26 juin 1918

26 juin 1918

 

Kühlmann a parlé. Il y a un certain nombre d’articles fâcheux plus ou moins inspirés. Je suis empoisonné par l’absence de Gauvain auquel je télégraphie, mais il ne pourra rien faire avant plusieurs jours, si toutefois il fait quelque chose. Plusieurs des nôtres ne sont pas tout à fait dans nos idées. André Chaumeix, néanmoins, fait l’article qui n’est pas trop mal et réserve la possibilité à Gauvain de nous donner son point de vue.

Je vois Léon Bérard. Ce dernier me dit : Je vais vous donner mon avis sur le discours avant que vous ne me disiez rien pour ne pas être influencé. On a écrit ce matin des choses imbéciles. Kühlmann, somme toute, y fait le procès de la manière employée jusqu’ici. Il est curieux de voir qu’après ce discours l’état-major allemand est furieux car, sous une forme très enveloppée, Kühlmann leur dit que les militaires ne peuvent arriver à rien et ne trouveront la décision ni la paix que si celle-ci est préparée par la diplomatie. Ce que dit Bérard est extrêmement juste. Pour le reste, voir notre article. Il est certain qu’il n’y a rien à faire pour le moment mais il ne faut pas crier ; c’est un piège, nous ne pouvons même y faire attention. Le piège, il me semble, est dans ce discours pour le peuple allemand.

La discussion en tout cas fut longue et passionnée et je crois l’article qui en est résulté assez sage.

Dans le courant de la journée, toujours les mêmes sujets de craintes de bombardements, précautions du gouvernement, interrogations sur ce qui se prépare. Le directeur d’une banque, M. Nouvion[1], me dit que sa comptable anglaise a été appelée hier chez le consul d’Angleterre et celui-ci lui aurait demandé de quitter Paris. On en a été ému à la banque. N’est-ce pas un prétexte de la comptable ?

Je reçois la visite d’un homme assez important de province. M. Aynard arrive de Lyon ce matin. Tout de suite il me dit : Voici ce que j’ai appris en cette journée.

– 1° Le roi d’Espagne est à Paris depuis huit jours.

– 2° Le bombardement de Paris commence demain matin par soixante-douze Berthas.

– 3° Rouen a été bombardé et est à l’heure actuelle sous les obus.

Ceci établi, Aynard me dit qu’il trouve tout de même un peu de bleu dans cette situation très sombre il y a un mois. Je lui demande ce qu’on pense en province. On y passe par des fluctuations diverses, mais il me semble bien que les réfugiés de Paris noircissent la situation pour se donner une raison de leur fuite.

Visite d’un capitaine attaché au contrôle télégraphique. Nous parlons des Berthas. « La vérité, me dit-il, c’est qu’on a relevé une vingtaine de plates-formes mais il n’y avait pas de canons dessus. » Dans quelle mesure ces plates-formes sont-elles vraies ou camouflées, on ne sait pas. Il faut compter que, sur vingt plates-formes ainsi relevées, il n’y en aurait que six ou sept portant réellement des gros canons. On en met toujours de fausses de façon à égarer les repérages.

Ce capitaine croit que d’ici à très peu de temps il y aura une attaque formidable avec au moins cent divisions qui entreront en ligne les unes après les autres. Les Allemands pousseront à fond. A moins d’accident, il pense que nous tiendrons, mais il est anxieux sur les Anglais.

Et

[1] Henri Nouvion (1862-1945). Banquier. Directeur de la Banque du Sénégal puis de la Banque de l’Afrique occidentale (1901-1927).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.