5 juillet 1918

5 juillet 1918

 

La grande fête d’hier s’est terminée comme toutes les fêtes populaires. Une grande surexcitation et beaucoup de pugilats. Bataille au théâtre Caumartin, terrible mêlée au Gaumont-Palace. Les Américains avaient fait de copieuses libations et se sont pris de querelle avec des civils. On s’est cogné fort. Les agents sont arrivés et tous les belligérants ont été conduits à la salle de police. Il en fut de même à peu près dans toutes les salles de spectacles.

J’ai eu ce soir des détails sur le nouveau sultan, s’il se confirme que le trône est bien dévolu à celui que les journaux ont désigné ce matin. Huitième fils d’Abdül Medjib [1], il était le frère préféré d’Abdül Hamid. La personne qui m’en a parlé est peut-être la seule qui connaisse véritablement le personnage. Elle le considère comme intelligent, souple, ayant une volonté, contrairement au malheureux Mehmed [2] que ses trente ans de captivité avaient rendu gâteux. Comme Abdül Hamid, il n’avait reçu qu’une instruction assez rudimentaire, mais néanmoins il avait acquis beaucoup. Il avait pu sortir de Turquie, ayant été envoyé en Allemagne et en Autriche en je ne sais quelle occasion.

On estime qu’il ne pourra rien en ce moment. Son prédécesseur était le mannequin des Jeunes-Turcs [3], il ne sera lui-même pas autre chose au début. Fin et habile, il saura temporiser, cherchera petit à petit à se créer des amitiés, une popularité dans l’armée et, au jour où la chose lui paraîtra possible, il prendra tout le pouvoir en main. Abdül Hamid n’avait pas agi autrement et Valud  [4] rappelle beaucoup son frère. De plus, il est relativement jeune, cinquante-six ou sept ans, il peut donc fournir une certaine carrière si on ne la lui coupe pas prématurément. À ce propos, mon interlocuteur ne croit pas à l’assassinat de l’ancien prince héritier Youssouff Eddine [5], il est persuadé du suicide. Tout à l’heure je noterai une petite anecdote à ce propos.

Donc, le nouveau sultan pourrait donner quelque espoir, non pas pour demain mais peut-être pour après-demain. Et il faut bien se garder de répandre cette opinion de crainte de le compromettre irrémédiablement.

De tendances plutôt anglaises, si quelque jour les Allemands subissent un échec, il n’hésitera sans doute pas à faire son coup d’autorité qu’il aura longtemps couvé, attendant l’occasion favorable.

Youssouff Eddine, dont je te parlais tout à l’heure, était tout à fait neurasthénique. Il était persuadé qu’il était atteint du cancer et se voyait condamné. – Mais, Altesse, lui dit un de nos compatriotes, puisque vous ne croyez pas en vos médecins, vous avez un moyen très simple de vous rendre compte de votre état. Contractez une police d’assurance. Vous pouvez être convaincu que la compagnie ne traitera pas si vous avez la moindre atteinte. Elle a des médecins qui vous examineront à fond. – Le prince, frappé du raisonnement, s’assura et le médecin délégué par la compagnie le trouva en parfaite santé. Il avait contracté une assurance de cinq cent mille £tq. La première prime payable d’avance fut strictement versée, mais la seconde six mois après ne le fut pas. Le prince, rassuré, ne voyait plus du tout l’utilité de continuer.

Cette quiétude dura quelque temps mais, petit à petit, les idées noires revinrent et le prince sombra de nouveau dans le chagrin.

La première entrevue de Bompard avec le sultan qui vient de mourir fut très comique. Mehmed fit dire à Bompard qu’il le recevrait à 4h1/2 dans le joli palais de Dolma Baghtché [6]. L’ambassadeur fut reçu dans un salon donnant sur une terrasse et des jardins. Il n’y avait que quatre personnes, le souverain, le maître des cérémonies, un drogman et Bompard. Les quatre personnages se tenaient devant une fenêtre, il faisait très chaud. On servit des cafés et des rafraîchissements. La conversation commençait à peine que la musique impériale se fit entendre. Le sultan commença à dodeliner de la tête et s’endormit. Lorsque la musique eut fini de jouer, il s’éveilla et regarda ses visiteurs d’un air ahuri. Silence prolongé. Le drogman fit signe à l’ambassadeur qu’on ne pouvait pas rester comme cela dans le mutisme. Bompard fait compliment sur l’excellence de la musique. Aussitôt l’audition recommence. À peine celle-ci est-elle achevée que le sultan se lève et s’en va. Et voilà tout ce qui fut échangé entre l’ambassadeur de France et le chef des croyants. Les journaux ont néanmoins dû proclamer que l’empereur avait eu une longue et importante conversation avec le représentant de la France.

Le bruit a encore couru aujourd’hui du commencement de l’attaque. J’ai vu un petit sous-lieutenant d’Algrins (?) [7] qui était en Belgique et dont on a fait revenir dare-dare le régiment à Reims. Il était néanmoins venu ici appelé par un deuil de famille, mais il partait ce soir à 8h, croyant qu’il se passait quelque chose. Cependant, dans la journée ce n’était pas encore exact.

[1] Abdül Medjib. Frère d’Abdül Hamid II.

[2] Mehmed V Resad (1844-1918). Sultan ottoman de 1909 à 1918, il laisse le pouvoir aux Jeunes-Turcs. Son frère Mehmed VI (1861-1926) lui succède. Il est renversé par Mustafa Kemal.

[3] Groupe d’intellectuels et d’officiers ottomans, libéraux et réformateurs, d’abord rassemblés en diverses sociétés secrètes. Ils contraignent le sultan Abdül Hamid II à restaurer la Constitution de 1908 puis à abdiquer en 1909 et dominent la vie politique ottomane jusqu’en 1918.

[4] Valud Eddine. Frère d’Abdül Hamid.

[5] Non identifié.

[6] Le palais de Dolma Baghtché (qui signifie « jardin rempli ») est situé à Constantinople sur le Bosphore. Cette résidence d’été a été construite en 1856 sous le règne du sultan Abdülmecid.

[7] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.