8 juillet 1918

8 juillet 1918

 

Hier, à déjeuner [1], j’étais à côté de Gouin et j’ai été bien étonné de voir combien la mentalité de personnages ayant l’importance de celui-ci était étroite. On parlait de l’intervention japonaise sur laquelle Leygues et Klotz échangeaient quelques propos d’une assez grande banalité, et Gouin me disait son étonnement de voir que le Japon hésitait à intervenir et surtout les difficultés que faisait le président Wilson à cette participation. J’ai essayé d’expliquer à Gouin la difficulté de la chose, difficulté qu’on n’avait pas développée dans la presse, mais qui était à la base de tout. Pour amener le Japon à mobiliser, il lui faut une question nationale qui galvanise la nation. Cette question ne peut être qu’une seule, l’égalité du statut japonais dans les pays où les Nippons émigrent. Par conséquent, 1° Le Japon reçoit un mandat de l’Europe, et 2° il a comme récompense les mêmes droits que les citoyens des pays dans lesquels il s’implante.

Si on apprend à l’Austalien, au Zélandais, à l’Américain que le premier résultat de la guerre sera de conférer au Japonais les mêmes droits qu’à lui dans son propre pays, ce sera un terrible refroidissement et ce sera la modification complète de l’avenir de ces États.

Gouin me répond : Peut-on mettre en balance une misérable question de jaune ou de blanc quand il s’agit d’intérêts pareils à ceux qui se disputent en ce moment.

Voici un homme qui travaille pour l’étranger, qui, par conséquent, devrait avoir quelque idée des questions vitales des nations, qui ramène la question de l’émigration jaune à une misérable petite question de jaune ou de blanc, comme si c’était chez nous une lutte entre radicaux ou radicaux-socialistes. C’est inimaginable.

Je n’ai pas encore pu éclaircir l’affaire de la Conférence des Alliés [2]. Notre homme n’est pas revenu du Havre et, ici, on se borne à des conjectures, bien qu’on sache parfaitement qu’il y ait eu quelque chose. Il se pourrait que ce soit une question coloniale. Lyautey aurait besoin de monde et aurait peut-être demandé quelques contingents du corps belge du Congo. C’est ce mot inconstitutionnel qui nous y fait songer car les Belges, d’après la constitution, ne peuvent se battre qu’en territoire belge. Tout cela s’éclaircira sans doute.

J’entends murmurer beaucoup de choses autour de moi. On s’étonne que depuis trois mois les Allemands n’aient fait aucune incursion sur Londres et, d’autre part, les avions anglais ne sont pas allés depuis longtemps sur les villes allemandes. Ils ont bien bombardé, mais seulement les points immédiats des lignes… On pourrait demander ce qui se passe.

Avant-hier, Kerenski a encore fait une des siennes. Il était convié à un dîner au Volney en l’honneur de Sharp. Ce dernier avait manifesté le désir de causer avec l’ex-dictateur et celui-ci ne demandait de son côté que cela, aussi accepta-t-il l’invitation. Il vint et, dès que le potage fut avalé, après quelques mots échangés avec l’ambassadeur des États-Unis, Kerenski sort. On croit qu’il ne s’est absenté que pour quelques minutes, mais pas du tout, il s’est définitivement éclipsé. Tête des convives !

Croirait-on que les restrictions ont une influence désastreuse sur la légendaire activité du coq. Demaison nous raconte qu’en Suisse les coqs font grève, par suite les poules ne pondent plus. Ici, du reste, il en est un peu de même. Les œufs vont devenir rares !

Et

[1] Cf. lettre du 7 juillet 1918.

[2] Cf. lettre du 10 juillet 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.