4 juillet 1918

4 juillet 1918

 

Hier soir, les journalistes étaient convoqués à l’ambassade de Russie à 3 h 1/2 pour écouter les déclarations de Kerenski. L’ancien dictateur n’est arrivé qu’à 4h3/4. Les feuilles disent ce matin qu’il était extrêmement nerveux. Il était complètement gris d’un déjeuner qui avait eu lieu au Café de Paris. Il a fait lire une déclaration qui était de la main de Sembat. L’impression fut détestable. Comme Kerenski doit aller en Amérique lutter contre les tendances bolcheviquistes, j’avais différé de publier un mémorandum très curieux signé d’un général qui a été mêlé à tous les événements et qui montre Kerenski sous le jour le plus louche. Je voulais le publier dès demain pour assommer ce fantoche. On me prie de n’en rien faire, Kerenski étant en train de se couler tout seul et mettant nos Longuetistes dans l’embarras. S’il prenait de l’extension et de l’influence, il faudrait alors publier et je n’y manquerais pas. Konvin Milewski m’avait envoyé de son côté un article très vif que j’ai réservé également et, détail assez amusant, il m’avait prié de l’adresser, au cas où nous ne le publierions pas, à Mlle Maklakoff qui a quelques intelligences dans le nouveau journal L’Action russe et l’y ferait peut-être publier. Avant de suivre ces instructions, j’ai cru bon d’écrire à Milewski pour lui demander s’il ne retardait pas car l’ambassadeur Maklakoff, ayant été nommé par Kerenski, paraît être en très bons termes avec ce dernier qui vient chaque jour à l’ambassade. D’autre part, L’Action russe a été fondé par Gourko. Le clan Isvolski, Maklakoff et autres ont fait une maison en face qui paraît très hostile au groupe Gourko. J’avais demandé une réponse télégraphique à Milewski. Celle-ci m’est arrivée et m’engage à envoyer l’article, les sentiments de la destinataire étant connus.

Mithouard est allé voir Clemenceau hier pour lui faire ses adieux avant son départ en vacances. Mithouard est assez malade, il a eu plusieurs crises d’hémoptysie [1] et a été obligé de céder sa place à Chérioux [2] en ce grand jour où il a dû bien regretter de ne pas fonctionner. Le président du Conseil lui a dit qu’on connaissait le plan allemand, qu’il consistait en trois attaques quasi simultanées, la première qui serait sur la Marne, mais qui ne serait qu’une diversion, la seconde très puissante au Nord sur les Anglais et enfin une troisième au centre. Tout cela serait dirigé contre Paris. Cette conversation confirme ce que me disait Berthoulat hier. Il me semble que Clemenceau parle beaucoup et je reste très inquiet d’autant de certitude. Comment peut-on dire, après ce qui s’est passé le mois dernier, qu’une attaque se sera qu’une diversion ? Chez les Allemands, il n’y a guère de diversion, si cela réussit, cela devient l’opération principale en un clin d’œil, les faits nous le prouvent. Pendant quarante-huit heures, le commandement a soutenu aussi que l’affaire du Chemin des Dames n’était qu’une diversion et grâce à cette conviction on a perdu ces deux jours.

Je me méfie aussi de cette connaissance si exacte du plan allemand. Les secrets ne transpirent guère de l’autre côté. Enfin, attendons.

Toujours est-il que beaucoup de nos hommes d’État doivent considérer ce soir qu’ils ont remporté une grande victoire. Nous avons eu une grande, une belle journée d’éloquence. Quelle griserie de paroles et de mots ! Enfin, tout s’est bien passé et les sinistres présages ne se sont pas réalisés. Chose assez intéressante à noter : Pas un Anglais n’a arboré les couleurs américaines [3], en revanche, les Irlandais affichaient sur leur uniforme les petits insignes vendus dans les rues.

Polignac, que je viens de voir à déjeuner, me confirme la présence au front d’environ cinq cent mille Américains, mais neuf divisions seulement seraient en secteurs, le reste formerait des réserves volantes. Les chiffres qu’on nous donne d’Amérique sont impressionnants. Il y aurait dix millions d’hommes sous les drapeaux, et les officiers américains que de Caix a vus à Saint-Nazaire lui ont dit qu’ils ne se contenteraient pas d’envoyer du monde en France mais qu’ils en expédieraient en Italie, à Salonique, en Russie, partout où cela serait nécessaire pour réduire l’Allemagne et les peuples qui ont lié partie avec elle.

Avant de fermer cette note, constatons encore que tout le monde dit dans le gouvernement que le déclenchement est imminent… aujourd’hui… demain…

Et

[1] Adrien Mithouard meurt en fonction le 28 mars 1919.

[2] Adolphe Chérioux (1857-1934). Homme politique. Conseiller municipal de Paris (1894-1934). Président du conseil général de la Seine (1908-1909).

[3] A l’occasion de la fête nationale des États-Unis, le 4 juillet, le président Wilson prononce, à Mount Vernon, un retentissant discours sur sa conception de la paix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.