30 juin 1918

30 juin 1918

 

Ce qu’on nous disait hier à un déjeuner Rue François-Ier vient de m’être confirmé. Pendant quinze jours, les informations du GQG ont complètement perdu les quarante divisions du prince Ruprecht (non pas les trente-huit). Je crois qu’à l’heure actuelle, on en a repéré un certain nombre, mais pas la totalité sûrement.

À propos du service d’information, je crois l’avoir signalé déjà plusieurs fois dans mes notes, il n’est plus possible de rien faire. Tout a été démoli par le ministère Clemenceau, quand je dis tout, hélas, il ne faut pas voir quelque chose de bien considérable, mais le peu qu’il y avait a été détruit et, de plus, on a effrayé toutes les bonnes volontés qui voyaient au bout d’une mission utile le déshonneur ou le bagne.

Un homme très connu en Turquie, fripouille Dieu sait ! Panjiri bey [1], est venu en Suisse et tout de suite on a été prévenu qu’il venait pour causer et que, si l’on envoyait quelqu’un pour l’entendre, il serait possible d’en tirer quelque profit, ne seraient-ce que des renseignements. On a envoyé un marchand de cacahouettes, quelque sous-ordre ignorant et mal élevé. Panjiri comprit de suite et ne voulut rien dire. Le sous-agent revint bredouille. Tout cela, c’est enfantin mais on comprend très bien que personne ne veuille accepter une mission quelconque car si cela tournait mal, on sait qu’on serait abandonné et livré à tous les inquisiteurs de la terre.

On m’a confirmé ce matin aussi une chose qui avait été mise en doute, c’était la remise par Wilson de la lettre de Clemenceau à Pershing. Tout cela n’est pas très réjouissant et n’indique pas une harmonie parfaite.

Nous avons reçu de Marin, le député de Meurthe-et-Moselle, une lettre nous disant que nous avions avec notre article sur Malvy le dégoût universel. Nous avions tout simplement voulu faire comprendre que si le Sénat devait juger Malvy sur d’autre crimes que ceux prévus par la Chambre, il fallait d’abord revenir devant le Palais-Bourbon. C’était une simple notion de droit et de justice. On a interprété cela comme le désir des Débats de faire juger Malvy sur la trahison du Chemin des Dames inventée par Malvy, par conséquent le faire acquitter.

C’est l’état d’esprit de l’affaire Dreyfus, le même qui dirige l’affaire du 16 avril. C’est la promesse du réveil des colères et, dans quelque temps, ce sera la justice sommaire de 93. Voilà où nous mèneront nos bons amis.

Un officier aviateur vient de nous dire qu’on a démoli cinq plates-formes de Berthas. Sûrement il est de Marseille.

Et

[1] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.