27 juin 1918

27 juin 1918

 

Nous avons peut-être un peu calomnié les Italiens. Ils sont sans doute réellement dans l’impossibilité de profiter de leurs succès car je reçois une lettre du neveu qui n’est généralement pas tendre pour eux. Or il écrit ceci : « Il est malheureux qu’on ne puisse pas mettre sur pied une riposte énergique qui trouverait maintenant un ennemi déçu et désorganisé. Mais les pertes de Caporetto pèsent encore, les camions manquent et le débit des voies ferrées est insuffisant pour monter une grande action. »

J’avais noté en son temps le départ pour Washington du général Berthelot. Ce dernier ne devait que porter une lettre de Clemenceau au président Wilson et reprendre le bateau. Cette mission avait pour but de demander au président le rappel de Pershing qui aurait eu, paraît-il, quelques mots assez durs pour notre gouvernement.

Berthelot est revenu sans avoir obtenu le rappel demandé et on ajoute même que Wilson aurait envoyé à Pershing la lettre de Clemenceau elle-même. Comme je racontais cela ce matin devant Xavier Charmes et François de Wendel, tous deux me confirmèrent l’exactitude de l’envoi de Berthelot à Wilson, mais doutent un peu de l’envoi de cette lettre à Pershing. D’après François de Wendel, voici ce qui se serait passé. Le Tigre – on ne sait pourquoi, il est sujet à ces partis pris – avait pris Pershing en grippe, le trouvait bête et incompréhensif et manifestait souvent cet état d’esprit. Cela n’échappait pas au général américain qui s’en montrait plutôt mécontent.

Quelques personnes entreprirent alors de démontrer au Tigre que Pershing n’était pas, à tout prendre, si bête que cela et que, si le Tigre consentait à lui faire visite, les angles s’arrondiraient tout de suite. Clemenceau alla donc au GQG américain escorté de Tardieu. Il fut très bien reçu, causa longtemps avec sa victime et revint dans l’enthousiasme. Personne n’est plus partisan que lui maintenant de la nécessité de garder Pershing.

Je trouve que la version de la communication de la lettre reste parfaitement plausible, je la tiens du reste de bonne source. Elle devait être conçue évidemment avec beaucoup de ménagements et de politesse et contenait quelques griefs qu’il devait être assez utile à Pershing de connaître. Du reste, il semble bien que la rencontre des deux anciens ennemis n’ait eu lieu qu’après le retour de Berthelot.

Je ne sais pas si, malgré tout, les sentiments de Pershing pour Clemenceau seront aussi enthousiastes que ceux de Clemenceau pour Pershing. Constamment, nous retrouvons dans les mesures que prend le président du Conseil trace d’emballements de ce genre. Quand il a changé l’ambassadeur de Berne, ce fut par une impulsion semblable. Le pauvre Beau, rappelé, fit visite au Tigre et, après une heure de conversation, se retira. Clemenceau s’écria : Je crois bien que j’ai fait une gaffe !

À propos de l’ambassade de France en Suisse, on m’a raconté comment notre Joseph Thierry, qui était déjà quasi nommé par Ribot, resta sur le carreau – ce qui fit à l’époque une désagréable impression à la Chambre et mortifia vivement le député de Marseille. Il n’eut pas à se plaindre par la suite. La chose, donc, était pour ainsi dire faite, mais Lazare Weiller était à Berne. Il n’était guère autrefois l’ami de Beau dont, je crois, il convoitait un peu le poste, mais est-ce pour cette raison ou était-il en meilleurs termes réellement avec l’ambassadeur, toujours est-il qu’il prit sa plume et envoya une dépêche en clair au ministre disant que, si l’ambassadeur était changé, il interpellerait, etc., etc. On comprend que la dépêche circula de ministère en ministère et Joseph Thierry resta seul sur le carreau.

Celui qui m’a raconté cette anecdote est un député qui la tient directement des deux intéressés à peu près dans les mêmes termes sauf que l’un était furieux et l’autre rayonnant.

On me dit que le gouvernement est assez préoccupé de l’état d’esprit des Anglais qui sont mal impressionnés par la sorte de défaveur qui apparaît dans le public et qui transparaît dans la presse. On en est d’autant plus ennuyé que la jalousie des Britanniques contre les Américains s’accroît dans d’assez notables proportions. Il est certain qu’il sera nécessaire de réagir un peu contre ce mouvement, parfaitement injuste du reste. Nous allons y tâcher.

  1. Kuhlmannest venu me trouver pour me demander si nous ne pourrions pas indiquer dans un petit article que la police devrait un peu nettoyer les trottoirs. Ce qui se passe à Bordeaux se passe aussi à Paris. C’est du plus mauvais effet. Les Américains sont assaillis dès leur arrivée dans la capitale et leurs lettres sont remplies de plaintes ou de constatations sur l’immoralité de Paris. Déjà, des œuvres qui s’étaient fondées pour créer des foyers du soldat américain à Paris avaient loué, pour permettre aux Sammies de connaître la ville, de grands hôtels, ils viennent de renoncer à ces projets et il se peut, si on ne prend pas des mesures, que Paris soit consigné aux permissionnaires, ce qui serait déplorable à tous les points de vue. D’autre part, la correspondance fait en Amérique un effet désastreux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.