6 juillet 1918

6 juillet 1918

 

Il n’est question ce soir que de l’imminence de l’offensive [1]. On s’y attend pour cette nuit. On le dit presque ouvertement à l’Intérieur mais à la Guerre on ne souffle mot. Serait-ce commencé ? En tout cas, les rapports d’armée ne disaient rien dans l’après-midi. Tout cela est assez énervant.

Demaison est rentré de Berne ce matin. Il est plein de récits, d’anecdotes de toute nature. Il nous dit ses angoisses lorsque, parti très confiant pour Neuchâtel à la fin de mai et avoir passé là quelques jours assez tranquilles, il arrive à Berne inondée de dépêches, Wolff claironnant les succès allemands, la marche victorieuse sur Paris, la prise imminente de la capitale. On va à l’ambassade de France aux renseignements, mais l’ambassade n’a aucun renseignement, elle est restée près de trois jours sans communiqués. Demaison est désespéré, quelques bons Suisses romans lui disent : Ne vous tourmentez pas, ce ne sont que des Wolff et ce sont toujours de tels mensonges que personne ici ne les lit plus.

Mais que dire d’une administration qui laisse ses agents sans nouvelles en présence du débordement des renseignements de l’adversaire ?

Demaison nous dit que sur l’état de l’Allemagne il a recueilli de bouches autorisées les renseignements parfois les plus contradictoires. Cependant, il a causé beaucoup avec un médecin suisse qui, pendant deux mois et demi, a inspecté tous les camps de prisonniers. Il raconte qu’à peu près partout il a trouvé à manger, ce n’était peut-être pas excellent mais enfin on pouvait manger. Cependant il donne comme un fait que, touchant et consommant la double ration à laquelle il avait droit, il a néanmoins perdu cinq kilos et demi dans sa tournée. Il attribue cela au défaut des matières nutritives et assimilables dans les aliments. Il a raconté que les prisonniers russes étaient tellement délabrés que l’on n’osait pas les rendre à leur pays en cet état ; aussi a-t-on créé des camps spéciaux où on les envoyait se refaire pendant quinze jours ou trois semaines avant de quitter définitivement le sol allemand. Est-ce assez teuton ! Demaison a causé aussi avec des officiers internés, notamment un mutilé qui venait d’arriver et qui lui a dit que le mécontentement avait fait de grands progrès. Les blessés de l’Aisne, évacués, rentrent fort découragés et les autorités le savent car, dans chaque gare, des soldats en armes sont préposés pour empêcher tout contact entre les civils et les blessés. C’est donc que l’on redoute les récits. Ceci confirme assez bien ce que me disait ces jours-ci mon jeune interprète. Cela n’empêchera pas les Allemands de se battre énergiquement. Hélas.

Cet officier prétend que, dans les camps, les Anglais ne sont pas spécialement malheureux comme ils le laissent entendre. Souvent ils s’arrangent, au contraire, pour avoir les meilleurs places. Les Russes ont été horriblement maltraités, mais cet officier ne les aime pas beaucoup. Un grand nombre d’officiers russes sont de simples brutes, sauvages et ne sachant même pas écrire. De plus, mauvais camarades. Quand on avait préparé un plan d’évasion ou quelque tour, presque toujours on était dénoncé par les Russes. Des prisonniers qui avaient également mauvaise presse dans les camps, c’étaient les Roumains. Cela nous semble assez curieux étant donné ceux que nous connaissons. Il est vrai que nous n’avons jamais été en contact avec le peuple roumain.

Adrien Dutey-Harispe [2] me demande un rendez-vous pour un capitaine Corréard [3], inspecteur des Finances de son état, et actuellement au bureau des charbons. Ce Corréard donne en même temps son pseudonyme de « Probus ». Je le reçois. Il m’explique qu’il a commencé une campagne dans L’Opinion et veut faire une sorte de société qui se consacrerait à la rénovation de la France après la guerre. Il compte réunir un millier de personnes versant chacune mille francs, et avec cela il commencerait partout une propagande intense. Tout serait amendé, réformé. Il prétend être sollicité par deux journaux radicaux-socialistes pour y commencer sa campagne, mais il craint de se voir ainsi coller une étiquette qui lui nuirait dans les autres partis, alors que c’est l’union des partis qu’il voudrait faire sur un certain nombre de points. Il lui serait donc nécessaire d’avoir avec lui un grand journal libéral et tout à fait indépendant et c’est pour cela qu’il s’adresse à moi.

Pour réaliser l’union, il demanderait d’abord d’abandonner toute lutte religieuse. Plus de cléricaux, plus d’anticléricaux ! S’il se figure que son point de départ sera facile à obtenir. Xavier de La Rochefoucauld a la même idée depuis longtemps, il demande le rétablissement des rapports avec le Vatican pour que les questions religieuses soient abandonnées à l’État et que les citoyens, délivrés de ces querelles, puissent se consacrer en parfaite communion au règlement des grandes questions nationales. Ô chimères !

Barante, avec qui j’ai déjeuné, me dit que son gendre, simple capitaine d’état-major, fait un cours de tactique aux colonels américains. Jamais il n’a vu des élèves plus travailleurs, plus désireux de s’instruire. Ils ont l’esprit curieux et sont intelligents. Desjoyeaux est venu me rapporter une conversation qu’il a eue avec son chef, le commandant de Cacqueray [4]. Ce dernier désirerait voir entrer chez nous, pour remplacer l’amiral Degouy, un capitaine de frégate hors cadre, très distingué et de culture générale assez grande, qu’il trouve de premier ordre dans toutes les questions maritimes, M. Sauvaire-Jourdan [5]. C’est à voir.

11h1/2. On me téléphone l’assassinat du comte Mirbach [6], ambassadeur d’Allemagne en Russie. Cela peut être assez grave de conséquences.

[1] Il s’agit de la contre-attaque allemande sur le front de la Somme.

[2] Adrien Dutey-Harispe (1869-1940). Avocat. Directeur de journaux. Administrateur de la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Pendant la guerre, il est détaché à la censure.

[3] Jules Corréard (1874-1957). Inspecteur des Finances. Journaliste sous le pseudonyme de Probus.

[4] Henri Timoléon de Cacqueray (1867-1938). Officier de marine.

[5] André Sauvaire-Jourdan (1859-19). Officier de marine. Capitaine de frégate. Auteur d’un ouvrage, La marine de guerre, Vuibert, 1910.

[6] Wilhelm Mirbach (1871-1918). Comte. Ambassadeur d’Allemagne en Russie. Il est assassiné à Moscou le 6 juillet 1918 par Blumkin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.