docteur en droit et économie. Il fonde en 1907 sa maison d’édition qui obtient le prix Goncourt en 1911 et en 1912. Il publie en 1913 Du côté de chez Swann de Marcel Proust, refusé par plusieurs éditeurs parisiens. Blessé pendant la guerre, il fait sa convalescence en Suisse.

[5] Joseph Grasset (1849-1918). Professeur de médecine, membre associé de l’Académie de médecine.

[6] Cf. lettre du 1er-2 juillet 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.