9 juillet 1918

9 juillet 1918

 

Ai-je noté ce propos de Klotz de dimanche dernier ? Walter Berry, au banquet de l’Independance Day avait annoncé que l’Amérique prendrait à sa charge toute la dette de la France à qui remise en serait faite. Il avait aussi déclaré que toutes nos industries seraient remises sur pied dans le Nord et partout où l’invasion germanique avait semé la ruine. L’assistance était très émue et on ne tarissait pas en éloges, en reconnaissance de la générosité américaine.

– Il aurait mieux valu, m’a dit Klotz, que ce fût l’ambassadeur Sharp qui ait ainsi parlé. « Jusque là, Walter Berry n’aura parlé que comme le président de la Chambre de commerce de Toulouse ou de Marseille dans une affaire ne concernant que le gouvernement. »

Il faut en rabattre de ce bel enthousiasme. Ce ne seront encore que des velléités généreuses, c’est vrai, mais qui n’ont rien d’étonnant chez les Américains prononçant facilement des paroles qui n’engagent à rien et n’ont d’autre but que le succès du moment. On sait que Walter Berry est l’amant depuis vingt-cinq ans de Mme Edith Wharton [1], ce qui ne l’empêche pas d’avoir de temps en temps quelques plus jeunes faiblesses facilement pardonnées par la grande romancière.

Joli dîner hier à l’Union en l’honneur de lord Derby et de Bonin-Longare. Emmanuel d’Harcourt et Barante avaient organisé cette réunion. Ils étaient désireux de faire quelque chose en ce moment pour les Anglais. J’ai eu une conversation dans le plus « broken English » de vingt-cinq minutes avec lord Derby. Devant cet aparté entre un ambassadeur et une émanation de la presse, discrètement, tous les collègues s’étaient écartés. Il n’a été question du reste que d’élevage, de mœurs anglaises et françaises, de la qualité de la cuisine et de l’excellence des vins français. C’est généralement tout ce qu’on tire de l’excellent lord Derby, mais il faut dire qu’à côté de cela, lorsqu’il fait un discours, il dit des choses justes et ma foi fort bien tournées. Dans les entretiens particuliers, il aime mieux causer comme un bon Anglais sportif.

Malgré la très cordiale banalité de notre colloque, j’ai remarqué qu’à propos de tout, il y avait une petite pointe contre l’Amérique et les Américains. L’ambassadeur a beaucoup insisté sur la hausse des prix causée par l’afflux américain, hausse dont nous ne sommes pas près de nous débarrasser. « Nous avons fait monter les prix, mais les Américains c’est bien autre chose. »

On sent très bien que la faveur dont jouit l’Amérique chez nous tracasse tous les Anglais, et ce léger dénigrement en est la meilleure preuve.

Chabrillan, qui suit la presse étrangère surtout allemande aux Affaires étrangères, me dit avoir remarqué que depuis quelque temps il semble y avoir un mot d’ordre pour faire mousser la ville de Reims. C’est un second Paris. C’est la grande cité des souvenirs de la France, etc., etc. On dirait que l’ennemi s’attache à faire croire à son peuple que la prise éventuelle de Reims serait une grande victoire. C’est donc qu’ils ont l’intention de faire quelque chose sur ce point. Chabrillan me dit encore, et il le prend comme un indice du mauvais état sanitaire des troupes allemandes, que la presse allemande prend la plus grande peine pour rassurer les familles sur la grippe [2] qui sévit actuellement et les bien persuader que ces indispositions ne sont rien qu’une affaire de quelques heures ou jours.

Le bruit circule, et est répandu par une personnalité du Quai d’Orsay, que Cambon partirait pour la Suisse avec l’ancien ministre d’Angleterre à Sofia en vue de négocier une paix avec la Bulgarie. On espérerait même détacher la Turquie. Ceci serait dû à l’initiative anglaise qui n’a pas encore perdu la foi en la Bulgarie. La même personnalité ajoute que Venizélos partagerait ou serait tout près de partager cette manière de voir. On rappelle que Venizélos et Ferdinand s’étaient déjà une fois bien entendus en 1911. ? ? ?

D’autre part, on raconte qu’Hindenburg et Ludendorff ne seraient pas d’accord sur l’offensive actuelle. L’un, le premier, aurait voulu opérer un retrait jusque sur la Meuse pour désorganiser nos forces et refaire une ruée sur Paris, l’autre au contraire est pour la continuation de l’offensive actuelle. D’où les tergiversations dues à l’indécision impériale. Voilà !

Et

[1] Edith Wharton (1862-1937). Américaine. Romancière, maîtresse de Walter Berry. Lauréate du prix Pulitzer.

[2] Il s’agit de la grippe espagnole qui fait trente millions de morts.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.