7 juillet 1918

7 juillet 1918

 

On me dit ce matin, et cela d’une source excellente, qu’il y a eu un incident très gros à la conférence interalliée. D’abord, le président du Conseil belge ne se trouvait pas à la réunion. On ne fut pas autrement frappé de cette absence qui pouvait être parfaitement naturelle. On commence à discuter comme d’habitude. Pouvez-vous fournir à tel endroit, tant d’hommes ? etc., et autres choses du même genre. Lorsque, à une question posée, le chef d’état-major belge Gillain [1] aurait répondu : Cela, je ne le puis pas, ce serait inconstitutionnel !

            Confidentielle.

Là-dessus, une discussion assez vive aurait eu lieu, et il faut bien que les choses aient été assez loin car le conseil municipal devait discuter dans la soirée la question de transformer la place de l’Alma en place des Alliés et je ne sais quelle rue en rue Albert-Ier. Il a reçu de la présidence du Conseil l’avis de surseoir à ces mesures, et le Tigre aurait dit de tâcher de répandre la chose en sous-main. C’est assez bizarre.

Un ami à nous est parti immédiatement pour le Havre et quand il reviendra nous saurons au juste ce qui en est. Tout cela me paraît assez inquiétant et il y a toujours à craindre quelque incartade du Tigre et quelque mouvement irréfléchi dont il n’aurait pas mesuré les conséquences.

À déjeuner ce matin, j’ai vu chez Grosclaude[2] lord Furness, Leygues, Klotz, Courville [3], Gouin et le ménage Stanislas de Castellane. Je demande à ce dernier, qui est au cabinet de Clemenceau, s’il sait quelque chose d’un incident survenu à la conférence. Il me confirme qu’il y en a eu un, mais il ne savait pas que cela avait eu l’importance que l’on m’a signalée, surtout la répercussion sur le conseil municipal. Il va s’informer et me renseignera.

Toujours nos administrations. La Caisse d’épargne a reçu l’ordre d’évacuer sur Lourdes, le transport devait être fait cette semaine. C’est à l’administration militaire qu’incombe la charge d’effectuer l’exode. Tout est prêt, madame l’administration n’a plus qu’à s’exécuter. – Jamais de la vie, répond-elle, je n’ai pas d’argent pour cela. Fournissez-moi les quatre millions nécessaires et je marche.

Le départ ne peut avoir lieu, la Caisse d’épargne et tous ses dossiers est encore là et le voyage est remis sine die jusqu’à ce que les différents services se soient mis d’accord. Toute l’épargne nationale aura le temps de brûler.

Et

[1] Edmond Gillain (1856-1932). Général. En septembre 1917, il est nommé adjoint du général commandant la 16e région militaire de Montpellier et, le 15 janvier 1918, il est rendu à la vie civile.

[2] 57, avenue Kléber, Paris, XVIe.

[3] Maurice Bernard de Courville (1860-1944). Polytechnicien. Ingénieur du génie maritime. Professeur d’architecture navale à l’École supérieure de guerre. Co-directeur des Établissements Schneider. Pendant la guerre, il travaille très efficacement à la mise en chantier et à la fabrication du matériel d’artillerie lourde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.