29 juin 1918

29 juin 1918

 

Visite du capitaine Lerme qui arrive d’Orient où il a passé vingt-huit mois après avoir fait les Dardanelles. Il a eu avant son départ une conversation avec Venizélos qui lui a paru très attristé. Il le félicitait du succès vraiment très beau des troupes grecques et le ministre lui répondit mélancoliquement : Oui, pourvu que ce ne soit pas payé trop cher dans le présent et dans l’avenir. Venizélos lui a paru inquiet des velléités qu’il a constatées de négocier avec les Bulgares, et le capitaine, à peine arrivé, a fait une petite enquête pour savoir si ce renouveau de bulgarophilie était bien réel. Il a constaté que ce n’était que trop vrai et s’en montre très inquiet. Pour lui, toute tentative de ce genre serait la fermeture complète de l’Orient pour la France, la ruine de tous nos intérêts balkaniques et asiatiques. Les Bulgares, qui sont pris entre l’Austro-Allemagne et la Turquie, ne peuvent chercher qu’à nous duper encore une fois. Le Bulgare ne craint plus ni le Français ni l’Anglais qu’il a battus, et, pour lui, le fait d’avoir battu des Occidentaux sans chercher à comprendre si on était dix contre un suffit à son orgueil. Du reste, le Français en Orient ne veut plus se battre. On avait remporté un gros succès à Monastir, les Bulgares étaient en fuite, l’armée française a refusé de continuer le même jour parce que ses ravitaillements n’étaient pas arrivés. Le lendemain, lorsqu’elle a été repue, il était trop tard et les Bulgares s’étaient retranchés et fortifiés et ont déclaré qu’on ne passerait plus et l’on ne passa plus en effet. Nous n’avons plus là-bas que l’armée grecque, elle est excellente, il faut la soutenir et l’encourager et ne pas la rejeter en paraissant causer avec ses ennemis.

Dans tout cela il faut voir la main de l’Italie qui ne demande qu’une chose, détacher la Grèce de l’Entente afin de pouvoir s’approprier tout ce qu’elle convoite et c’est énorme. Lerme, en revenant, a traversé l’Italie, il est resté stupéfait des immenses travaux que l’on fait à l’arrière pour l’après-guerre. Il a vu des quantités de bateaux en construction, des agrandissements de port et on s’apprête à tuer Marseille proprement. Déjà, à Salonique, on ne voit presqu’aucun objet fabriqué en France, presque tout est apporté d’Italie. Comme je lui disais que le commandement italien s’était décidé depuis trois jours à la simple défensive, il n’en a pas paru étonné car, m’a-t-il dit, les Italiens redoutent surtout d’être obligés d’envoyer du monde au front et de retirer des travailleurs à l’arrière pour leur préparation d’après-guerre. De Caix prétend qu’aussi ils cherchent toujours à éviter des contacts avec l’Allemagne, ne désirant pas se brouiller d’une façon irréparable.

Le capitaine Lerme, à son retour, a voyagé dans un train bondé d’officiers et a constaté leur morgue et leur insolence. Ce sont de grands vainqueurs qui, après avoir chassé l’Autrichien, sont en train de sauver la France ! Nous avons de la chance avec nos Alliés.

Reçu la visite de Romanos que j’ai manqué à 1h3/4, mais j’ai reçu Triantaphyllidès, le président des colonies helléniques, qui a tenu à venir me remercier, c’était du reste, je pense, aussi le but de Romanos. Trianta ne m’a pas paru craindre autant de la part des Alliés les avances au Bulgare. Il m’en a bien dit un mot mais comme quelqu’un qui trouverait cela tellement énorme qu’il n’y arrête pas son attention. Il croit plutôt que l’on aurait des projets que je n’écris pas…

Notre informateur, sortant de la présidence du Conseil, nous dit que l’on s’attend à une semaine terrible dans laquelle tout entrerait en action, les Berthas, les avions et l’offensive. Sur quoi cette opinion est-elle basée, on ne le dit pas.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.