25 juin 1918

25 juin 1918

 

Prié à déjeuner par Chaumeix qui me fait rencontrer avec Beau, Taigny [1] et Ronssin [2], le nouveau ministre à La Havane. Je n’avais pas vu l’ambassadeur [3] depuis quelques années, je le retrouve un petit peu plus gris mais toujours aimable et bon garçon. On comprend la campagne qui s’est faite contre lui. Il semble tellement indifférent aux choses qui passionnent ici ! De la conversation, rien à tirer d’autre que quelques réflexions d’assez grand bon sens, mais aucune flamme, aucune vue un peu originale. Rien ne pourrait faire croire qu’il a occupé des postes aussi importants que ceux qui lui ont été confiés. Au moins, dans sa vieillesse, il ne rasera pas la jeunesse avec ses souvenirs. Quant à Taigny, c’est la légèreté en personne. Lui, il est plein d’histoires de carrière sur les uns et les autres. Ni l’un ni l’autre ne sont très au courant des événements actuels. On sent qu’ils sont un peu à l’écart. Partout où je vais, aujourd’hui au Suez, aux Victimes du devoir, tout le monde se demande ce que veut dire l’attitude du gouvernement dans les projets d’évacuation. Quel est le mobile qui le pousse ainsi à faire partir la population parisienne ? Sait-on quelque chose que l’on ne veut pas dire ? Redoute-t-on une éventualité que l’on cache ? Chacun me pose cette question à laquelle je ne puis répondre. Quoi qu’il en soit, si le gouvernement veut réellement faire abandonner Paris le plus possible, les mesures sont bien incohérentes car les autorités refusent les sauf-conduits et les gares ne prennent pas les voyageurs. Voici un nouvel exemple entre mille. Une employée d’un des membres de mon conseil des Victimes du devoir avait besoin de se rendre à Dreux dimanche. Elle se rend samedi à la mairie de la rue d’Anjou pour obtenir son laissez-passer. Le préposé lui répond : « Non, mademoiselle, non, vous n’avez nul besoin de vous rendre à Dreux. Prenez le chemin de fer de ceinture, faites trois fois le tour de Paris et cela vous fera le même effet. » Et la malheureuse est partie sans avoir pu obtenir son papier. Il a fallu qu’un employé homme vienne avec autorité réclamer l’accomplissement de cette formalité.

Deux choses assez comiques. Le communiqué italien portait un mot qui nous avait laissé rêveur, le mot « suprême ». On nous a fait observer que ce suprême voulait simplement dire que le but avait été complètement atteint. Il devait cependant bien avoir le sens que nous lui attribuions car, officieusement, l’agence Havas a été priée de demander que, dans la presse et ailleurs, on n’insistât pas trop pour la poursuite de l’ennemi et que l’on ne parlât pas trop non plus de l’avenir, non pas qu’on le redoute mais parce que l’armée italienne était très fatiguée.

Comment la légende du roi d’Espagne mascotte est-elle née ? Quiñones de Léon, ami personnel du roi, caché par ses domestiques, s’installe au Meurice. De là à dire qu’il y venait pour son maître, il n’y avait qu’un pas qui fut vite franchi. Un ami de Quiñones lui téléphona et lui demanda si Sa Majesté était là. Mais certainement, répondit Quiñones, nous sommes même en train de déjeuner ensemble. Depuis, tout le monde sait dur comme fer que le roi est à Paris.

En réalité, je crois qu’il y est venu il y a un mois environ. Il n’a passé que quelques heures. Pourquoi ? Je ne sais… mais ce renseignement, je le tiens d’une source quasi infaillible.

Et

[1] Olivier Taigny (1863-1941). Diplomate. Ministre plénipotentiaire à la commission de contrôle des Finances helléniques.

[2] Adolphe-Ernest Ronssin (1861-19). Diplomate. Ancien consul général à Francfort.

[3] Il s’agit de Paul Beau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.